Rentrée gouvernementale : Les ministres reprennent le collier

416 5

Après quelques semaines de vacances, les ministres burkinabé retournent aux dossiers qui les attendent. La rentrée ministérielle a eu lieu ce 4 septembre 2014 à Ouagadougou. Ce fut l’occasion pour eux de s’exprimer sur les grands chantiers sur lesquelles ils vont se focaliser.

 Rentrée pour certains, continuation pour d’autres, ces vacances ont été mouvementées pour beaucoup de ministres. «Mes congés ont été mis à profit pour préparer la rentrer et s’assurer que les étudiants qui méritent des documents comme des attestations de bourse puissent les obtenir», a dit le ministre des enseignements secondaire et supérieur, Moussa Ouattara, sur le perron de la présidence. Il a consacré ses vacances à la présélection pour les bourses marocaines, tunisiennes et algériennes. Viennent ensuite prétentions au visa européen et le suivi des chantiers de l’université.

Pour le ministère de l’éducation nationale, il faut prévoir également. «Avec les résultats que nous avons eu 82 % de succès au certificat, il va falloir trouver de la place pour les enfants, nous sommes en train de nous y atteler» a expliqué Koumba Boly Barry, ministre de l’éducation nationale. Et pour le ministre délégué à l’alphabétisation, Amadou D. Dicko la reprise a eu lieu le 17 aout. «Nous avons la journée internationale d’alphabétisation à préparer, nous avons également la campagne spéciale d’alphabétisation que nous avons pu démarrer après le début de ce mois» a-t-il justifié. Sa collègue de la promotion de la femme, elle, a poursuivi le travail sur la politique d’autonomisation des femmes durant ses vacances.

«Ce fut des vacances studieuses parce qu’il y avait une attente au niveau des femmes. Nous avons pris un engagement, donc nous avons pris sur les vacances pour pouvoir faire cette opération de distribution». La priorité pour son ministère actuellement concerne le dépouillement et l’annonce des résultats, en plus du suivi des bénéficiaires du crédit.

Pour n’avoir pas pu bénéficier de vacances l’année dernière, Bongnesan Arsène Yé, ministre des réformes politiques, chargé des relations avec le parlement, lui rentre fraichement de la France et du Canada avec des projets, même si 80 % des reformes avaient été réalisés l’année dernière. «Nous avons un certain nombre de projets de lois dont une nouvelle loi organique au conseil constitutionnel(…) et des projets sur la dépénalisation des délits des presse», a-t-il déclaré.

Le premier ministre, lui, a abordé plusieurs questions, dont les retards enregistrés sur les chantiers qui ont fait l’objet de ses multiples déplacements. «Les procédures seront appliquées si les délais supplémentaires que nous avons données aux entreprises n’ont pas été respectés», a-t-il prévenu. Et par rapport aux défis sanitaires, Luc Adolphe Thiao s’est félicité de la réaction rapide de son gouvernement par rapport à l’épidémie Ebola, et du fait qu’aucun cas ne soit encore signalé au Burkina.

En ce qui concerne la construction de la route Kongoussi-Djibo, il a assuré que le projet de financement est pratiquement acquis. Néanmoins, il a demandé aux usagers de faire preuve de patience parce que les procédures des partenaires techniques et financiers et la réalisation prennent du temps. L’année 2015 est prévue pour le démarrage des travaux.

Mouniratou LOUGUE
Burkina24

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. En votre ?me et conscience, pr?parez dans cette rentr?e cruciale avec franchise, l?abandon du referendum. Prenez le courage d?organisez un dialogue nationale pour une alternance apais? en 2015, pr?parez-vous ? mettre tout ?go?sme dans les placards, m?me ? partager le pouvoir avec celui qui gagne, que 2015 ne soit pas une ann?e de fatalit? pour le pays que nous aimons tous : pouvoir et opposition, soyez des adultes et des vrais ?talons courageux, et respecter l?article 37, assumez vos responsabilit?s et ayez des accords en coulisse, et respecter vos paroles et engagement pour ?viter une guerre aux pays des hommes int?gres dot? d?un m?diateur respecter par la communaut? internationale qui est notre repr?sentant Blaise Compaor?. Je ne suis qu?un Burkinab? comme tout monde, mais libre de tout mouvement, et sociale, surtout tr?s riche en ?coute des autres, en 1999 nous avons ?vit? de justesse une catastrophe nationale ? cause de l?affaire Norbert zongo, l?erreur ?tait que tous les acteurs politique ne se sont jamais retrouv?s autour d?une table par crainte de la r?pression. Mais tout le monde est m?ri en 2014, et les choses deviennent faciles, alors messieurs les ministres et leur repr?sentant le pr?sident Blaise Compaor? soyez humble, et oubliez la division pour r?gner, ce sont vos enfants qui vous demandent, c?est votre peuple qui vous a ?lu, qui vous demande, n?utilisez pas le conflit caus? par un article de loi pourtant tr?s claire, pour manipuler votre peuple qui vous a confier une mission, dont en cas d?erreur vous deviez vous incliner. Pour vous dire que 99% du peuple Burkinab? vous demande de ne pas prendre des d?cisions en minorit?, le peuple vous demande, que le pouvoir, l?opposition, les syndicats, la soci?t? civile, les repr?sentants de la diaspora, les sages, les repr?sentants coutumier, se retrouvent autour d?une seule table pour trouver un terrain d?entente, et ?viter une guerre dans le pays que nous aimons tous. Tous les conflits de notre pays sont commenc?s toujours ? l?approche des ?lections pr?sidentiels dont les ?go?stes manipulent et divisent le peuple pour r?gner. Arr?tez ce jeu, car le peuple a un grand probl?me qui est la pauvret?, et ne m?rite pas ce que les politiques rajoutent. Si je pouvais me faire entendre par le pr?sident Blaise Compaor?, non seulement on a le m?me ?ge, mais assez v?cu gr?ce ? Dieu : je lui dirai d?aller se reposer cinq ans et revenir comme la lettre et l?esprit de l?article 37 l?ordonne. Je ne suis pas le seul ? le penser, mais ?a ?viterait le pays de se retrouver dans une situation difficile. Messieurs les ministres Bonne reprise et bonne r?flexion.

  2. Faire arreter la CRS a Djibo et bien vouloir solliciter la nomination d’un nouveau gouverneur au Sahel. la CRS s’en prend sauvagement a la population d djibo. Regime de force et de terreur contre un mouvement pacifiq. ville morte et des rumeurs d couvr feu pour taire une revendication legitim. Qu’Allah nous aide face a ce regim d’homm fooooooort!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *