Politique nationale de protection sociale au Burkina : vers la mise en place de cellules régionales

191 0

Le gouvernement burkinabè s’apprête à franchir un nouveau pas dans la mise en œuvre de la politique nationale de protection sociale. Les cellules régionales pour la mise en œuvre de cette politique au niveau régional vont bientôt être mise en place et les acteurs impliqués penchent depuis jeudi 16 octobre sur le projet de texte de mise en place de ces cellules.

Secrétaires Généraux de régions, directeurs régionaux de l’économie et de la planification, acteurs clé de la mise en œuvre de la politique au niveau régional, ainsi que des représentants de ministères et autres institutions, sont réunis en atelier à Kombissiri pour deux jours. A l’ordre du jour, la finalisation du projet d’arrêté portant attributions, composition et fonctionnement des cellules régionales pour la protection sociale (CRPS).

Selon le projet de texte, la cellule régionale regroupera les structures déconcentrées et décentralisées ainsi que les partenaires au développement au niveau régional et sera présidée par le gouverneur de la région. Leur mise en place constitue une étape importante pour la mise en œuvre de la politique nationale de protection sociale, adoptée en décembre 2012.

« Après avoir adoptée la politique nationale de protection sociale, nous sommes en train de mettre en branle les institutions. Pratiquement, le conseil a déjà eu sa première rencontre le 26 novembre 2013 […] Maintenant nous voulons dérouler le dispositif au niveau régional ». Voilà comment le Secrétaire permanent du Conseil national pour la protection sociale, Karime Ganemtoré, a résumé le processus et le but de l’atelier qui permettra de finaliser le texte pour la mise en place des cellules régionales pour la protection sociale.

Karime Ganemtoré, SP du Conseil national pour la protection sociale. © Burkina 24
Karime Ganemtoré, SP du Conseil national pour la protection sociale. © Burkina 24

 

Transformer les bonnes intentions en actions

L’atelier vise aussi à permettre aux acteurs régionaux de s’approprier la politique nationale de protection sociale, surtout le rôle des régions dans la mise en œuvre de cette politique.

Dans le dispositif institutionnel de suivi évaluation de la politique nationale de protection sociale, doivent jouer un rôle important de mobilisation « pour aider à transformer les bonnes intentions en actions concrètes au profit de la population burkinabè en général et des couches vulnérables en particuliers », a expliqué M. Ganemtoré.

Les différents programmes de lutte contre la pauvreté, notamment le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté auquel a succédé la SCADD, n’ont pas toujours permis l’amélioration des conditions de vie des populations, malgré des progrès macroéconomiques significatifs. C’est l’un de défis que veut relevé la SCADD, à travers son axe 2 sur la « consolidation du capital humain et promotion de la protection sociale ». D’où l’adoption en décembre 2012 de la politique nationale de protection sociale avec pour objectif de contribuer au changement qualitatif des conditions de vie de toutes les couches sociales, en particulier les plus vulnérables.

Justin Yarga
Burkina 24

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre