Ebola : 3 comportements à observer

475 4

Le ministère burkinabè de la santé est mobilisé pour prévenir et prendre en charge une éventuelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui sévit actuellement dans quatre pays ouest-africains.

Une séance d’informations a été initiée ce lundi 25 août avec les experts du ministère et de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) à Ouagadougou, dans le cadre du plan de préparation et de riposte mis en place par les autorités burkinabè.

Pour le moment, aucun cas n’a encore été confirmé au Burkina. Mais il est primordial de connaître les comportements à  adopter pour éviter la maladie ou pour aider à circonscrire sa propagation en cas d’épidémie.

1 – Il faut impérativement éviter de toucher :

– Les personnes malades présentant la fièvre Ebola (sang, salive, urines, selles, vomissures, sperme, sueur, organes, liquides biologiques, linge, literie)

– Les personnes malades hospitalisées

– Les animaux sauvages morts ou vivants (chauves-souris, singes, chimpanzés, antilopes, porcs-épics)

– Les personnes décédées (ne pas laver, ne pas habiller, ne pas tailler les ongles, ne pas caresser, ne pas embrasser le corps, ne pas exposer les cadavres, ne pas rôder autour de la dépouille, ne pas se pencher sur le cercueil,  ne pas manipuler ni garder les objets du défunt, ne garder les corps, les enterrer immédiatement).

– Les personnes, malades ou suspectées de la fièvre Ebola.

2- Se laver toujours les mains avec de l’eau de javel et du savon :

– Avant les repas

– Après être passé par les toilettes

– Avant de faire la cuisine

3- Signaler au centre de santé le plus proche (Numéro vert : 80 00 11 20), toute personne présentant les signes suivants :

– Forte fièvre

– Fatigue intense

– Diarrhée qui peut être sanglante

– Vomissements

– Maux de tête (céphalées, migraines)

– Hoquets

– Nausées et douleurs abdominales

– Yeux rouges

– Difficultés à manger

– Symptômes hémorragiques

– Déshydratation et perte de poids importante.

N.B 

1 – La maladie se transmet de l’animal à l’homme et de l’homme à l’homme.

2 – Un cas suspect présente au moins l’un des signes cités plus haut.

3- Un cas confirmé est établi après un test en laboratoire. Au Burkina, les tests sont réalisés par un laboratoire se trouvant à Lyon.

4 – Un malade peut être sauvé s’il est immédiatement pris en charge dès les premiers signes.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. le gouvernement a besoin de 13 Milliard ,pour lutter contre EBOLA, pourquoi pas prendre les 5 Milliard du referendum pour commencer les sensibilisations en attendant qu’on trouve de l’aide?

  2. "Au Burkina, les tests sont r?alis?s par un laboratoire se trouvant ? Lyon." pfff! Vous attendez quoi pour installer un laboratoire a mesure de diagnostiquer??? Que Dieu nous garde.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *