Négociations gouvernement-syndicats : Le bilan est négatif pour les travailleurs

566 4

Les secrétaires généraux des centrales syndicales et les syndicats autonomes ont convoqué une assemblée générale des délégués du personnel et des délégués syndicaux ce 23 septembre au Centre d’Education Ouvrière à Ouagadougou.  Outre De faire part du bilan de la rencontre annuelle gouvernement-syndicats qu’ils jugent négatif, cette assemblée générale a été le lieu d’échanges et de discussions afin de définir les actions à venir.

L’assemblée générale des syndicats qui s’est tenue le 23 septembre 2014, avait pour objectif de faire le bilan de la rencontre annuelle gouvernement-syndicat de 2013. Après la suspension sur près de dix mois, la rencontre a été reprise le 18 septembre 2014, elle s’était ouverte le 8 novembre 2013 et suspendue le même jour.

 Au sortir de cette rencontre, la délégation syndicale «a traduit au gouvernement son insatisfaction et sa déception». Sur 41 points du cahier des doléances, le gouvernement a listé 20 engagements qui ne correspondent pas à 20 points de revendications mais à des « annonces très vagues et sans échéance. Tous les autres points sont renvoyés à des négociations ultérieures avec comme justification des contraintes budgétaires».

Concertations pour définir les actions à venir

Au-delà des points du cahier de doléanceS 2013, la délégation syndicale attendait du gouvernement des informations précises sur des engagements pris antérieurement sur la relecture de la loi 013, de la grille salariale, du code du travail et la loi 028 mais “aucun point positif n’a rencontré l’assentiment des travailleurs ” dit Joseph Tiendrebeogo, secrétaire général de mois des centrales syndicales.

C’est un bilan négatif pour les travailleurs, « nous avons rencontré la délégation gouvernementale mais les résultats ont été catastrophiques et les réponses ne sont pas à nos attentes. Nous avons demandé de surseoir cette rencontre afin que le gouvernement puisse revoir quel genre de propositions il peut nous faire », explique toujours le secrétaire général.

Cette assemblée générale a été aussi l’occasion pour tous les travailleurs d’apprécier les résultats et surtout de formuler des propositions pour les actions à venir, que seuls les responsables syndicaux définiront. Cependant,  ils estiment que les luttes pour les questions salariales sont importantes mais les questions sociales et des libertés ne sont pas à négliger.

Reveline SOME
Burkina24


Article similaire

Le Pape au Benin

Posté par - 27 juillet 2011 0
Dans le cadre de la célébration des 150 ans d’évangélisation au Bénin, le Pape Benoît XVI y est attendu le…

Il y a 4 commentaires

  1. comment voulez-vous que le gouvernement vs prenne au s?rieux? quelles a ?t? la raison de la rupture de dix mois? parce que les indemnit?s vs ont suuffi maintenant que avez fini de bouffer vs revenez? aussi les diff?rentes rencontre vs arrange puisque vs gagn? oci des perdi?mes mais sachez que seul la lutte lib?re soyons unis pour notre int?r?t ? tous

  2. Que c’est nul.C’est normal que le gouvernement vous m?prise tant puis que certain d’entre vous sont des syndicalistes satellites ? la solde du r?gime en place. Que c’est honteux.Ont ils parl? de contrainte budg?taire avant quand il a ?t? question du statu des policiers? Vous ?tes mous et c’est normale que le gouvernement vous traites ainsi.Vous ?tes assis vous ne faites rien et vous voulez des r?sultats positifs.

  3. quels sont les actions a men?. la base attend un mot d’ordre de gr?ve. il ne suffit pas de donner le bilan sans nous situer sur les ations a men?. sachant que sans lutte ce gouvernement ne fera rien. il ne pense qu’a leur int?r?t personnel

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *