Ouaga : Des manuels scolaires pillés retrouvés par la police

721 9

L’opération de saisie et de restitution des matériels pillés lors de l’insurrection du 30 au 31 octobre, lancée par les services de sécurité,  continue. A cet effet, la police municipale de Ouagadougou, a donné un point de presse ce  jeudi 20 novembre pour faire la situation sur la saisie des manuels scolaires pillés dans le magasin au quartier Nagrin.

Plus de 1700 manuels du premier cycle et 126 800 manuels du second cycle, le tout d’une valeur d’à peu près un milliard, ont été saisis auprès de la population du quartier Nagrin. Ce matériel proviendrait du pillage du  magasin de l’enseignement secondaire et supérieur situé au Nagrin. Dans ce magasin était stocké du matériel de «deux années de gestion ».

«Comprenez que ça fait des insomnies depuis que nous avons constaté cela. C’est vraiment une grosse inquiétude et nous sommes obligés de faire quelque chose avant la rentrée prochaine», dit Abderrahmane Sawadogo, directeur général du centre national des manuels et fournitures scolaires.

Des livres retrouvés tout de même par l’entremise d’honnêtes citoyens. « Nous avons été appelés par d’honnêtes citoyens. Nous avons fait le déplacement pour enlever et sécuriser ces livres et au jour le jour, nous sommes restés en contact avec ces personnes pour pouvoir récupérer petit à petit ces livres », explique le commissaire Clément Ouango, Commandant de la Police municipale.

Des sanctions dans l’air

La saisie, même si elle est loin du compte du stock selon Abderrahmane Sawadogo, est néanmoins « une grande satisfaction parce qu’on n’espèrerait même plus revoir cela ».

 Il « lance un appel à tous ceux qui détiennent par devers eux des livres de les ramener parce que ce sont des biens publics, c’est pour donner à nos enfants pour qu’ils puissent étudier.»

Et au directeur de la police d’ajouter que « les autorités de transition ont lancé un appel à toute la population, pour qu’elle puisse ramener tout ce qui a été pillé. Un délai a été donné mais passé ce délai,  les gens qu’on prendrait seront sanctionnés

Des enquêtes seront ouvertes d’ici là et des numéros verts sont mis à la disposition de la population pour dénoncer toute librairie qui vendrait ces livres sur lesquels il est d’ailleurs mentionné « interdit à la vente ».

Reveline SOME
Burkina24

Numéros utiles : Le 80 00 11 03 pour la police municipale, la gendarmerie 80 0011  45, 10 10 numéro de veille, le 18 pour les sapeurs-pompiers.



Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. Vraiment ! J pari que c voleur ne c m?me par lire .apr?s avoir voler l riz et le ma?s et huile des enfant maintenant leurs livre. Il FO matter vite c sauvages de la r?publique

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *