Des journalistes veulent lutter pour l’accès des populations à l’énergie

151 0

Né le 23 novembre 2013, l’Association des journalistes et communicateurs pour l’Energie et le Développement (JED), a animé un point de presse, 25 octobre au centre de presse Norbert Zongo, sur la situation énergétique du Burkina et de la sous –région, l’objectif de la JED et annoncé leurs actions à venir.

Au Burkina Faso, le taux d’électrification nationale est en dessous de 20% (17% en 2013), la situation est encore moins reluisante en milieu rural (3, 5%) malgré les efforts consentis par les acteurs du secteur.

En Afrique de l’Ouest, le secteur électrique actuel des pays de l’EEEOA (Système d’Echanges d’Energie, Electrique Ouest Africain) ne dessert qu’environ 30% des 300 millions d’habitants dont plus de 80%  dans les trois pays exportateurs d’électricités (Côte d’Ivoire, Nigeria et Ghana) avec près de 57% pour le Nigeria seul.

La demande d’électricité est encore loin d’être satisfaisante. De plus, la production totale des systèmes interconnectés a connu une baisse importante par rapport aux prévisions envisagées. Pourtant, le sous-sol africain dispose de ressources énormes sans oublier le potentiel solaire, les gisements géothermiques ou éoliens.

Face à ce tableau peu luisant, l’association des journalistes pour l’Energie et le Développement, créée le 23 novembre 2013, veut contribuer par l’information et la communication à la lutte pour l’accès des populations à l’énergie. La rencontre du 25 octobre visait à faire connaître l’association  à la presse et aux acteurs du secteur d’énergie et annoncer les activités prochaines pour célébrer leur première année d’existence.

Amener la SONABEL à mieux communiquer

De ce fait, une première édition des journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE) aura lieu du 27 au 29 novembre à Ouagadougou sous le thème « Energie et développement durable au Burkina Faso» : quelle contribution des hommes de medias?» avec des conférences publiques, des panels et une sortie de terrain à la centrale de Komsilga.

L’objectif que vise la JED est d’informer la population, de veiller à ce que les engagements pris soient respectés et interpeller les acteurs à mieux déployer les moyens, car dit le président, Grégoire Bazié, « là où sont les médias, les choses bougent ».

Pour eux, la SONABEL ne communique que lorsqu’il y a des délestages. «Notre objectif, c’est de les interpeller à communiquer» plus souvent. Cependant, « nous n’allons pas nous transformer en chargé de communication de la SONOBEL», précise Boukary Nébié, secrétaire général de la JED.

Dans la perspective de mener à bien leur mission, la JED penche pour la formation de ses membres afin de mieux relayer l’information aux populations.

Reveline SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre