An 27 de l’assassinat de Thomas Sankara : L’idéal sankariste sous les projecteurs

728 4

Le 27e anniversaire de l’assassinat du président Thomas Sankara sera commémoré. Sept partis politiques et six organisations de la société civile ont mis en place un comité d’organisation pour coordonner des activités sous le thème « l’idéal sankariste : une conception endogène de développement ».

Le comité d’organisation de l’anniversaire du 27e anniversaire de la disparition du président Thomas Sankara a animé une conférence de presse ce 6 octobre 2014 à Ouagadougou. Athanase Boudo, président du comité, a indiqué que cette commémoration se tiendra sous le thème de l’idéal sankariste en tant qu’exemple de développement conçue de façon endogène.

Occasion pour lui de dresser un bilan comparatif de la situation sociale et politique actuelle du Burkina. « Aujourd’hui, la fracture sociale est plus que jamais prononcée dans notre pays. Pendant que le peuple serre la ceinture, ploie sous le poids de la misère, le régime de Blaise Compaoré (…) la desserre et étale sans vergogne des richesses mal acquises », diagnostique Athanase Boudo.

Il lui oppose les quatre années de  réalisations de la Révolution burkinabè, lors de laquelle « le peuple savait que ʿson génie créateur libéré, il était capable de créer lui-même et de ses propres mains les fondements matériels de son avenirʾ ».

Plusieurs activités seront menées lors de cette commémoration. Parmi elles, il y a le congrès unitaire de trois partis sankaristes (UNIR/PS, CNR/MS et FFS) le 11 octobre afin de « créer les conditions d’une alternance alternative au Burkina Faso ».

Une conférence publique est également prévue le 9 octobre sur la  « nécessité de l’unité sankariste pour une alternative au Burkina Faso ». Le traditionnel dépôt de gerbe aura lieu le 15 octobre, date anniversaire de la mort du président Thomas Sankara. A la même date, des étudiants de la cité universitaire de Patte d’Oie se soumettront à un concours de la meilleure interprétation d’un discours de Thomas Sankara.

Les Sankaristes sont convaincus, face  à la « déliquescence actuelle de la gouvernance actuelle » du Burkina, que l’idéal sankariste est la voie qui peut sauver le peuple burkinabè. Les membres du comité d’organisation ont donc lancé un appel à tous les progressistes et à tous les « patriotes »  en vue « d’un changement radical et qualitatif pour l’avènement d’une véritable alternative dans notre pays en 2015 ».

Abdou ZOURE
Burkina 24


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Oui un anniversaire douloureux du 21 e si?cle pour le pays des hommes int?gres caus? par un pr?sident cam?l?on et complexe. Un anniversaire ? ne pas oubliez de 93 crimes ?conomique, 177 crimes politique y compris Le juge NEBIE selon le rapport d?pos? le 22 f?vrier 2000 pour un pardon bidon. OUI ! S?il y a un anniversaire ? oublier, c?est ce 3 f?vrier 1951 a Ziniar? un petit village perdu au Nord- est de Ouaga qui a vu naitre un ?tre complexe, qui va tuer sans remord, emprisonner sans piti?, faire disparaitre et assume pleinement ses actes pour le malheur d?un peuple meurtri. Un personnage sans ?tat d??me, qui ne peut m?me pas donner l?occasion aux enfants de son fr?re d?arme d?aller s?incliner sur la vraie tombe de leur p?re tuer l?chement, celui dont il a mis des balles sur le corps et deux dans la t?te : pourtant il ?t? accueilli dans la maison familiale des Sankara comme fils, il mangeait, rigolait s?amusait avec fr?res, m?re, s?urs de son fr?re d?arme. La liste ? ne pas ?voquer est tr?s longue, sauf l?alternance politique dans notre pays, qui sera de gr? ou de force, et qui mettra fin ? un r?gne sans partage et ? la cl? la corruption ? ciel ouvert, pour que le Burkina s?y retrouve.

  2. j?ai souvent peur de la politiq,en ce sens que soit on y laisse sa vie pour sa bonne foi en la politiq pour des lendemains meilleurs,soit on d?vient irresponsable,?go?ste et alors de milliers de gens croupissent sous la mis?re…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *