Insurrection : Le Balai Citoyen offre près de trois millions pour les soins des blessés

Pour la deuxième fois, le Balai citoyen était dans les locaux de l’hôpital Yalgado. Dirigé par Smockey et Me Guy Hervé Kam les deux porte-paroles, le Mouvement Balai citoyen est venu apporter son soutien tant moral que matériel  aux blessés de la crise. C’était ce jeudi 13 novembre 2014.

Une somme de 2  126 000 FCFA a été remise au Directeur de l’hôpital pour la prise en charge des blessés. Cet argent, d’après Smockey,  est le fruit d’une collecte réalisée à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Le directeur de l’hôpital, Robert Bibia Sangaré a pris la parole pour remercier le Balai citoyen qui a été l’une des premières organisations à se rendre au chevet des blessés.

Les représentants du "Balai Citoyen" avec un blessé (© DR)
Les représentants du « Balai Citoyen » avec un blessé (© DR)

Il a ensuite salué la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés dans cette lutte en précisant que leur nombre s’élève à dix à l’heure actuelle, pour ce qui concerne Yalgado.

Le directeur a aussi félicité le Balai citoyen, mouvement à forte composante jeune qui a été sur le front du combat pour la démocratie. Il a enfin rassuré qu’il sera fait bon usage de cette somme considérable. « Elle sera gérée dans la transparence et pour le bien des malades », a-t-il fait entendre.

Les membres du Balai, les « Cibals », ont par la suite convergé vers le service traumatologique afin de dire un bonjour aux blessés, les encourager et, aussi et surtout leur témoigner la reconnaissance du pays.

Issouf NASSA (Stagiaire)
Burkina24


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

20 commentaires

  1. venez aimer ma page »Fran?ois compaore doit etre juge » pour continuer le combat jusqu’a la victoire finale

  2. bon geste ; toutefois il faudra que la justice identifie et situe les responsabilit?s pour que les responsables de ses bless?s et morts soient jug?s et sanctionn?s.Il faut combattre l’impunit? sous toutes ses formes.La vie humaine est sacr?e !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page