Hama Arba Diallo est retourné à la terre de Selbo

452 17

C’est dans sa terre natale du village de Selbo, à une dizaine de kilomètres de Dori, que repose désormais Hama Arba Diallo. Il y a été conduit dans l’après-midi de ce vendredi 03 octobre par sa famille et ses amis très attristés, sous les pleurs de toute la commune. De nombreux officiels étaient aussi présents, dont une délégation du Niger venue démontrer son accompagnement à la famille éplorée.

Il est exactement 12h quand la dépouille mortelle du député-maire de la commune de Dori entre dans la cour de la mairie, en présence de sa famille. Aussitôt une houle de pleurs s’élève et traverse la foule dans laquelle se confondaient hommes, femmes et enfants qui défiaient la chaleur du soleil ardent de ce vendredi. Ils sont venus de toute la commune et même au-delà, pour dire adieu à celui qu’ils considèrent comme étant le levier du développement de leur environnement.

L'épouse et les enfants du député-maire Arba Diallo, arrivant à la cérémonie d'hommage à la mairie. ©Burkina24
L’épouse, les enfants et frères du député-maire Arba Diallo, arrivant à la cérémonie d’hommage à la mairie. ©Burkina24

Bien avant cet instant, la population est venue s’installer en grand nombre dans la cour. Elle a assisté à l’arrivée de Me Bénéwindé Sankara, premier des officiels à s’installer, rejoint peu après par Ablassé Ouédraogo. Suivent le Premier Ministre Luc Adolphe TIAO, et la délégation nigérienne dirigée par le Ministre des affaires étrangères de la République du Niger. De nombreuses autres personnalités, dont le Ministre de la Culture et du Tourisme Baba Hama, et celle de l’Education nationale et de l’Alphabétisation Koumba Boly/Barry, se joignent ensuite à la cérémonie.

C’est alors dans une atmosphère lourde d’émotion que ceux qui le souhaitent peuvent s’incliner devant la dépouille, en signe d’au-revoir. On y voit passer Salif Diallo et Simon Comparé, Saran Séré Sérémé, Boukary Kaboré dit Le Lion, l’Evêque de Dori, et de nombreuses personnalités plus ou moins connues.

Après ces hommages, le corps est transféré à la grande mosquée pour la prière du vendredi, avant que le cortège  ne s’ébranle vers la commune de Selbo, à une dizaine de kilomètres de Dori.

De son vivant, et durant ses mandats à la tête de la mairie de Dori, Arba Diallo a toujours travaillé au développement de sa localité, et surtout au recul du désert. Ainsi, c’est la terre reverdie de son village qu’il a souhaitée comme dernière demeure, et c’est donc dans la cour familiale qu’il repose désormais.

De nombreux discours saluent la mémoire de l’homme qu’a été Arba Diallo, tous racontant sa vie parsemée de belles réussites et de grands combats. Zéphirin Diabré déclare : « l’opposition politique te fait le serment, de rester fidèle à tes convictions et à ton engagement, de ne jamais trahir ton idéal, et de défendre becs et ongles les intérêts et les acquis de notre peuple». Le Chef de File de l’opposition politique (CFOP) a du mal à contenir ses larmes sur la fin de son propos, finissant son discours en sanglots.

Pour le représentant de la Convention des Nations Unies, venu d’Allemagne où le défunt a servi de nombreuses années: « Peuple de Dori, peuple du Burkina Faso, soyez fiers de ce moment où, au crépuscule de sa vie, Monsieur Diallo a encore su traîner avec lui des peuples et des cultures de tous horizons. (…) il a toujours été un porteur de flambeau, un guide. »

Le premier ministre Luc Adolphe Tiao, prononçant son discours avant l'inhumation ©Burkina24
Le premier ministre Luc Adolphe Tiao, prononçant son discours avant l’inhumation ©Burkina24

L’épouse et les sept enfants que Hama laisse derrière lui ne souhaitent pas prendre la parole devant la foule, tant l’émotion est grande chez eux. Quant au Premier Ministre Luc Adolphe Tiao, qui ferme la longue liste des intervenants, il souhaite que le défunt soit vu comme une référence : «Je traduis à sa famille politique toute notre compassion et lui demande de porter son idéal, cet idéal qui nous permet de nous rassembler ici, de nous parler au-delà de nos différence. »

La cérémonie prend fin avec les prières de bénédiction et de recommandation du défunt à Allah, demandées par les dirigeants de la communauté musulmane alors présente. Après cela les différentes délégations reprennent le chemin vers Dori, laissant la famille se recueillir. C’est assurément un grand homme que perd la commune et la famille politique burkinabè. Cette dernière aura certainement en mémoire ses convictions, surtout pour l’opposition qui doit continuer le combat pour l’alternance au pouvoir sans un de ses meilleurs harangueurs.

 
Stella Nana, envoyée spéciale à Dori
Burkina24


Il y a 17 commentaires

  1. Repose en Paix Arba Diallo, la terre du Burkina te sera eternellement reconnaissant. Hama Arba Diallo tu es un Grand Homme

  2. HAMA ARBA DIALLO n’est mort,
    Arba, tu sais quoi? Tu n’es pas mort,
    Tu vis en moi, en lui et en nous,
    Tu es l? dans la Commune de Dori, ? la Mairie, dans le S?no
    Tu es l? ? l’h?micycle, regard riv? sur tes adversaires politiques
    Tel le lion ? l’aff?t de la moindre contreverse politique,
    Barbichette tendue comme le marteau de Thor,
    Tu n’h?sitais point ? mettre ? l’heure
    Les pendules de tes adversaires politiques parfois mal regl?es,
    Tu vis ? Ouagadougou, ? Bobo-Dioulasso, ? Ouahigouya, ? Banfora…
    Tu vis dans Le Balai Citoyen, tu vis dans le mouvement ca suffit,
    Tu vis dans d?bat politique, tu vis dans assembl?e africaine,
    Tu vis dans autant de mouvements engag?s pour l’Alternance,
    La D?mocratie, contre la patrimonisation du pouvoir,
    L’Article 37 ?tait comme ton unique fils politique que
    Tu n’as jamais aim?, en bon p?re d’ailleurs, donner
    Aux loups et aux chacals politiques,
    Aux vampires politiques, aux politicards, aux froussards,
    Pour qu’ils le tuent, le violent et l’assassinent pour ensuite
    Vouloir mettre apr?s sur pied une commission ind?pendante
    Qui n’aboutira ? rien de concret comme dans la mort de Norbert
    Et tu as eu raison, tu as eu parfaitement raison et c’est
    Bien pour cette m?me conviction, qui t’amen? ? tout donn?
    A Dori, au Burkina Faso. M?me tes adversaires politiques
    reconnaissent en toi cette valeur humaine bas?e sur l’amour de
    Soi, des siens, du Natal, de la Patrie et de l’Universel,
    Amour qui malheureusement en politique est sodomis?, viol? par
    Beaucoup qui ressemblent plus ? des panses pos?es sur deux pieds
    Contrairement ? eux, toi, tu ?tais une pens?e pos?e sur deux pieds
    Altruiste, tu l’?tais, convaincu, tu le fus, pers?verant, tu l’as ?t?,
    La jeunesse te pleure, la jeunesse consciente te pleurera,
    Si tu pouvais seulement voir actuellement combien de comptes
    Facebook portent ett porteront ta photo comme celle de profil,
    M?mes tes adversaires politiques n’ont pas manqu? d’usurper ta photo
    comme celle de leur profil. Est ce pas compassion, conviction ou par hypocrisie? Seul Dieu seul sait,
    Ton carton rouge contre la “monocratie”, contre la “d?mocrature” restera
    Grav? dans l’histoire politique du Burkina Faso comme le jour est grav?
    Dans la semaine, comme une v?rit? ind?lebile,
    Ce geste fort et os?, sera, sois s?r, une valeur
    Ajout?e ? la politique du Faso, qui ressemble un bazar
    Qui avait besoin de quelqu’un pour la moralisation et pour l’Arbitrage,
    Adieu l’Artiste Politique, Adieu Papa Arba, Adieu Homme de Parole,
    Adieu fils du Liptako, Adieu l’Homme donneur de Carton rouge,
    Repose en paix, mais assiste de l? o? tu seras, ? la victoire
    De l’Alternance sur la dictature, de la victoire de la d?mocratie
    Sur le pouvoir ? vie, ? la victoire du peuple contre le Referendum,
    Tu nous manqueras ?normenement
    La jeunesse consciente a fait Serment d’aboutir ? l’alternance
    Pour le repos d?finitif de ton ?me.
    Maikoo ? Jean de la Fontaine…

  3. Merci Hama Arba Diallo pour cette vie de conviction et non de panse politique. Tu as ?t? et d?meur? sur la m?me ligne politique. Contrairement ? beaucoup de ventres politiques, toi tu ?tais un homme politique. Tu as servi Sankara et tu es rest? sur la m?me… Merci! Adieu le Politicien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre