Aide aux blessés de l’insurrection populaire: Sodigaz donne trois millions de F CFA

699 4

Les dons continuent d’arriver à l’hôpital Yalgado Ouédraogo. Ce jeudi 13 novembre, la Société de Distribution de Gaz (SODIGAZ) a emboîté le pas  à ses prédécesseurs pour contribuer à la prise en charge des blessés de l’insurrection du 30 octobre.

Une enveloppe de trois millions de F CFA, dont deux millions à l’hôpital Yalgado Ouédraogo et un million à l’hôpital Sanou Sourou de Bobo-Dioulasso. C’est la contribution qu’a apportée la société Sodigaz (société burkinabè spécialisée dans la distribution de gaz au Burkina) en vue d’améliorer la prise en charge des blessés de l’insurrection populaire.

 « Cela fait deux semaines que les événements se sont passés mais nous considérons que les blessés ont toujours besoin de soutien», dira Paul Naré, le directeur administratif et des affaires de Sodigaz.

«Face à la situation survenue les 30 et 31 octobre et aux épreuves que traversent certains de nos frères et sœurs, il était de notre devoir d’apporter notre contribution. Cela fait partie de notre mission, qui est d’apporter le bien-être au peuple burkinabè», a-t-il ajouté.

Pour le Directeur de l’hôpital, Robert Sangaré, cette importante contribution  vient une fois de plus leur donner  les moyens de pouvoir s’occuper convenablement des blessés.

Toutefois, il rassure que les urgences sont levées, c’est-à-dire que les vies ne sont plus menacées mais il reste toujours des traitements qui devront être assurés pendant un ou deux mois. A cet effet, les dons sont les bienvenus car permettant de couvrir les besoins des blessés.

« Au-delà de l’argent, ces aides fortifient moralement les patients qui voient que tout le monde est acquis à leur cause», a-t-il ajouté.

A ce jour, le cumul des dons pourrait être estimé entre 35 et 40 millions de F CFA et le directeur, tout en remerciant les différents donateurs mentionne,  que compte sera rendu aux autorités.

Reveline SOME
Burkina24


Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Ja suis fiert d’etre burkinab?. La honte a ce qui trouve refuge dans sa belle famille. La patrie ou la mort nous vaincrons.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *