Ouahigouya: L’association “Soubo” parraine une vingtaine d’élèves démunis

677 0

Au Burkina, certains enfants en situation difficile échouent à l’école, faute de moyens pour subvenir à leurs besoins. Pour y remédier, l’association “Source de Bonheur Soubo” a décidé de soutenir certains d’entre eux, vivant dans la ville de Ouahigouya. Pour la deuxième fois, le don s’est fait par l’intermédiaire de la direction provinciale de l’action sociale et de la solidarité nationale du Yatenga, ce 16 novembre 2014 à Ouahigouya.

Venir en aide aux élèves démunis de Ouahigouya, c’est l’esprit qui anime le don de l’association Soubo. Et pour cette deuxième édition, c’est 21 élèves des classes de quatrième et troisième qui en bénéficient, contrairement à l’année dernière, où le soutien a profité à 15 élèves. L’enveloppe aussi est plus conséquente, avec la somme d’un million 280000, au lieu du million de francs CFA l’année passée. Pour l’association donatrice, ce soutien renferme un espoir.

«Nous demandons aux élèves de se donner à cœur pour percer dans les études. Ce n’est pas facile d’accompagner quelqu’un qui ne veut rien faire», a souligné Adèle Ouédraogo, secrétaire adjointe de l’association. Tout en souhaitant que leurs filleuls présentent de bons résultats scolaires afin que l’association puisse les accompagner à nouveau, elle a annoncé que le nombre des bénéficiaires pourrait s’agrandir les prochaines fois, en fonction des moyens de l’association.

Adèle Ouédraogo, SG de l'association Soubo, remettant l'enveloppe au directeur provinciale de l'action sociale, Lambert Ouédraogo.jpg
Adèle Ouédraogo, SG de l’association Soubo, remettant l’enveloppe au directeur provinciale de l’action sociale, Lambert Ouédraogo.jpg

Pari pris par les bénéficiaires, représentés par Salif Ouédraogo, élève en classe de troisième. Il a promis, au nom de ses camarades, de bien travailler à l’école pour ne pas décourager leurs parrains. L’engagement a donc été pris pour que parrains et filleules se rencontrent chaque trimestre, pour faire le point, en plus de l’accompagnement des parents d’élèves.

Pour Lambert Ouédraogo, directeur provinciale de l’action sociale et de la solidarité nationale du Yatenga, c’est une épine qui s’enlève du pied.

«Encadrons des orphelins et enfants vulnérables. Ce qui manque, ce sont les fonds, pour leur prise en charge scolaire ». Passée la phase d’indentification des 21 bénéficiaires à travers une enquête sociale, il reste à passer dans les écoles, identifier leurs besoins et payer. Le reliquat leur sera reversé. Pour l’instant, chaque enfant devrait bénéficier d’environ 60000 f de prises en charge comprenant les frais de scolarité, la tenue scolaire et la cantine. Mais le besoin demeure. Selon Lambert Ouédraogo, sa direction à plus de 1600 enfants démunis dans son répertoire, vivant dans la ville de Ouahigouya et des localités environnantes. Il a donc exhorté les bonnes volontés à ne pas hésiter à emboiter le pas à l’association Soubo.

Mouniratou LOUGUE

Burkina24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *