Militants de l'UPC et representants d'autres groupes, ont pris part à ces deuxièmes journées parlementaires de l'UPC (©Burkina24).jpg

Développement démocratique au Burkina : Le groupe parlementaire UPC s’interroge sur la place et le rôle de l’armée

495 5

L’armée ayant pour but premier la défense et le maintien de la sécurité, a toujours joué un rôle moteur dans les civilisations depuis l’antiquité. C’est pourquoi, dans un contexte burkinabé en pleine construction démocratique, le groupe parlementaire de l’Union pour le Progrès et le Changement(UPC) a organisé ses deuxièmes journées parlementaires autour de «La place et le rôle de l’armée dans le développement démocratique au Burkina Faso». C’était ce 2 octobre 2014 à Tenkodogo.

Le professeur Augustin Loada, cravate rouge, lors de sa communication (©Burkina24)
Le professeur Augustin Loada, cravate rouge, lors de sa communication (©Burkina24)

Les deux piliers essentiels de l’Etat moderne sont une administration moderne et une armée contrôlée par le pouvoir central et utilisée au service du droit, selon le professeur Augustin Loada, qui a donné une communication sur le sous thème «Une place et le rôle relativement hégémonique à travers l’histoire», aux deuxièmes journées parlementaires de l’UPC à Tenkodogo. Mais l’intervention fréquente de l’armée dans les procédures politiques, peut entraver la quête de la démocratie et du développement économique et social parce que la stabilité est une des conditions essentielles au développement démocratique et au développement économique.

«Les divisions de la classe politique et la tentation de recourir chaque fois à l’armée comme arbitre, les faibles performances économiques des régimes constitutionnels et l’absence si non la faiblesse des menaces externes» expliquent selon lui l’incapacité des régimes constitutionnelles traversés par le Burkina depuis l’indépendance, à contrôler l’armée de manière démocratique. Cela favorise donc l’emprise de l’armée sur la scène politique,  et l’extension de son domaine d’influence.

 Militants de l'UPC et representants d'autres groupes, ont pris part à ces deuxièmes journées parlementaires de l'UPC (©Burkina24).jpg

Militants de l’UPC et representants d’autres groupes, ont pris part à ces deuxièmes journées parlementaires de l’UPC (©Burkina24).jpg

Le communicateur a donc suggéré de limiter l’intervention des militaires et d’assurer la priorité des autorités civiles, dans un régime démocratique. Pour ce faire, il faudrait une certaine expertise au niveau du pouvoir civile, encourager la recherche au niveau des partis politiques, et résister à la tentation de recourir à l’armée pour trancher des questions politiques.

Mais « la chose la plus dangereuse chez les démocrates, c’est de faire que l’armée n’existe pas », selon lui. Aussi, à la fin des échanges, le groupe parlementaire UPC a recommandé l’organisation des assises sur l’armée burkinabé, et la mise en œuvre du mécanisme contrôle de l’armée par le parlement.

Sa majesté Naaba Saaga dima de Zoungrantenga, roi de Tenkodogo Baasga, à qui le groupe parlementaire UPC a rendu visite a souhaité que les conclusions soient un apport à la démocratie, à la paix et à la stabilité au Burkina.

Mouniratou LOUGUE

Burkina24

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. Les gens de l’UPC depuis un certain temps d?range r?ellement le peuple avec leur reproche qui n’en vraiment pas la peine,quel est l’objet vraiment d’une telle rencontre,elle n’a pas lieu d??tre et quel que soit ce qui se passe,personne ne peut dire a l’Etat ce qui est bien ou ce qui n’est pas bien!!!

  2. Depuis que ce parti est mont? a la premi?re place de l’opposition ils croient qu’ils ont r?ussi comme ?a quoi?depuis lors ils ne font que donner de la voix tout en oubliant qu’il ne sont que opposant et jusqu?? preuve de contraire c’est encore le pouvoir en place qui prend les d?cisions.

  3. Du plus profond de moi je ne comprend pas vraiment le sens de cette rencontre,on dirait bien que ces gens se sentent oblig?s de parler si non pourquoi,qu’est ce que l’arm?e viens chercher ici,est ce que l’Etat encore moins le gouvernement a d’ordre a recevoir de vous?

  4. entre juge et partie |

    l’UPC n’a rien compris de la politique,ce n’est pas du cin?ma ce n’est pas a tout pris qu’il faut bl?mer,il faut savoir dire que c’est bon au cas o? c’est le cas,j’invite donc a ces opposant d?appr?cier les choses a leur juste valeur pour permettre le pays d’avancer librement!!!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *