Burkina : Il faut purger la politique

555 9

En 2010, un peu plus de 800 000 Burkinabè sur plus de cinq millions de potentiels électeurs sont allés aux urnes à l’élection présidentielle. Le désintérêt des « Hommes intègres » pour la politique avait alors atteint un pic critique. Deux ans plus tard, aux législatives et municipales, le chiffre s’est amélioré. En 2014, au  vu de la mobilisation lors des différents meetings organisés par l’opposition et la majorité, la situation devient encourageante.

Mais, car il y a un « mais », tout peut basculer à tout moment. Cela est dû principalement à la façon dont la politique est menée au Burkina et surtout, du sens qu’on lui donne.

Dans la Grèce Antique, la politique est une science qui cherche à imaginer le régime idéal. Machiavel, lui, croit que faire de la politique, égale à répondre à la question du comment accroître l’influence et le pouvoir des clans en place.

Au Burkina, elle s’est longtemps résumée à l’art d’user de subterfuges pour rouler l’adversaire politique dans la farine et souvent, le peuple avec. Une conception dans laquelle « parole donnée » et « parole d’honneur » ont le plus souvent été bafouées.

C’est ce que reproche l’opposition politique à la majorité au pouvoir. Mais les syndicats criblent aussi l’opposition des mêmes maux. Autrement dit, l’ensemble de la classe politique burkinabè s’est le plus souvent comportée d’une façon jurant avec le sens donné au nom du pays.

Purger la politique de la politique de roublardise

Il faut chercher là  la raison pour laquelle les différents cadres de dialogue créés jusque-là pour essayer de sauver le Burkina d’une crise qui le guette avidement ont été jusque-là voués  à l’échec.

 Le Pr Luc Marius Ibriga, enseignant de droit à l’Université de Ouagadougou, en est convaincu. Lors d’un débat démocratique organisé par le CGD (Centre pour la gouvernance démocratique), il a assuré que le dialogue amorcé actuellement par le Président du Faso, avait plus de chance d’aboutir à un résultat positif si la politique au Burkina n’était pas gorgée de tant de « roublardise ».

Le dialogue n’a donc aucun sens si ceux qui y participent ne se font absolument pas confiance. Confiance, non seulement entre les acteurs politiques, mais également entre ces acteurs et ceux au nom de qui ils agissent. La politique au Burkina sait ce qui lui manque : un soupçon d’intégrité et de dignité. C’est l’un des prix à payer pour éviter à  ce pays  ce que tout le monde craint dans son for intérieur.

La Rédaction


Photo : Premier  face à face entre l’opposition et la majorité  politiques avec Blaise Compaoré, le 25 septembre 2014 (© Burkina 24)




Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. VRAIMENT INADMISSIBLE POUR TOUTE PERSONNE ( CDP, FEDAFBC, ASSOCIATIONS AFFILIEES AU CDP, LES PARTIES DE LA MOUVANCE……) QUI VEUT UNE PRESIDENCE A VIE POUR BLAISE PAR LE TROUPATOUILLAGE DE LA CONSTITUTION.

    ET SI BLAISE N’EST PLUS ON MODIFIE LA CONSTITUTION POUR REVENIR A DES MANDATS LIMITES OU ON FAIS QUOI?

    VRAIMENT SI CE N’EST UNE DECADENCE INTELLECTUELLE ET UN ESPRIT DE JE M’EN FOU DE L’AVENIR DU PAYS (BURKINA FASO) ON NE PEUT COMPRENDRE CES GENS QUI VEULENT ORGANISES UN REFERENDUM POUR MAINTENIR BALISE AU POUVOIR.

    LES BURKINABES DOIVENT SE DECIDER DU SORT DE CES GENS QUI NE PENSENT QU’A LEUR VENTRE ET NON L’AVENIR DE LEUR FRERES ET DE LEUR DESCENDENCE.

    DE TOUTE FACON LE PEUPLE INTEGRE EST PLUSQUE VIGILANT.

  2. Merci Professeur. Le fautif est le President et son clan qui croient que le pouvoir acquis doit s eterneliser entre leurs mains. La gangrene a notre jeune democratie doit etre couper par une alternance apaisee. Apres 27ans de pouvoir le pouvoir a corrompu Blaise Compaore.

  3. R?vise ton Fran?ais avant de donner des remarques. Peut-?tre que c’est pour cela que tu as du mal ? comprendre ce dont tu parles actuellement.

  4. VOUS PARLEZ!

    QUI IL FAUT FAIRE CONFIANCE? BAISE! MON OEIL OUI! UN MANIPULATAIRE DE LA DEMOCRATIE DEPUIS PLUS DE 30 ANS ET VOUS DIT DE LUI FAIRE CONFIANCE

  5. VOUS PARLER!

    QUI IL FAUT FAIRE CONFIANCE? BAISE! MON OEIL OUI! UN MANIPULATAIRE DE LA DEMOCRATIE DEPUIS PLUS DE 30 ANS ET VOUS DIT DE LUI FAIRE CONFIANCE

  6. Si l’opposition ne veut pas jouer jeu franche alors ?a sera t’en pie pour elle,le pouvoir en place n’a rien a faire et a tout moment elle peut aller consulter le peuple,c’est son droit et l? je crois que l’opposition quelle qu’en soi ces d?sirs ne peut emp?cher cela.

  7. entre juge et partie |

    S’il y’a bien une personne qui n’a pas confiance aux autres,je crois que c’est l’opposition,on dirait bien qu’on les y obligent a participer,on dirait bien qu’elle de veut en aucun cas mettre un peu d’eau dans son vin tout en sachant que le pouvoir a le droit de d?cider de la tenue du r?f?rendum sans que rien ne ce passe.

  8. Blaise est un homme de confiance et de vision!la m?fiance du peuple,c’est bell et bien ? l’egard des opposants qui passent tou leur temps ? l berner.J pense entoute franchise qu’il est plus qu’opportun de renouveler notre confiance au president compaor? qui nou a montr? ? maintes reprises qu’il est un guide digne de ce nom!!!!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *