Révision de l’article 37 : La société civile invite les partis politiques “à s’abstenir de tout propos ou mot d’ordre de nature violente”

181 11

Ceci est une déclaration du Conseil national des Organisations de la société civile, qui, tout en rejetant “catégoriquement” la révision de la constitution en son article 37, appelle les partis politiques “à s’abstenir de tout propos ou mot d’ordre de nature violente”.

Le Burkina Faso, notre pays, traverse actuellement des moments difficiles. Il s’agit d’une crise sociopolitique sans précédent, liée à un débat sur la modification de l’article 37 de la constitution portant sur la limitation du mandat présidentiel à deux.

Face à un manque de consensus entre les acteurs politiques sur la question, des médiations et concertations ont été entreprises et ont toutes connu des échecs.

Ce débat, du point de vue officiel, a été mené dans l’ignorance totale de la société civile, comme force de propositions à même de contribuer à la recherche de solution à cette crise majeure.

Face aux échecs de dialogue, le gouvernement a décidé, lors du conseil extraordinaire des ministres, tenu le 21 octobre 2014, de procéder à la révision de l’article 37 de la constitution par l’adoption de projet de loi et son examen à l’Assemblée nationale est prévu pour le 30 octobre 2014.

Cette décision du gouvernement, loin d’être une solution à la crise que vit notre pays, est plutôt porteuse de tous les dangers pour la paix sociale, la cohésion nationale et la stabilité des institutions de l’Etat.

Soucieux de la préservation de la paix sociale et de la cohésion nationale, le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso est  profondément préoccupé par les derniers développements de la situation nationale.

A cet égard, il déclare ce qui suit.

  1. Les préoccupations actuelles des populations sont liées à leurs problèmes de santé, d’eau potable, de logement, d’éducation et de survie.
  1. La société civile rejette de façon catégorique la décision du gouvernement sur la modification de la constitution, en son article 37.
  1. La société civile appelle le gouvernement au respect strict de la constitution, notamment le maintien de la limitation du mandat présidentiel.
  1. La société civile appelle les Députés à l’Assemblée nationale sur leurs responsabilités quant à la dégradation de la paix sociale et de la cohésion nationale.
  1. La société civile invite les partis et formations politiques à s’abstenir de tout propos ou mot d’ordre de nature violente.
  1. La société civile appelle les structures de la société civile et les citoyens à prôner le civisme et la tolérance.
  1. La société civile appelle la presse à l’équilibre dans le traitement de l’information et à contribuer fortement à l’apaisement et au renforcement de la bonne gouvernance et de la démocratie.

Le Conseil national des OSC

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 11 commentaires

  1. Le President Restera A Sa Place En 2020 Il Decend Ya Pas Du Mal Dans ?a
    Modificat* Du 37 Ces Normal.
    Svp Ne D?clenc? Pas La Gueurre Au Bf Coe Ceux Que La Lybie A F? A Leur President.
    Heinrich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre