Les chefs d'Etats et de gouvernement de l'UEMOA

20 ans de l’UEMOA : Relever désormais le défi de la mise en œuvre des reformes

126 3

L’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) souffle sa vingtième bougie. La cérémonie officielle de célébration des deux décennies d’existence a eu lieu ce 20 octobre 2014, à Ouagadougou, en présence des différents chefs d’Etat, sous le thème «UEMOA, 20 ans, les voies d’un développement solidaire en Afrique de l’Ouest», et sous la double présidence de Boni Yayi, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etats et de Gouvernements et de Blaise Compaoré, président du Faso.

Créée le 10 janvier 1994 à Dakar au Sénégal, l’UEMOA est perçue comme un modèle d’intégration. Cet anniversaire est l’occasion de faire une rétrospective des acquis et de se projeter vers un nouvel élan de développement au sein de l’Union.

«Vingt ans de vie de l’UEMOA représentent, l’âge de la maturité de notre organisation commune», a déclaré Blaise Compaoré, président du Faso, pays hôte de la célébration des 20 ans de l’UEMOA.

La première décennie ayant permis de poser les bases de l’architecture institutionnelle et fonctionnelle de l’Union, et la deuxième consacrée à l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de celle-ci, en faveur de la croissance des économies, du progrès et de l’amélioration des conditions de vie des populations, cette commémoration offre donc l’opportunité de tirer des enseignements pour la réalisation des différents programmes sectoriels structurants et des politiques communes.

En effet, bien que le franc CFA, qui est la monnaie commune à l’Union, soit passé à un taux de croissance de 6 % en moyenne, avec des pointes de 10%, le niveau des échanges intracommunautaires reste encore en dessous de 20%.

«Ces succès, (…) sonnent également comme des défis pour notre capacité à concrétiser de tels engagements», a reconnu Cheikhe Hadjibou Soumaré, président de la commission de l’UEMOA.

Pour lui, il s’agit de les maintenir, de les consolider et de relever de nouveaux défis que sont la mise en œuvre des reformes, dont l’application des textes dans l’arsenal juridique, d’une revue annuelle, de la mobilisation des ressources financières nécessaires aux projets structurant pour les économies de l’Union, et de l’instauration de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans l’espace UEMOA.

Cheikhe Hadjibou Soumaré, président de la commission de l’UEMOA
Cheikhe Hadjibou Soumaré, président de la commission de l’UEMOA

Plus d’un million de dollars contre Ebola

Même si l’épidémie Ebola n’est pas encore déclaré au Burkina, son ombre a plané sur la célébration des 20 ans d’existence de l’UEMOA. En témoigne les mesures d’hygiène, dont l’application de gel sur les mains, avant d’accéder à la salle des banquets où a lieu  la cérémonie.

En plus, les chefs d’Etat de l’Union ont décidé d’octroyer un montant de 1,5 million de  dollars aux pays concernés. En témoignant leur solidarité aux pays touchés, ils ont exhorté la communauté internationale à continuer à mobiliser les moyens nécessaires afin de prévenir la propagation du virus et de trouver rapidement les remèdes en vue de l’éradication de cette maladie.

Mouniratou LOUGUE
Burkina24

Il y a 3 commentaires

  1. Blaise Compaor? qui regarde timidement vient de de demander son billet pour la CPI en demandant le referendum : Ceux qui l?ont soutenu a prendre cette d?cision veulent l?aider ? rejoindre GBAGBO a la CPI. Que Dieu le pardonne, blaise Compaor? ne sait pas ce qui l?attend en 2015. La patience du peuple Burkinab? a des limites, surtout quand 98% de ce peuple, ethnies confondu se patientent. Le referendum aura un r?sultat de 98% de oui et truquer, l?article 37 sera modifier pour un pouvoir a vie, qui se terminera a un pouvoir de malheur, comme me pr?disait un indien averti. Pr?parons les tombes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre