Prix des 5 continents de la Francophonie : Le journaliste-écrivain algérien, Kamel Daoud, remporte

524 0

Le jeune auteur a eu le génie et le courage d’écrire un récit qui s’apparente à la suite de « L’Etranger », le chef-d’œuvre d’Albert Camus, 70 ans plus tôt. Mais le roman du journaliste-écrivain Kamel Daoud est un tout qui se tient, se lit aisément et se comprend. C’est l’information publiée sur le site web d’ « Agence Ecofin ».

Kamel Daoud a intitulé son œuvre « Meursault », contre-enquête. Paru en Algérie aux Éditions « Barzakh » en 2013, le livre a décroché l’édition 2014 du Prix des cinq continents de la Francophonie.

Meursault est bien le héros de « L’Etranger », celui-là même qui tue un Arabe demeuré dans l’anonymat. En 1942, Albert Camus s’était inspiré d’un fait réel, c’est-à-dire, un assassinat commis en Algérie, relégué par les journaux dans la rubrique des faits divers.

Camus s’était alors mis dans la peau du tueur. Kamel Daoud, quant à lui, a choisi un tout autre narrateur : le frère de la victime, du fameux Arabe assassiné sur la plage.

L’auteur s’interroge alors sur la personnalité de cet Algérien mort, d’après Agence Ecofin. Il saisit le prétexte pour questionner ce passé qui détermine le présent.

Occasion également, selon la même source, pour lui d’affirmer l’engagement de l’écrivain qui, par sa seule plume, rappelle le réel et peut l’influencer. Le journaliste engagé écrit, en outre, des chroniques dans « Le Quotidien d’Oran ».

Par son style et le sujet qu’il aborde, l’Algérien Kamel Daoud s’est distingué parmi les dix auteurs en lice pour le prix littéraire, représentant cinq pays : France, Canada-Québec, Vietnam, Suisse et Algérie. Il recevra ainsi son prix le 28 novembre prochain à Dakar au Sénégal, lors du 15e Sommet de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Le lauréat bénéficiera de la promotion de son œuvre à travers le monde pendant une année. En rappel, créé par l’OIF en 2001 dans le but de valoriser des talents littéraires en langue française sur les cinq continents, ce Prix, doté de 10.000 euros, est attribué chaque année par un jury international. Selon le site web de l’OIF, pour l’édition 2014, ce prix a été présidé par Jean-Marie Le Clézio.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *