Burkina : Les opérateurs économiques d’abord préoccupés par les pertes en vies humaines

Les évènements qui ont conduit au départ de l’ancien président Blaise Compaoré ont été l’occasion de pillages et de saccages de certains magasins et officines de commerce, notamment de vivres, de matériels de construction et d’objets de commerce divers. La chambre de commerce burkinabè a rencontré le lieutenant-colonel Isaac Zida, ce 4 novembre 2014. S’il est vrai que les opérateurs économiques sont conscients des préjudices financiers et matériels qu’ils ont subis, ils disent être d’abord préoccupés par les pertes en vie humaine.

Après l’entretien que la délégation de la Chambre de commerce et d’industrie a eu avec le lieutenant-colonel Zida, Lassiné Diawara, vice-président de la chambre, a été interrogé sur les dégâts subis par les opérateurs économiques.

Lire aussi : Le Canada suspend son aide bilatérale au Burkina

Mais il indiqué à la presse que cet aspect n’est pas leur préoccupation première. « Dans les circonstances où il y a eu des pertes en vie humaine, la première chose pour nous c’est de déplorer cela, de présenter nos condoléances les plus attristées aux familles qui ont été touchées et à ceux qui ont été malades également de souhaiter prompt rétablissement », a expliqué Lassiné Diawara, par ailleurs PDG de Bank Of Africa, membre du groupe BOA.

Il a ensuite déclaré que la chambre de commerce était consciente des différents préjudices subis par certains opérateurs économiques. Mais l’urgent, selon lui, c’est d’avoir « des interlocuteurs », en l’occurrence un organe de transition, à qui adresser les doléances des opérateurs économiques.

L’économie reprend

Cet organe mis en place, la chambre souhaiterait alors être associée aux enquêtes qui seront diligentées afin de procéder à une évaluation  des « gens qui ont été touchés, que soit le secteur informel, les grandes entreprises, les PME, les commerçants », en vue d’un éventuel dédommagement.

Lassiné Diawara estime que cela est important pour « la relance de l’économie burkinabè ». « Si ces activités ne sont pas accompagnées pour leur reprise, c’est des suppressions d’emplois directs et indirects. Nous voulons éviter avec tout ce qui s’est passé qu’il y ait encore des problèmes de chômage. Et souhaiter que l’environnement soit sécurisé », a terminé Diawara.

Harouna Toguéni, président du Conseil national du Patronat, lui aussi reçu par le lieutenant-colonel Isaac Zida, a par ailleurs donné l’assurance que l’activité économique burkinabè reprend progressivement.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

25 commentaires

  1. commen?ons par enqu?ter sur tous les op?rateurs ?conomiques tomb?s en faillite ? cause du syst?me Compaore, la gendarmerie va recevoir et v?rifier les plaintes sur vos entreprises pr?te nom, sur les terres vol?es aux paysans, l'exploitation de l'or et les monopoles de fait observ?s …. on trouvera de quoi vous d?dommager si il y a lieu, bande de pilleurs

  2. RIP.M? k?sk? VS AViEZ F? kan NORBERT E s? COMPAGNON MOUR?,DAVID OUEDRAOGO,DABO BOUKARI,JUGE NEBI?, SANKARA… VS N VOY? PA k KAN ON FINI AVEC s? ENEMI 7 SES AMIS KON ATAK,7 bl?z avec son program continu,sil n?t? pa parti vs m?m vs ser? mort

  3. la tumeur africain depuis de decennis s’appel la france..son medicament s’appel RAUS SCHELL.( dehors et vite. ) en Allemand

  4. LASSINE DIAWARA , donc toi , tu es toujours au pays , et tu as meme le courage de t`adresser aux vaillant peuple du burkina , alors ecoute moi bien .
    -cite moi un seul operateur dont le systeme compaore n`a pas spolier.
    -dit nous la verite et toute la verite sur votre machin de chambre de commerce avec la belle mere national.
    -sortez tout les comptes des 5 dernieres annee de la chambre de commerce.

  5. Bonsoir ? tous. Faire profil bas est la marque des grands. Ces pas comme ce type d’assimi koanda qui n’a pas encore compris ce qui arrive et parle b?tement.

  6. Burkina24 : L’occident fait sa propagande pour imposer ses int?r?ts. En tant que m?dia burkinabe, ne pouvez-vous pas faire quelque chose pour les int?r?ts burkinabe et africains?
    Comme rappeler que l’aide internationale n’a jamais aid? les africains, seulement les pr?sidents ? la solde de l’occident et les entreprises occidentales elles-m?mes.
    Selon la Banque Mondiale, les pays « aid?s » ont rembours? plus de 20 fois ce qui leur avait ?t? pr?t? et les dettes se creuses.
    Avec les aides, des conditions impossibles pour les ?conomies africaines sont impos?es (ne pas industrialiser le pays, ne pas rivaliser avec les industries pharmaceutiques, c?der les terres ? Monsanto, ?tre moins regardant sur les d?chets radioactifs, etc).
    Par ailleurs, depuis la cr?ation du CFA et ? part la trop courte p?riode Sankara, le Burkina a bloqu? entre 70% et 85% de ses recettes sur les comptes d’op?ration du tr?sor public fran?ais. Tout cet argent n’est jamais revenu au pays.
    Le pays ne b?n?ficie en rien de l’exploitation de ses ressources ou de ses terres. C’est l’?tranger qui fixe les prix du coton, on ne voit ?a nulle part.
    Ne pouvez-vous pas utiliser votre capacit? ? atteindre un grand nombre de compatriotes, pour rappeler ces r?alit?s, afin que les gens ne soient pas d?stabilis?s par les manoeuvres de l’occident pour s’imposer?

    Vraiment, la belgique a connu une crise grave sans gouvernement pendant plusieurs mois. L’Europe a appel? les africains pour d?cider ? leur place? Qu’on cesse de nier la souverainet? africaine.
    Le burkina a montr? qu’il pouvait g?rer seul et dans la paix. Qu’on laisse le peuple choisir. S’il a confiance aux militaires, c’est le peuple qui doit choisir. S’il veut des civils, c’est aussi au peuple de choisir. PERSONNE n’a le droit de jouer aux sorciers en manipulant l’opinion comme font ces hypocrites en ce moment.

    Et vous m?dias africains avez une responsabilit? ? jouer. Tous les m?dias occidentaux, chinois et autres, d?fendent l’int?r?t de leur peuple. Quand nos m?dias en feront-ils de m?me?

  7. Quitter le fran?ais pour l’anglais, c’est toujours la m?me servitude. Il faudrait qu’on valorise nos langues nationales qu’ils appellent dialectes. En France, il n’est pas parl? que le fran?ais. Il y existent des langues minoritaires autres que le fran?ais, mais ceux-ci n’ont pas abandonn? leurs langues. Mieux, ils n’appellent pas ?a: « dialecte », quand bien m?me qu’il n’y a qu’une poign?e de grand-m?res qui continuent de s’en servir. La langue, c’est une marque de souverainet?, valorisons les n?tres car nous avons la chance d’avoir une diversit? de langues ? revendre.

  8. de toutes les fa?ons,cela na ok1e 1cidence sur le peuple d?sormais libre.ceux (blaise et sa bande) que vous aidiez vnt vou rejoindr af1 de profiter davantage en tou cas.

  9. Le burkina n’a pas besoin d’aides, mais d’?tre libre du franc cfa et d’exploiter ses ressources. Si aujourd’hui ces gens vous imposent leur vision de qui doit diriger, demain ce sera quoi? Pourquoi chasser blaise pour retomber dans la m?me d?cadence servile?

  10. D?j??De tte fa?on nous on ne savait pas que vous donniez de l’aide!Allez dire ?a ? Blaise et ses amis!Ce sont eux qui se partageaient votre « aide »!Et n’oubliez pas de plier bagages sans rien voler de plus!

  11. Nous ne devons pas attendre de l’aide en d?sordre de n’importe qu’elle personne que ce soit . Mais comprenons que ce qui nous arrange ne doit pas forc?ment arrang? les autres. Et d’ailleurs notre r?volution est burkinab? pas europ?enne ni am?ricaine ni canadienne,je vous remercie.

  12. Francophonie ? OK. On va institutionnalis? l’anglais comme langue et aussi n’oubliez pas de prendre vos entreprise de mines. On va aussi changez de monnaie. Pour qui vous vous prenez meme ? Blaise est parti, non ? On va finir avec vous aussi

  13. Qu’ils commencent par nous reverser nos devises enfouies dans la tr?sorerie fran?aise depuis 1945 et nous n’aurions plus besoin d’aide au d?veloppement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page