Kaboré (Mano Sniper de 2KAS) : Mon rêve pour le Burkina

1278 80

Durant de nombreuses années, une bonne partie du peuple burkinabè a nourrit le rêve commun de voir le président du Faso changer. Ce rêve est devenu réalité, ou presque, avec le départ du pouvoir, le 31 octobre dernier, de Blaise Compaoré qui n’a pas pu résister à l’insurrection populaire. Ce qui devait être un soulagement n’en est pas encore un du fait que les Burkinabè attendent encore de voir l’organe de la transition et ses dirigeants. De ce fait un ‘’nouveau’’ rêve se dessine à l’horizon pour ce peuple.

Pour définir la coloration de ce nouveau rêve, Burkina 24 est allé à la rencontre de certains acteurs de la lutte. Nous vous proposons cette fois le souhait du rappeur Hermann Kaboré dit Kaboré, plus connu sous le nom Mano Sniper. Depuis les Etats Unis d’Amérique où il réside depuis quelques années, il a été plus qu’en esprit avec son peuple pour mener la lutte pour le changement.

Kaboré s’est construit une réputation d’artiste engagé au côté de ses acolytes du groupe 2KAS au Burkina. Arrivé au pays de l’oncle Sam, il n’a pas vraiment changé puisqu’il fait partie d’un autre collectif, Tékré, avec lequel il a réclamé justice et pain pour le peuple.

Kaboré, membre du Collectif Tékré
Kaboré, membre du Collectif Tékré

Kaboré (Hermann Kaboré, plus connu sous le nom Mano Sniper, membre du groupe 2KAS)

Mon rêve pour mon pays est qu’il retrouve la paix et la sérénité, et que surtout, il opère la vraie rectification en réintroduisant certaines politiques de Thomas Sankara qui avaient valu au Burkina un grand respect dans la sous-région.

Je souhaite par exemple que la consommation d’alcool soit modérée au Burkina Faso. Lorsque je rentre pour les vacances, je suis attristé de voir que les maquis poussent partout dans les quartiers comme des champignons. C’est une politique pour endormir la jeunesse.

Quand j’appelle un ami pour le rencontrer, il me propose de venir à tel maquis ou l’autre. Ce n’est pas idéal que ce soit ainsi. Il devrait y avoir un maquis pour un rayon donné.

Cette même politique fut introduite au Etats-Unis dans les quartiers des noirs à la veille des mouvements pour les droits civiques, dans l’intention d’endormir les combattants d’hier par la drogue et l’alcool.

Elle a effectivement réussi avec le temps à endormir beaucoup de frères, et le constat est clair aujourd’hui à Harlem qui était l’épicentre de la lutte.

B24 : Que feriez-vous pour que ce rêve se réalise ?

Pour que ce rêve se réalise, je continuerai mon combat. Les artistes que nous sommes avons démontré que nous pouvons être porteur de changement à travers nos chansons et nos engagements diverses sur le terrain.

C’est pourquoi d’ailleurs je suggèrerai que Smockey, Sams’K LeJah ou Basic Soul aient une fonction dans le ministère de la culture. L’art est une arme très puissante qui peut changer les choses. Au lieu d’encourager la perdition de la jeunesse par les faiseurs d’atalacou, on gagnerait à promouvoir l’art riche en essence.

B24 : Quelle a été votre participation à la lutte, en tant que Burkinabè vivant à l’étranger?

A titre personnel, j’ai participé par l’activisme sur les réseaux sociaux et aussi à travers les medias nationaux et internationaux. J’ai contribué à attirer l’attention de la Communauté Internationale sur ce qui se tramait dans mon pays suite à l’intention audacieuse du parti au pouvoir de modifier la Constitution pour permettre à l’ancien président de demeurer au pouvoir. J’ai accordé des interviews télévisées et radio sur des chaînes américaines, anglaises, et burkinabè.

J’ai aussi participé à des conférences que nous avons organisées ici à New York, et j’ai protesté avec mes concitoyens devant la représentation diplomatique du Burkina Faso auprès des Nations Unies.

Enfin, lorsque j’ai vu l’interview de Blaise Compaoré sur BBC, j’ai tout de suite compris que la confrontation était devenue inévitable. Je n’ai pas dormi ce jour-là et j’ai écrit une chanson “Sig beene”, m’adressant directement à l’ex président Compaoré pour qu’il quitte le pouvoir. Le lendemain, je l’ai enregistrée au studio et produit un clip vidéo.

B24 : Comment ressentez-vous les résultats de la lutte du peuple burkinabè?

Je suis très fier de la victoire du peuple Burkinabè qui a donné une belle leçon de démocratie à  toute l’Afrique, et au monde entier. Ce peuple courageux a répondu massivement à l’appel lancé dans le refrain de la chanson ‘’Tekre’’ : « Peuple du Burkina Faso, lève-toi car il est l’heure du changement ».

Notre peuple a payé un prix pour ce changement car des combattant(e)s de la liberté sont tombés au front. Je voudrais saluer ici leur mémoire et m’incliner devant la grandeur de leur sacrifice pour le peuple burkinabè. Nous leur serons redevables à jamais. Par ailleurs, j’espère que d’autres peuples comme ceux du Togo, du Bénin, de la RDC, du Tchad, du Congo, du Rwanda, etc., emboîteront le pas pour qu’enfin l’Afrique puisse se débarrasser des fossoyeurs de sa Démocratie.

Une vue du Collectif Tékré
Une vue du Collectif Tékré

B24 : La chanson ‘’Tékré’’ a souvent accompagné les grands rassemblements au Faso ces derniers mois. Pouvez-vous nous faire un petit historique de sa réalisation ?

Je fais partie du Collectif Tékré constitué de Burkinabè résidant aux Etat-Unis, et qui a voulu apporter sa contribution à tous ceux et celles qui luttent au pays contre la personnalisation du pouvoir par l’ex président Blaise Compaoré.

Au sein du collectif se trouvent des artistes, des étudiants, des hommes de media et du show-biz, des professionnels de l’image et aussi des activistes de la société civile.

Nous avons tourné un premier clip qui est une version studio en Avril dernier à New York City, au lendemain de l’enregistrement du single “Tékré” au studio Jambox. Les membres qui vivent dans différents Etats se sont retrouvés à New York City, et nous avons abattu le travail dans la détermination et la bonne ambiance.

Par la suite, nous avons pu produire un second clip qui est en fait le clip officiel (cliquer pour voir). Ce nouveau clip a mis beaucoup plus en avant le peuple burkinabè qui s’est mobilisé comme un seul homme pour mettre un terme au pouvoir à vie et anti-démocratique de l’ex président Blaise Compaoré.

Propos recueillis par Stella NANA
Burkina 24

La chanson est offerte à tous ceux qui souhaitent l’avoir. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur le site web du collectif.

 


Article similaire

Il y a 80 commentaires

  1. Apr?s la victoire du peuple burkinabe Certains surgisse pour parler du n'importe quoi vous ?tiez ou ? Quand le sang du peuple coulais vous ?tiez ou? Quand les lacrymog?nes ont ?t? lanc? sur la foule . Chacun appara?t maintenant pour se faire remarqu?. La victoire appartient au peuple burkinabe et au martyrs.

  2. Je suis pour une r?glementation allant dans le sens d’emp?cher les mineurs de fr?quenter les bars et les tapages nocturnes. Mais on ne peut emp?cher des adultes boire leur bi?re m?me si les cons?quences n?gatives de l’abus sont in?vitables.

  3. Je partage totalement ce point de vue portant sur la fermeture sans condition des maquis hors normes. Chacun est libre de mener sa vie comme bon le semble mais pensons au devenir de nos enfants. Il faudrait ?tablir des normes strictes sur la gestion des maquis au Burkina.

  4. Donc losrque tu iras en Angleterre tu diras koi alors? Tu penses que le burkinabe boit plus qie l anglais, non ce nest lalcool mais le refus de travailler et le facilit?. Merci

  5. Alors ne rentre plus! De toute fa?on les propri?taires de maquis n’ont jamais emmen? les clients de force dans leurs maquis!Donc c’est des halluvinations et non des r?ves ?a!M?me si tous les maquis venaient ? ?tre ferm?s,les gens ne cesseront pas de boire!Il yen a qui ont leurs frigos pleins de bi?res,liqueurs…

  6. Fermer les maquis ? 21heure. Pourquoi pas en interdire l’entr?e l’entr?e aux femmes ? Il suffit juste de faire respecter la l?gislation qui interdit la vente d’alcool et de cigarettes aux mineurs, ?a serait un bon d?part. Le tapage nocturne. L’hygi?ne de nos vendeurs de porcs. Apr?s tout est une affaire de bon sens. Une partie des taxes pourrait aller ? l’h?pital pour soigner les toxycos et les alcoolos. Voila, que la brakina et la mabucig financent la creation de centres de d?tox et la boucle est boucl?e. 5 ans de prison ferme pour vente ? des mineurs. Nous sommes dans un pays de droit apr?s tout

  7. Mon cher #wango manipul la raison en sa faveur , certe ya des famille qui viven de c business ,seulma paskil ya des des gen com toi k doivent compter largen de la biere dan leur salere , ces genres de business du poin de vu macro economic n produi rien pask apar des delire, des perte et des mank d concentration l consomateur n recoi rien en depensan son argen

  8. Foutaises… on a qyand meme le droit de se detendre et de depenser notre argent recolt? a la sueur de notre front… c est la meme jeunesse que tu penses endormie qui a chass? le monarque Blaise de Kossyam.

  9. Ou est le mal si quelqu’un siffle une bonne biere fraiche avec son argent gagne a la sueur de son front? Vous voulez jouer les moralisateurs ou vous etes des integristes deguises? Le Burkina est un Etat laic ou pas?

  10. Ah oui. L’alcool n’a pas augment? ? ?a ce sont des paroles qui insultent les consommateurs de jeunes brakina. Avec le prix de l’essence, c’est un combat pour boire tous les jours. Au nom des ” babsamen” et de la lutte contre la vie ch?re on souhaite une bi?re cadeau par jour et par citoyen Thierry Sidibe.

  11. heureusement qu’il ya encore des gens parmi nous dont les reflexions repr?sentent les charpentes d’un id?al de vie!beaucoup parmi nous refuz de fouiner dans leur insondable imagination et proposer de quoi ? rendre ce monde meilleur!d’autres pr?f?rent noyer 7inestimable richesse dans la macabre rivi?re de l’alcool!merci homme int?gre…

  12. les gens meme quan on part pour boire ce n’est gratuitemen que l’on gagn une bouteille est ce qu’un jeune qui dor p s procure d l’argent pour aller dan maquis libre a tout un chacun de debourse son jeton la ou il veu qui boit la biere plusque les Allemands mais ils la premiere Economie de l’UE nimporte quoi buvons notre biere

  13. Vraiment le maki n’arrange p ps vraiment les chose au Burkina . On peu ps dire de ferme les maki mais de diminue les maki. Parce que normalement mm y a des gent qui bois mais qui vos conduire une voiture ou la moto aller se tieu et tieu des unocent . Parce que tout sa ce ps normal . Y a des pays mm si tu bois avec ton cu tu va jamais conduire voiture . Il es temps que le peuple ai piti? de lu mm . En vrai les maki foutou la merd o pays. Des gens mm qui va aller vol? pour aller ds maki faire faro faro. Ou all? en boit d?pense 500 mille la nuit . Mm si tu voie un jeun ce aller avec go ds maki montre sa force sa ces qu’elle vie sa . Mm les gent qui travaille ds l ?tat ils bosse mm ps a 10h00 Rand vous au maki beaurocette avec piment . Ce ps une vie sa