Ebola, c’est aussi un « virus informatique »

Le cabinet d’étude en sécurité « Trustwave » a mis en garde contre une chaîne de mails frauduleux découverte récemment, qui utilise la panique autour du virus Ebola pour se propager. Comme souvent avec le « spam », le mail affiche un titre accrocheur pour pousser l’internaute à cliquer, et tente ensuite d’infecter sa machine.

Dans le cas présent, c’est généralement un « cheval de Troie » nommé « DarkComet » qui accompagne ces mails. Ce virus, une fois installé sur la machine cible, donne un accès à distance à toutes les données de l’ordinateur, y compris les mots de passe et les prises de vue de la webcam.

C’est ce qu’a annoncé ce mercredi 22 octobre 2014, « Tom’s Guide » sur son site web afin d’alerter les internautes.

Au fait, les messages en question se font passer, entre autres, pour le gouvernement mexicain ou la CDC (l’agence gouvernementale américaine pour la santé publique), et annoncent tantôt des informations alarmantes (et fausses, comme des estimations du nombre de victimes d’ici janvier), tantôt de soi-disant conseils pour combattre la maladie.

On retrouve donc des titres aussi évocateurs tels que « Guide de survie contre Ebola », « 1,4 million de victimes d’Ebola en janvier ? » ou encore « Ebola : ce qu’on vous cache ».

Évidemment, la marche à suivre est de supprimer ce genre de mail dès leur arrivée dans votre boîte mail. Si le cabinet « Trustwave » a assuré qu’il s’agit d’une « attaque à petite échelle » en comparaison de certaines plus importantes découvertes dans le passé, la prudence reste de mise, même avec son ordinateur.

Noufou KINDO
Burkina24


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page