Le Syndicat Burkinabè des Magistrats commémore 15 ans de vie et de lutte

493 0

Le Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM) a 15 ans d’existence ce jeudi 2 octobre. 15 ans, synonymes “de vie et de lutter la défense des intérêts des magistrats et l’indépendance effective de la magistrature”. C’est d’ailleurs sur ce thème que le plus jeune des trois syndicats de magistrats a lancé les activités de commémoration de cet anniversaire l’après-midi de ce jeudi.

En 15 ans d’existence, le Syndicat Burkinabè des Magistrats a de quoi dresser un bilan. Plusieurs fronts et des acquis engrangés dans sa lutte pour la défense des intérêts des magistrats et l’indépendance effective de la magistrature. A ce titre, Karfa Gnanou, le secrétaire général a égrené au cours du lancement des activités de commémoration, une liste d’actions, menées pour la plupart dans le cadre de l’intersyndical des magistrats et qui ont permis l’amélioration des conditions de vie et de travail des magistrats. Des acquis engrangés aux prix parfois d’intimidations. « Il y a eu des moments où, par les affectations-sanctions ou la promotion sélective, les autorités du ministère de la justice ont travaillé à la liquidation de notre syndicat” a déclaré le secrétaire général.

Créé en 1999 par 62 magistrats dans un contexte de division dans la corps de la magistrature, le Syndicat Burkinabè des Magistrats, avec ses deux cents militants, a fait de l’indépendance de la magistrature un combat principal. Pour le syndicat, même si d’autres maux minent la justice, la question de l’indépendance reste toujours d’actualité et constitue toujours l’un de ses principaux combats. Car, a relevé Karfa Gnanou, « de 1999 à nos jours, les textes, les méthodes et les pratiques qui portent atteinte à l’indépendance n’ont pas beaucoup changé ». En plus de poursuivre ce combat, le conseil syndical a présenté comme défi à relever, l’adoption du statut de la magistrature prévue initiale au plus tard le 30 juin passé.

A l ‘occasion de la commémoration de cet anniversaire qui s’étale du mois d’octobre 2014 à juin 2015, la question de l’indépendance ainsi que la question récurrente de l’unité syndicale seront au cœur des activités de réflexion. « Nous sommes favorables à ce qu’il y a une organisation syndicale unique  car le sens de notre action c’est l’unité des magistrats » a rappelé le secrétaire général du syndicat, soulignant tout de même que « nous n’allons pas faire du fétichisme avec cette question de l’unité syndicale » et que ce qui importait surtout et pour le moment c’est l’unité d’action.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *