Sana Bob présente “Notre Temps” au Mogho Naaba Baongo

894 5

Après de longs mois de travail, Sana Bob est prêt à montrer aux mélomanes son nouvel opus « Notre temps ». Cet album de 12 titres devrait confirmer la popularité de l’artiste qui a dû faire beaucoup pour avoir sa place au soleil. Ne pouvant oublier ce qui fait sa force, la culture moaga, il s’est rendu au palais royal, dans la matinée du mercredi 27 août, pour présenter son œuvre à son roi, et recevoir ses conseils et bénédictions.

La musique du ‘’Crieur public’’, comme on l’appelle communément, est tirée du terroir moaga. Et pour lui, le palais royal est la source de la culture des Mossé, et donc, sa cinquième production ne pouvait pas se faire sans qu’il ne vienne la confier à ses sources.

 « J’ai appris à chanter dans la tradition depuis mon enfance, avant de rencontrer la modernité. Et mes parents m’ont toujours dit que même si je ne peux pas être Bob Marley, si j’arrive à me faire comprendre par ma société, je peux devenir le Bob Marley de chez moi », a-t-il expliqué.

Sa Majesté était visiblement ravie d’une telle initiative et n’a pas manqué de signifier sa fierté que Sana Bob démontre son attachement à sa culture. Tout en lui souhaitant de continuer à produire de belles œuvres pour l’avancée de la culture burkinabè, elle a déploré le handicap occasionné par la piraterie et lui a conseillé de travailler étroitement avec le Bureau Burkinabé des Droits d’Auteur (BBDA) pour en limiter les effets.

 Elle a aussi salué l’action des journalistes pour la promotion des artistes burkinabè, en leur dédiant un poème qu’elle a écrit sur le journalisme.

L’empereur des Mossé est en effet aussi un artiste, grand littéraire, et a produit de nombreux romans et poèmes dont on peut admirer des copies exposées dans la salle du trône.

“Notre Temps” sera dédicacé en septembre

Ainsi, après que le chanteur lui ait fredonné quelques notes en guise d’aperçu de ses productions, Sa Majesté lui a fait lire un de ses poèmes dans le même thème, en l’occurrence le ‘’pouvoir moderne’’. Rires, musique, acclamations, tout était réuni pour faire une ambiance joyeuse et artistique, malgré les protocoles qu’exigent les circonstances.

L’album « Notre temps » sera officiellement dédicacé le 8 septembre prochain, et présenté en live au public. Il évoque la société burkinabè actuelle, son évolution, les difficultés qu’elle rencontre…

 Il soulève aussi l’inquiétude liée à la piraterie grandissante des œuvres artistiques,  à laquelle on peine à trouver solution. Il a été entièrement enregistré en live à Ouagadougou et en pleine nature dans le Sahel, avant d’être finalisé en Belgique. Sa production a été financée grâce à un appel à financement participatif lancé sur le site ‘’Kiss Kiss Bank Bank’’, qui a permis de réunir plus de 2500 euros (1 412 000F CFA).

Stella Nana
Burkina 24

Il y a 5 commentaires

  1. “Des jeunes filles forc?es ? se prostituer juste ? nos yeux dans les rues de Ouagadougou. Elles sont recrut?es au Nig?ria en leur faisant croire qu’elles partent ? Ouaga pour travailler dans un grand restaurant ou supermarch?. Une fois dans la ville, leurs passeports et pi?ces d’identit?s leur sont confisqu?s, et sont plac?es sous la surveillance d’une “Madam” a qui elle doit verser 1 000 000 F CFA en se prostituant avant de retrouver leur libert?. Si l’id?e de t?enfuir ou de les d?noncer te prend, ils s’en prendront ? tes proches rest?es au Nig?ria ou ? toi m?me. Ainsi ces filles telles des esclaves moderne vivent dans nos capitales vendant leur corps pour enrichir des r?seaux de prox?n?te. Depuis lors mes yeux se remplissent de larmes en repensant ? elles. Le visage de chacune d’entre elle se dessine clairement dans mon esprit. je me souviens aussi de leurs r?ves, oui dans ces milieux elles ont encore des r?ves surtout quand elles sont nouvelles. Une me disait hier qu’elle r?ve de poursuivre ces ?tudes de droit une fois sa libert? retrouv?e. Une autre qui est sp?cialis?e dans la coiffure dame et r?ve de retourner dans son pays afin d’y ouvrir un salon. Une autre encore me disait qu’elle n’a connue le sexe pour la premi?re fois que dans la prostitution ? Ouaga. Les blancs nous ont tenue en esclavage pendant longtemps, D’autres blancs se sont battus pour y mettre fin. Que faisons-nous pour ces filles tenues en esclavage par les noirs m?me. Demain cela peut ?tre ta fille, ta s?ur, ta cousine ou ta ni?ce qui pourrai ?tre enlev?e et vendue comme esclave sexuelle.” Voyez comment aider ces jeunes filles en d?non?ant ce r?seau dans vos medias SVP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre