Karaté do : Eperviers Club de Ouagadougou remporte la Coupe de l’Ambassadeur du Japon au Burkina

712 0

L’Epervier club de Ouagadougou a confirmé sa suprématie sur le Karaté burkinabè en remportant la Coupe de l’ambassadeur du Japon qui s’est tenue le dimanche 7 septembre 2014 au gymnase de l’Institut nationale de la jeunesse de l’éducation physique et des sports (INJEPS) de Ouagadougou.

 

L'équipe de Réo a impressioné le jury en kata fille et a remporté la médaille d'or dans cette catégorie
L’équipe de Réo a impressionné le jury en kata fille et a remporté la médaille d’or dans cette catégorie

L’Ambassadeur du Japon au Burkina a organisé une compétition de Karaté do dénommée Coupe de l’ambassadeur du Japon au Burkina. Ce trophée qui a connu quelques années d’interruption a repris cette année 2014. Pour le retour de cette compétition, c’est l’Epervier Club de Ouagadougou qui s’est imposé en remportant sept médailles en or et deux en argents.

Ce club a également reçu le prix spécial du jury du meilleur club tandis que Latifatou Soro de l’Avenir Club est la meilleure athlète. Paul Tiendrebeogo de l’Avenir Club de Ouaga est lui le meilleur athlète. « Ce n’est pas une surprise. C’est normal que l’Epervier club de Ouagadougou remporté le trophée puisque 80% de nos athlètes font partie de l’équipe nationale », a confié maitre Jean Blaise Silga l’entraîneur de cette équipe.

 

Des experts japonais ont fait des démonstrations de certaines techniques du Karaté do

Les différents équipes venus de Ouagadougou (Eperviers Club, Avenir Club, AS SONABEL) Kaya, Ouahigouya, Réo en rivalisé en Kata (combat imaginaire) et en kumité (combat) en individuel et aussi par équipe.

Si Eperviers clubs de Ouagadougou a survolé la compétition, l’équipe féminine de Réo en kata fille a séduit le public et le jury à travers une prestation de grand niveau.

La Coupe de l’ambassadeur du Japon au Burkina reprend après quelques années d’interruptions. Selon l’ambassadeur du Japon au Burkina, Masato Futaishi l’institution de cette compétition s’explique par le fait que le Karaté do est un art martial populaire au Burkina Faso. Il a dénombré près de 154 clubs et environ 3265 karatékas dont plus de 900 femmes.

Selon lui, la popularité de cet art martial japonais s’explique justement par le fait qu’il valorise la « maitrise du corps et de l’esprit. Il a le code déontologique du bushido à savoir la chevalerie japonaise dont les principes moraux sont l’honneur, fidélité, courage, la modestie, l’humilité, le respect à l’égard des autres et le contrôle de soi». Selon Masato Futaishi, il contribue à l’épanouissement de l’homme et la construction d’une société discipline et renforce les liens d’amitié entre les peuples.

Cette compétition a été parrainée par le ministre des affaires étrangères Djibril Yipéné Bassolé. Pour lui cette compétition a permis de consolider les relations d’amitié entre le Burkina et le Japon et de promouvoir les talents.

Le Président de la Fédération Burkinabè de Karaté do Maitre Mamadou Savadogo a apprécié le niveau de la compétition qui reflète celui du karaté do burkinabè. L’objectif de cette fédération est la participation aux championnats du monde. L’ambassade du Japon au Burkina compte contribuer à réaliser ce vœu à travers la construction d’un gymnase.



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *