Burkina : Les greffiers sont en grève

Les greffiers du Burkina Faso sont entrés en grève ce 27 octobre 2014. Cette grève, menée par le syndicat des greffiers du Burkina(SGB) et le syndicat des agents de la justice(SYNAJ), prévue pour  120 heures a pour objet d’exiger l’adoption des décrets portant grille indemnitaire et grille indiciaire en application de la loi 054-2012 portant statut du personnel du corps des greffiers.

La loi 054-2012, votée le 18 décembre 2012 à l’Assemblée nationale prévoit 3 décrets d’application, dont le décret portant conditions générales d’application de cette loi, adopté en juillet dernier en conseil des ministres.

Pour ce qui est des deux autres, les décrets portant grille indiciaire et grille indemnitaire, ni les sit in et grèves, ni les projets élaborés et déposés au ministère de l’économie (MEF) et des finances, n’ont abouti à leur présentation et adoption en conseil des ministres. Et pour les grévistes, leur patience n’a que trop duré.

«La patience que le gouvernement attend de nous a excédé largement ses limites objectives car de toute évidence, nous avons été plus que patients», comme mentionné dans le préavis de grève que les deux syndicats adressaient au président du Faso le 13 octobre dernier. Pour eux, leur dossier se trouve depuis novembre 2013 au MEF qui n’a qu’à le présenter en conseil des ministres pour son adoption.

De plus, le gouvernement leur aurait promis, lors d’une rencontre,  l’adoption de ces décrets avant les vacances gouvernementales, donc en fin juillet au plus tard. Mais ils ne veulent pas d’amalgame avec la situation socio politique actuelle.

Me Kafando Abdoul Aziz, chargé de l’organisation au bureau national du syndicat des greffiers du Burkina
Me Kafando Abdoul Aziz, chargé de l’organisation au bureau national du syndicat des greffiers du Burkina

«Nous avons déposé notre préavis depuis le 13 octobre, la situation actuelle n’était pas encore née et nous n’avions pas connaissance que cela allait se passer de la sorte», a expliqué Me Kafando Abdoul Aziz, chargé de l’organisation au bureau national du syndicat des greffiers du Burkina.

Leur préavis étant à échéance, ils ont décidé d’observer le mot d’ordre. Il a ajouté que leur lutte n’est pas politique, mais concerne plutôt les conditions de vie et de travail du greffier.

Pour cette grève, seuls les greffiers faisant l’objet d’une notification et ceux en situation de stage probatoire n’ont pas le droit d’y participer. D’autres collègues, comme ceux du syndicat autonome des magistrats leurs ont déjà témoigné leur soutien par des correspondances.

Mouniratou LOUGUE
Burkina24


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page