C’est la saison des prix Nobel ! Des africains font parler d’eux.

595 0

C’est la saison des prix Nobel, cette semaine verra la remise des prix Nobel : physique, chimie, littérature, médecine et en point d’orgue le prix Nobel de la paix. Les noms qui circulent pour les favoris sont cette année très contrastés et les Africains ne sont pas en reste.

Les spéculations vont bon train, surtout pour les prix de littérature et de la paix. Ce lundi, la semaine s’ouvre avec  le prix Nobel de Médecine décerné à l’Américano-britanique  John O’Keefe et au couple de Norvégiens  May-Britt et Edvard Moser, pour leurs découvertes du GPS interne au cerveau permettant aux individus de s’orienter dans l’espace.

Les lauréats du prix Nobel de physique sont aussi connus  ce mardi 7 octobre. Les Japonais Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura, sont consacrés pour cette invention qui permet des économies d’énergie très importantes : les lampes LED.

Pour le prix Nobel de littérature, les bookmakers parient sur le romancier japonais Haruki Murakami, né en 1949. Auteur de romans à succès. Il est aussi reconnu au Japon pour avoir traduit en japonais des auteurs anglophones de premier plan. L’Etat ivoirien au mois d’août, proposait la candidature de Bernard Berlin Dadié en reconnaissance de ses efforts en faveur de la promotion de la littérature africaine.

Le prix Nobel de la Paix, le plus prestigieux

Cette année, on compte un nombre record de 278 candidats. La liste inclut notamment l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden, qui a révélé des documents confidentiels. Il crée la polémique avec sa candidature. Autre nom cité, le pape François, considéré comme  le pape des pauvres.

Enfin, le nom du Congolais Denis Mukwege circule également. Il s’agit de ce médecin qui dans l’est de la RDC, au péril de sa vie, “répare” les femmes suite à leur viol assorti de destruction volontaire des organes génitaux.

Depuis sa création, les prix Nobel en 1901, on porte à quinze le nombre de personnalités africaines ayant obtenu un Nobel toutes catégories confondues. Le prix Nobel de la paix vient en tête suivi du Nobel de la littérature.

2011 : le prix Nobel de la paix est décerné à la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et à sa compatriote militante Leymah Gbowee, conjointement avec la Yéménite Tawakkol Karma.

De-gauche-à-droite-la-Yeminite-Tawakkul-Karman-Leymah-Gbowee-et-Ellen-Johnson-Sirleaf.jpg
De-gauche-à-droite-la-Yeminite-Tawakkul-Karman-Leymah-Gbowee-et-Ellen-Johnson-Sirleaf.jpg

2004 : le prix Nobel de la paix est décerné à la militante écologiste kényane Wangari Maathai, qui est décédée le 25 septembre, des suites d’un cancer.

kenyane

2003 : le prix Nobel de littérature est décerné à l’écrivain sud-africain John Maxwell Coetzee.

2001 : le prix Nobel de la paix est attribué conjointement à l’ONU et à son secrétaire général, le Ghanéen Kofi Annan.

koffy anan

1999 : l’Américano-Egyptien Ahmed Zewail reçoit le prix Nobel de chimie.

1993 : le prix Nobel de la paix est attribué conjointement à Nelson Mandela, symbole de la lutte contre l’apartheid et futur président, et au chef de l’Etat Frederik De Klerk, notamment pour leurs efforts en vue de “l’établissement d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique”.

nelson mandela

1991 : le prix Nobel de littérature est décerné à la romancière sud-africaine Nadine Gordimer pour son œuvre contre la ségrégation raciale dans son pays.

1988 : l’écrivain égyptien Naguib Mahfouz obtient le prix Nobel de littérature.

1986 : l’écrivain nigérian Wole Soyinka obtient le prix Nobel de littérature.

wolé

Wole Soyinka à Lagos, en décembre 2006.

1984 : l’archevêque noir anglican d’Afrique du Sud, Mgr Desmond Tutu, se voit attribuer le prix Nobel de la paix pour son “rôle de leader” dans la campagne anti-apartheid.

1422117_desmond tutu

1978 : le président égyptien Anouar El-Sadate partage le prix Nobel de la paix avec le Premier ministre israélien Menahem Begin, son cosignataire des accords de Camp David.

1960 : le chef zoulou Albert John Luthuli, alors président du Congrès national africain (ANC, interdit en Afrique du Sud à cette époque) obtient le prix Nobel de la paix.

1951 : le Sud-Africain Max Theiler reçoit le prix Nobel de médecine pour sa découverte du vaccin contre la fièvre jaune. Le pays, sous le nom d’Union sud-africaine, était alors membre du Commonwealth britannique.

Reveline Somé

Burkina24

Sources: www.france24.com, www.lemonde.com, www.rtbf.be



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *