Festival « Voix des mômes » 2014 : Somgandé vibre au rythme de l’éducation civique

197 0

Créé en 2011 par l’association « Wécré Théâtre », la troisième édition du festival « Voix des mômes » se tient du 28 au 31 août 2014 dans le quartier  Somgandé à Ouagadougou. Ce jour 28 août, une parade a arpenté les principales artères du quartier pour donner le top départ des activités.

La parade, activité annonciatrice de la troisième édition du festival « voix des mômes », s’est tenue ce jour 28 août à Somgandé. Animée par des centaines de participants, un orchestre, des marionnettes, des dodos, elle a arpenté les artères principales du quartier attirant une foule à son passage.

Prévue pour se tenir du 28 au 31 août, le festival a  cette année pour  thème  « Culture, Enfance et Promotion de l’Éducation Civique ».

Le Festival des "Voix Mômes" permet l'expression culturelle
Le Festival “Voix Mômes” permet l’expression culturelle

Les activités au programme sont les restitutions du savoir-faire des enfants initiés à la pratique artistique et culturelle au village des mômes créé pour l’occasion avec comme pôles d’attraction la rue marchande, des jeux pour enfants, des expositions, des prestations d’artistes.

L’innovation à cette édition est l’organisation un atelier de théâtre forum avec les mineurs détenus de la Maison d’Arrêt et de correction de Ouagadougou dont « l’objectif est aussi d’apprendre à ces enfants le civisme pour qu’ils sachent que ce qu’ils font peut les conduire dans des situations bien », nous dit Nikiéma Boureimaprésident de l’association Wécré théâtre et directeur du festival « voix des mômes ».

Les organisateurs du festival ont également élaboré un nouveau partenariat avec le Samu Social Burkina afin de faire participer des enfants des rues aux ateliers de formation artistique pendant toute la durée du Festival.

Boureima Nikéma, directeur du Festival des "Mômes"
Boureima Nikéma, directeur du Festival des “Voix des Mômes”

Cependant, souligne toujours Nikiéma Boureima, « ce ne sont pas des enfants défavorisés ou miséreux comme les gens le croient. Ce sont des enfants qui sont dans des familles normales, sans problèmes. C’est notre coup de mains pour les enfants qui s’intéressent à l’art ».

En termes d’impact, le festival a permis, «même si chaque année le nombre des enfants augmentent», de mettre en place un noyau d’enfants permanents avec qui l’association Wécré théâtre  entreprend des activités culturelles.

La présence massive des étrangers s’explique par le fait que  « nous travaillons avec des Français, nous organisons ce qu’on appelle des camps chantiers vacances. (…)

On les a fait venir pour le festival, il y a en qui ont maquillé les enfants, d’autres qui ont appris aux enfants comment jongler, ils sont venus pour les chantiers mais ils accompagnent tout ce qu’on fait», termine le promoteur.

Reveline SOME
Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre