Burkina : L’Assemblée et le gouvernement dissous, couvre-feu (armée)

825 3

Le Chef d’état major général des armées burkinabè, le Général de division, Honoré Nabéré Traoré, entouré des commandants des différentes forces armées nationales, a fait lire un communiqué à l’état major général des armées.

Les principales décisions sont que l’Assemblée nationale est dissoute, le gouvernement est dissout et  un organe transitoire sera mis en place, en concertation avec toutes les forces vives de la nation, en vue de préparer les conditions pour le retour  à l’ordre constitutionnel normal dans un délai de douze mois au plus tard.

Qu’en est-il de la situation du Président du Faso ? Le Général Honoré Traoré a indiqué n’avoir pas de déclaration à faire sur cette question.

A noter que quelques heures avant la déclaration, trois communiqués lus à la Radio nationale, le Président du Faso a pris un décret instituant l’état de siège à compter de ce 30 octobre 2014. Le Chef d’état major général des armées est chargé de l’application de ce décret.

Deux autres communiqués annoncent que, le président ayant “compris le message” de la population,  le projet de loi portant révision de la Constitution est retiré et que le gouvernement est dissout. Les communiqués ajoutent que le Chef de l’Etat ouvre des pourparlers avec tous les acteurs politiques afin de trouver une sortie de crise.

Mais le Chef de file de l’opposition, dans un communiqué, rejette l’état de siège et appelle les populations  à envahir la Place de la Nation jusqu’à ce que la loi soit retirée.

Le Chef d’état major des armées a cependant  décrété un couvre-feu de 19h à 6h du matin sur toute l’étendue du territoire national.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Mr. le pr?sident quand vous aviez le feu aux fesses, vous retrouvez Dieu et votre peuple comme en 1999 dont vous aviez promis au peuple de respecter la lettre et l?esprit de l?article 37 qui interdisent tout pr?sident du Faso de briguer 3 mandats pr?sidentiels cons?cutifs : Mais ?pres que vos fesses sont prot?g?s par cette promesse vous retournez votre veste pour tromper le peuple. Non c?est maintenant ou a jamais, vous deviez d?missionner pour trahison, mensonge a votre peuple, et abus de pouvoir, pour que le peuple prenne son destin en main. M?me pas un chien au Burkina n?a confiance a vous. Il est temps de vous faire oublier et non prendre un billet pour la CPI.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *