Sommet mondial du bien social : Au Burkina, les « solutions novatrices » mises en exergue

675 0

La 5e conférence mondiale « Social Good Summit » se tient aux Etats-Unis du 21 au 22 septembre 2014. Elle réunit une communauté dynamique de leaders mondiaux pour discuter de la technologie et de la pensée novatrice comme moyens de relever les grands défis du monde. Pour marquer l’événement au niveau national, le PNUD Burkina a organisé un panel de discussion, ce lundi 22 septembre à Ouagadougou.

Le panel organisé ce lundi 22 septembre 2014 à Ouagadougou par le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) Burkina était placé sous le thème « Le rôle des technologies et innovations dans le développement humain pour un monde meilleur pour tous ».

Plusieurs participants ont pris part à la rencontre d’échanges notamment le représentant du PNUD Burkina, Pascal Karorero, Sylvestre Ouédraogo de l’association « Yam Pukri », le ministère de la recherche scientifique et de l’innovation, le ministère du développement de l’économie numérique, la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), des artistes musiciens, des Hommes de médias et la société civile.

Les débats étaient articulés principalement autour de l’évolution de la technologie de manière générale, du web 2.0, l’économie populaire et les écosystèmes technologiques au Burkina.

Il est ressorti que le groupe Facebook « Yo Man Ya Kel Ken » serait une plateforme parmi les plus fonctionnelles et actives au Burkina et constitue un véritable cadre interactif de E-commerce pour toute la communauté.

Le représentant du PNUD Burkina, Pascal Karorero (© Burkina24)
Le représentant du PNUD Burkina, Pascal Karorero (© Burkina24)

L’économie populaire a permis la création de milliers d’emplois…

Le président de « Yam Pukri », Sylvestre Ouédraogo a souligné une tendance actuelle vers le « web 3.0 ».

Pour lui, « après le passage du web 1.0 (sens unique et passif de l’internet) au web 2.0 (collaboratif et interactif), le monde technologique tend, selon des techniciens de l’informatique, vers le web 3.0 qui ajoute une fonction sémantique et sélectionnée aux recherches web. »

Les conférenciers ont également soulevé le caractère productif de l’économie populaire qui a permis la création de milliers d’emplois au Burkina, au Sénégal et au Cameroun.

« C’est-à-dire la réparation d’ordinateurs, de téléphones sans aucune connaissance pédagogique de base dans le domaine », a ajouté Alif Naaba, artiste musicien burkinabè.

Les panelistes n’ont pas manqué de proposer des soutiens et des formations à ces types d’espaces d’innovation dans « un développement humain pour un monde meilleur pour tous ».

Pour le représentant du PNUD Burkina, Pascal Karorero, « la technologie est transformatrice de la vie. Car elle rapproche les communautés à travers l’internet, un outil puissant ».

Noufou KINDO
Burkina24


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *