27e anniversaire de la mort de Thomas Sankara : « Sous le signe de l’unité retrouvée des sankaristes »

949 0

Le cérémonial habituel de dépôt de gerbes et discours sur la tombe de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons a eu lieu, ce mercredi 15 octobre 2014 au cimetière de Dagnoën, à Ouagadougou.

La commémoration de ce 27e anniversaire a été placée sous le thème général « L’idéal Sankariste : Une conception endogène de développement ».

Des prières, des communions et quelques larmes pour le « père de la Révolution burkinabè », Thomas Sankara, mort le 15 octobre 1987. Plus d’un millier de sankaristes et fans de Thomas Sankara ont fait le déplacement au cimetière de Dagnoën, ce mercredi 15 octobre.

Un rendez-vous coutumier, puisque c’est la 27e rencontre du genre où les sankaristes de tous les bords ont effectué le déplacement pour rendre hommage à l’illustre disparu.

Le cimetière de Dagnoën a connu du monde, mais moins que l’année passée.
Le cimetière de Dagnoën a connu du monde, mais moins que l’année passée.

Etaient au programme de cette énième manifestation, 324 mois après la mort de Thomas Sankara, des poses de gerbes de fleurs sur les 13 tombes (Thomas Sankara et ses 12 Compagnons) et des discours des officiels, dont le message de Mariam Sankara, l’épouse de Thomas Sankara et celui des partis politiques.

Pour Me Bénéwendé Sankara, Président de l’UNIR/PS, Président du Front Progressiste Sankariste (FPS) et au nom des partis politiques sankaristes, « cet anniversaire est placé sous le signe de l’unité retrouvée des sankaristes, mais aussi et surtout sous l’engagement que nous prenons de nous battre aux côtés des démocrates et patriotes du Burkina Faso pour réaliser le changement tant attendu ».

« Les conditions d’un changement sont réunies au Burkina Faso »…

Dépôts de gerbes sur les 13 Tombes dont celle présumée de Thomas Sankara.
Dépôts de gerbes sur les 13 Tombes dont celle présumée de Thomas Sankara, le Père de la Révolution burkinabè.

Me Bénéwendé Sankara a également indiqué que le regroupement sankariste « FPS » constitué le 11 octobre dernier, traduit la volonté réelle et effective des sankaristes de faire désormais bloc afin de créer les conditions d’une alternance alternative.

Et depuis les « lieux sacrés » (Cimetière : NDLR), il a réitéré son appel à l’unité sincère et combattante de tous les sankaristes aspirant au changement pour une société de paix.

Selon le Président du Comité national d’organisation de ce 27e anniversaire, Athanase Boudo, « le thème vient interpeller le peuple tout entier comment en si peu de temps, la Révolution Démocratique et Populaire a pu écrire des pages glorieuses de son développement et arracher de grandes victoires… Vigilance, car plus que jamais, les conditions d’un changement, d’une alternative sont réunies au Burkina Faso ».

Et d’affirmer que trois autres partis sankaristes  (l’ADR, La Convergence de l’Espoir et l’URD/MS) ont annoncé leur union pour les jours à venir. « Ainsi, l’unité des sankaristes n’est plus qu’une question de semaines, voire de jours ! L’heure du changement a donc sonné ! », a-t-il conclu.

Le cimetière de Dagnoën a connu du monde, mais moins que l’année passée, « peut-être à cause du match des Etalons au stade du 04 aout, ce jour face au Gabon à 18h GMT » comme l’a mentionné un fan de Thomas Sankara au cimetière.

Noufou KINDO
Burkina24


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. THOM, notre r?volution inachev? dont tes objectifs sont rest?s dans les tiroirs de ton bureau le 15 Octobre 1987 ? 16h20 ont ?t? utilis?s par ton assassin et une ancienne ?quipe de bonne foi, qui sont aujourd?hui ton h?ritage pour un peuple meurtri, dont nous te remercions. Oui un anniversaire douloureux du 21 e si?cle pour le pays des hommes int?gres caus? par un pr?sident cam?l?on et complexe. Un anniversaire ? ne pas oubliez de 93 crimes ?conomique, 177 crimes politique y compris Le juge NEBIE selon le rapport d?pos? le 22 f?vrier 2000 pour un pardon bidon. OUI ! S?il y a un anniversaire ? oublier, c?est ce 3 f?vrier 1951 a Ziniar? un petit village perdu au Nord- est de Ouaga qui a vu naitre un ?tre complexe, qui va tuer sans remord, emprisonner sans piti?, faire disparaitre et assume pleinement ses actes pour le malheur d?un peuple meurtri. Un personnage sans ?tat d??me, qui ne peut m?me pas donner l?occasion aux enfants de son fr?re d?arme d?aller s?incliner sur la vraie tombe de leur p?re tuer l?chement, celui dont il a mis des balles sur le corps et deux dans la t?te : pourtant il ?t? accueilli dans la maison familiale des Sankara comme fils, il mangeait, rigolait s?amusait avec fr?res, m?re, s?urs de son fr?re d?arme. La liste ? ne pas ?voquer est tr?s longue, sauf l?alternance politique dans notre pays, qui sera de gr? ou de force, et qui mettra fin ? un r?gne sans partage et ? la cl? la corruption ? ciel ouvert, pour que le Burkina s?y retrouve. Que Dieu tout puissant garde Thom dans son royaume et prot?ge sa famille.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *