Un référendum pédagogique, en effet !

652 9

Te souviens-tu Thom, oui Thom mon fiston, il y a 15 jours je te souhaitais bon anniversaire, je terminais en ces termes « Cher fils, 27 ans, tu te rends compte, à toi et à ta génération de choisir le Faso de votre demain ». Eh bien c’est désormais fait, bravo Thom ! 

Le vin avait été tiré, mais fallait-il le boire ? Au commencement était le CCRP, le CCRP engendra le Sénat, le Sénat devait engendrer une modification parlementaire de l’article 37. Mais des empêcheurs de tourner rond entrèrent dans la danse et le Sénat fût oublié. Oups, où trouver une formule neutre pour faire passer la pilule du référendum.

D’imagination en imagination, Compaoré sortit de son chapeau un médiateur téléguidé, zut non… un médiateur téléguidé sortit tout seul du chapeau de l’homme fort pour proposer un lenga. Karissa ! hurlèrent les empêcheurs de tourner rond, puis le médiateur disparu comme il était venu.

L’homme fort voulait manger son piment dans la bouche des députés

Les députés CDP et apparentés sont sommés de faire une proposition de loi, qui bizarrement s’est muée en un appel lancé au chef de manger lui-même son piment. Le chef actionna son chapeau puis sorti le dialogue inclusif.

 Le ventre du chef aime le piment, mais sa bouche n’aime pas le croquer. Alors on fait quoi chef ? Depuis le 15 octobre 1987, ce n’est jamais lui, donc il a trouvé une solution : l’appel incessant de milliers de gens remplis dans des stades, il connaît même le nombre exact, 50 000.

Ce qu’il ne connaît pas c’est le nombre de ceux qui sont contre, mais ça il l’a vu le 30 octobre dernier et il s’en souviendra toute sa vie.  Blaise avait une mission divine pour les Burkinabè : leur enseigner par le référendum comment traiter leurs crises graves.

Que c’est dur les fonctions de président.

Il ne voulait plus être président, ça c’est sûr puisque la réforme n’était même pas faite pour lui. Il a été forcé par le conseil des ministres qui lui a imposé un projet de loi. Blaise respecte la loi, c’est un démocrate, il ne pouvait que s’incliner.

Comme quoi son destin était pitoyable, se réduire à être président de la République toute sa vie, quelle misère ! Même dans les moments difficiles il a tenté de résister, mû par cette nécessité d’accomplir son devoir. Il a d’abord retiré son projet de loi, puis dissout le gouvernement et instauré l’Etat de siège. Le peuple n’a pas bougé. Il est revenu sur sa position en annulant l’Etat de siège. Les marcheurs étaient toujours dans la rue, il a appelé au dialogue, rien.

Finalement il a abandonné, heureusement que le peuple est là pour lui ôter le fardeau du pouvoir. Comme quoi même si les marches ne peuvent pas changer une loi, elles peuvent faire fuir un homme fort.

L’homme fort s’en va en emportant l’éléphant

Qu’on soit clair hein, je parle de l’éléphant que Gilbert lui avait remis en 2005 à la Maison du peuple. Gilbert qui sautillait depuis trois ans, un pied dedans, un pied dehors avait fini par se souder au camp présidentiel et voilà qu’il doit refaire un bond. C’est comme ça mon cher Gilbert, les sages de l’ADF réunis à Fada en vous donnant leur bénédiction ont oublié de vous enseigner ce proverbe : celui qui saute dans du feu a encore un deuxième saut à faire.

Bon fais ton deuxième bond, de toute façon l’ADF est un parti dont  la position est claire. Voilà ! il avait dit qu’il était pour la limitation des mandats. Dans le projet de loi il y avait limitation oui ou non ? Alors donc l’ADF tient parole. On attend de voir les nouveaux arguments.

Hommage au vaillant peuple, gloire aux martyrs, Thom est fier de vous

Aujourd’hui à la place du lenga, à la place des trois mandats made by ADF/RDA, l’homme fort du Burkina s’enfuit avec un mandat non fini, et un pouvoir oublié à jamais. Comme quoi il n’y a pas que Tandja qui fonce tout droit dans le mur.

Yelmighan


« Les sermons du vieux  Yelmigan » est une chronique satirique proposée par un « Observateur » avisé de la société burkinabè. Elle traitera deux fois par mois sur Burkina 24 de sujets liés à la vie de la nation burkinabè. Véritable sermonneur, le Vieux Yelmigan ne prendra pas de gant pour parler à ses fils et ses filles de leurs comportements quotidiens dans la société.  Ame détestant les sermons, s’abstenir donc !



Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. L’homme qui prennait la population burkinab? comme des troupeaux.l’homme fort etait le propri?taire des troupeaux et sont gouvernement etaient des bergers pour les dirig?s.mais malheureusement pour il na pa su les tromp?s par une poison qui le referandum, la revision de l’article 37 la mise en place du senat pour lui permettre se maintenir toujours au pouvoir mais ceci est source de son depart. ou il part dans sa belle famille sans honte les de sa famille dit de plier ses valises ou il va les depns?s au maroc.27 ans de souffrances maintenent que le burkina a vue le jours et que tout va chang? mais precisement les condition de vie des enseignants.pourquoi l’education qui est a la base de tout ont neglige leur statut particulier.au burkina, une nouvelle vie commence.

  2. Pour le mariage pour tous le Burkina Faso n’a jamais imposer un cot?t de 15 jours ? la France ou aux Etats Unis de l?galiser le mariage pour tous Le Burkina n’a pas donner 15 jours ? Lincoln pour l?abolition de l’esclavage! L?Am?rique n’est pas devenu ce qu’elle est aujourd’hui en 15 jours! Que l’on arr?te de se berner nous ne sommes pas les Etats Unis et nous sommes loin de l’?tre! Il fixe toujours le prix de nos denr?e et veux nous faire croire que nous sommes comme eux! Ceci est une utopie

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *