Amadou Bourou: Les artistes demandent de rebaptiser la rue 9.32 en son nom

568 0

Décédé le 8 janvier 2010, les compagnons de planche d’Amadou Bourou, lui ont rendu hommage le 23 octobre, par une série d’activités au quartier Gounghin.

Le buste en hommage à Amadou Bourou (© DR)
Le buste en hommage à Amadou Bourou (© DR)

Cela fait quatre ans que le père fondateur de la compagnie Feeren, Achille Amadou Bourou, l’une des figures du théâtre et du cinéma burkinabè, tirait sa révérence.

Ses héritiers culturels ont décidé d’honorer sa mémoire en organisant une série d’activités, le jeudi 23 octobre au siège de sa compagnie à Gounghin en présence des autorités et de la famille.

Des témoignages, des parents, amis, connaissances, élèves, la projection d’un film documentaire, la représentation du spectacle “Sarzan“ de l’auteur disparu,  étaient les activités qui ont animé la soirée.

Un hommage mérité parce que « l’homme a marqué son temps » par son œuvre, témoigne Baba Hama, ministre de la culture.

Les points marquants de cette soirée sont sans doute l’inauguration du buste du disparu dressé devant le centre et la doléance des artistes de baptiser la rue « Rue Amadou Bourou ».

Une doléance que le ministre estime être légitime et dont l’aboutissement sera un hommage de plus pour l’homme.

C’est dans cette même rue transformée en village, que se tiendront les Récréatrales du 25 au 2 novembre prochain.

Et pour l’histoire, Amadou Bourou est celui qui «a situé cette rue, il a identifié, travaillé cette rue, où il a formé beaucoup d’entre nous.

 Cette rue abrite tellement son âme, son énergie que nous souhaitons qu’elle soit nommée rue Amadou Bourou», raconte Etienne Minoungou, directeur des Récreatrâles.

Visite Rue 9.32 au quartier Gounghin transformée en village des Récréâtrales par le maire (en tenue traditionnelle)
Visite Rue 9.32 au quartier Gounghin transformée en village des Récréâtrales par le maire (en tenue traditionnelle)

Le maire de l’arrondissement,  Amidou Simporé, dit prendre acte et promet de transmettre la demande au maire centrale en vue d’étudier sa faisabilité.

La date du 23 octobre symbolise aussi la création de sa compagnie. C’est donc dans la perspective de célébrer cet héritage, de relancer les activités de la compagnie laissée en léthargie depuis sa disparition et de continuer son œuvre que ses élèves, ont organisé ce vibrant hommage.

Reveline SOME
Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre