Amadou Dabo du Front républicain : “Beaucoup de nos camarades sont en ce moment menacés”

498 5

Le Front républicain, rassemblant des partis politiques de l’ancienne majorité présidentielle, a été reçu par le lieutenant-colonel Zida. Le chef de la délégation lui a fait savoir les préoccupations des membres de l’ancienne majorité, à savoir leur situation sécuritaire.

Le lieutenant-colonel Isaac Zida a continué ses concertations dans l’après-midi et jusqu’au début de la soirée du 4 novembre 2014 au  Conseil économique et social. Il a tour à tour reçu les délégations des syndicats, du Conseil national du patronat, des opérateurs économiques, des anciens généraux et  du Front républicain.

Cette dernière délégation a été dirigée par le vice-président de l’UNDD (de Me Hermann Yaméogo), Amadou Dabo. Il a expliqué, à  sa sortie de la rencontre, que le lieutenant-colonel Zida a assuré que des concertations sont menées pour mettre en place une transition consensuelle. Il a aussi indiqué que les partis du Front républicain souhaitaient une transition civile.

Mais Amadou Dabo a dit avoir insisté sur la situation sécuritaire des responsables des partis de l’ex-majorité. « Beaucoup de nos responsables sont menacés. Les domiciles de certains ont été saccagés. Certains ont quitté le pays. Nous lui avons fait savoir que des mesures soient prises pour la protection de l’ensemble des Burkinabè », a-t-il indiqué.

Ecoutez Amadou Dado

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/175336375″ params=”color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false” width=”100%” height=”166″ iframe=”true” /]

A noter que lieutenant-colonel Zida a également reçu une délégation de l’Organisation de la conférence islamique. L’ambassadeur Yahya Lawal, représentant l’OCI, a expliqué que l’organisation était pour une “transition concertée et négociée”.

Ce mercredi 5 novembre 2014, les présidents ghanéen John Mahama, nigérian Gudluck Jonathan et sénégalais Macky Sall,  sont attendus à Ouagadougou. Ils échangeront avec les différents acteurs de la société civile, de la classe politique et de l’armée.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 5 commentaires

  1. Tonton DABO, vous, vous ?tes simplement menac?? On a juste brul? et pill? vos biens! Que dira la veuve Sankara et ses enfants, la veuve, les enfants et la m?re de Norbert Zongo. Avez-vous pensez ? Salif N?bi? et famille, ? Oumarou Cl?ment Ou?draogo! Flavien N?bi?, Dabo Boukary, le lieutenant K?r?? Henri Zongo, Jean Baptiste Lingani….. Vous aviez aid? Blaise ? pers?cuter son peuple. Vue votre ?ge, je vous recommande plut?t le silence. Car si le ridicule tuait, je devrai vous retrouver au cim?ti?re. Tonton Dabo de gr?ce fermez la.

  2. L’ARMEE BURKINABE N’A PAS POUR ROLE DE PROTEGER DES INDIVIDUS ENCORE MOINS LES ENNEMIS DU PEUPLE.
    RESTEZ DANS VOS TERRIERS SI NON…

  3. Brotteaux des Illettes |

    C’est mieux de suivre votre dieu qui a fui pour la Cote d’Ivoire. Vous ?tes les responsables de la situation que viot le Burkina

  4. Ha…….. qu`ils ont la memoire tres courte des mec de front je ne sais quoi , honnetement je crois que c`est le moment de nous pomper l`air .
    Rester dans l`ombre , si non vos sortie multiple risque de nous enerver d`avantage , et nous obliger a sortir specialemment pour parfaire le boulo.

  5. Le Front R?publicain et le CDP n?ont plus leurs places dans la jungle des partis politique Burkinab?, ces partis sont r?put?s pour le peuple Burkinab? comme des partis qui ne respectent pas nos lois, des partis qui ach?tent les conscience du peuple meurtri et appauvri par la corruption ? ciel ouvert dont les responsables ont instaur?s pour piller le denier public, des partis tr?s r?put?s depuis 27 ans pour les tripatouillages de nos articles de loi pour leurs propres int?r?ts. Ces partis n?ont plus leurs places dans un Burkina nouveau qui veut instaurer la vraie justice, et punir les GUIRO qui ont tout pris dans la caisse de l??tat, des personnes dont vous aviez couvert et profiter. Ces partis ont couverts tous les crimes politiques, et n?ont plus leurs places dans un nouveau Burkina sans la famille Blaise Compaor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre