Décourageantes évasions

630 12

Le mercure de la semaine est monté d’un cran lorsque la rumeur d’un Conseil des ministres extraordinaire pour statuer sur le référendum a fusé la veille du  vendredi, pour ensuite retomber légèrement le lendemain après le semi-démenti du Premier ministre. Mais ce qui a enflammé la toile ce weekend, c’est bien « l’évasion » de Balla Le Pétrolier, ci-devant célèbre délinquant au Hummer.

Que d’interrogations ! Comment un individu peut-il aussi facilement s’évader de la célèbre et fortifiée Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) ? C’est la question qui vient à l’esprit lorsqu’on apprend la nouvelle.

Comment Balla Le Pétrolier, un homme connu comme dangereux et dans une atmosphère burkinabè gorgée de braquages, n’a-t-il pas eu une surveillance particulière pendant sa détention en attendant son jugement ?

Complicité ?                    

A-t-il bénéficié de complicité ? Ou est-ce ses nombreuses amulettes au pouvoir mystique qui lui ont permis de prendre la clé des champs sans que les gardes de sécurité pénitentiaire ne l’aperçoivent ? Ce sont là les questions auxquelles on attend que le Procureur trouve des réponses au bout de l’enquête qu’il a lancée.

De deux choses l’une. Ou Balla Le Pétrolier est réellement aussi performant qu’un acteur de film d’action ou  il y a des trous à la MACO.

En attendant, les gendarmes doivent se sentir exaspérés par cette nouvelle, eux qui ont mis leur vie en danger pour traquer l’homme et son gang et ont réussi à le prendre en vie pour le livrer à la justice.

L’image de la MACO  en jeu

Cette situation remet au goût du jour ce qui est longtemps reproché à la MACO, y compris par certains éléments des forces de l’ordre elles-mêmes. Faut-il croire à  ces rumeurs entêtantes qui affirment que des détenus sortent commettre des forfaits et reviennent comme si de rien n’était ?

On comprendrait alors pourquoi policiers et gendarmes affirment avoir l’impression de travailler inutilement puisque ceux qu’ils arrêtent se retrouvent quelque temps après en liberté.

A l’évidence, l’image de la MACO est en train de prendre un sérieux coup. Il est urgent d’y remédier le plus tôt possible. Cela pour éviter que les délinquants trouvent de quoi s’enhardir (puisque arrêtés, le séjour à la MACO peut être bref), que les forces de l’ordre ne deviennent pas laxistes et que la justice individuelle ne trouve pas là un terreau fertile.

La Rédaction



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 12 commentaires

  1. Juste deux analyse:
    Soit ils veulent ?l?min? le p?trolier avec par une fausse info.
    Soit c’est il ya une complicit? dans sa fuite.

  2. Un autre point est la s?curit? de ces hommes qui interviennent ? visage d?couvert donc reconnus par des bandits. Ceux qui ont aid? le fugitif ont ils pens? aux r?percussions sur les forces de s?curit

  3. On appelle a “une ?vasion pour compl?ment de dossiers”;C’est juste pour pouvoir justifier la non tenue du jugement de bandit annonc? en octobre.

  4. Un mort=un mort:une vie = une vie .Oeil pour Oeil.Votez une loi et quiconque h?te une vie par braquage qu’on le tue publiquement

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *