Rupture avec le régime Compaoré : « Même le diable n’y pourra rien ! »

832 11

WRoch Sanon, depuis l’Allemagne, croit en la Révolution burkinabè. Il donne ici sa lecture de la suite de la transition. 

J’ai foi en la détermination du Peuple Burkinabè.

Le Révolution du 30 Octobre loin d’être une solution efficace à 100%  RESTE  une symbolique (d’avertissement) à  100% : plus rien ne sera comme avant au Burkina Faso, tout comme en Afrique.

La rupture avec l’ancien système est en marche, et est irréversible, même le DIABLE n’y pourra rien, car c’est une dynamique sociale (soutenue par les USA) qui l’a déclenchée, et non une volonté des ex-tenants du pouvoir.

Cette tendance reste une victoire (évolutive et progressive) qu’il ne faut pas ignorer ! Toutes les maladies ne se guérissent pas en un jour.

Aucune grande mue, dans toutes sociétés, ne peut se faire sans la complicité de ceux-là même qui ont contribué à créer cette même situation ; à défaut le chaos (proche ou lointain) reste la seule alternative. Pour preuve le MPP a été une force indispensable dans l’affaiblissement du Système COMPAORE et ses Stratégies !

Des noms ou des personnes ne doivent pouvoir nous [PEUPLE] donner une position(ou sentiment) de faiblesse. Le Peuple est, et reste, l’arbitre du match.

La masculinité d’une Armée ne saurait dépasser celle de l’ [H] OMME (Peuple) déterminé ! Nos soldats le savent aussi.

Les paroles s’envolent, mais les écrits restent : comme dirait l’autre !

Nous avons ici l’occasion de mettre au pied du mur les nouvelles Institutions (et) Responsables de la Transition, en commençant par la JUSTICE.

1. Etant donné que le CFOP n’existe plus

Un Comité de veille sur la Transition doit être créé, et ce immédiatement pour contre balancer les dérives éventuelles!

Un Directoire d’Opposition ou Conseil de Surveillance de la Transition, dont des  membres OSC et Partis politiques, doit être mis en place pour éviter les abus et contrebalancer les pouvoirs de cette Autorité de Transition, à cet effet !

Par contre, l’aspect sécuritaire ne doit pas être sous-estimé. La dyarchie actuelle au sommet de l’État est salutaire, le seul bémol est que : «  je t’ai fait élire, et tu m’as nommé ! »

Nous concédons, néanmoins, au Président Kafando une faveur, vues ses positions relatives à la GABEGIE!

La scène allait être plus belle et plus rassurante, si c’était Joséphine Ouédraogo qui était élue Présidente de transition (et nommait Zida).

L’avantage d’un Premier Ministre militaire :

Supposons que le Président  et son Premier Ministre (tous deux civils) soient confrontés à une invasion de type Boko Haram ou d’islamistes et, comme au Mali, à la : SANOGO # Dioncounda Traoré, un problème de Leadership se présente pendant cette transition. C’est-à-dire qu’on se déchire entre nous, pendant qu’on nous déchire! Là, pour seule solution, c’est d’avoir une force (FORTE ARMEE) concentrée pour l’intérêt de la Nation !

2 – L’autre aspect qui laisse le goût d’inachevé :

Est d’inviter á une table de réconciliations où Bourreaux (sans mise à la disposition de la Justice) et Victimes doivent faire la Paix.

Sur ce point, j’estime que c’est construire sur du sable ! Pouvons-nous faire sortir ceux qui croupissent en prison (même si souvent innocents) pour faire la PAIX avec le Peuple et leurs Victimes parce que nous voulons une entente à tout prix ? Je dis non, car les rancœurs resteront et ces coupables ne tireront aucune leçon du passé. A quoi sert-il d’imposer une  cohabitation avec une ex-majorité, avec des larves qui couvent [pour ELLE]?

Toutes les Nations qui ont pu recouvrir la Paix après les crises ont priorisé une «Commission de Vérité,  Réconciliation et Pacification.» Un comité (avec moyens de charges et décharges) chargé des enquêtes doit être mis en place, et  présentera un rapport partiel ensuite définitif sur les Crimes de sang, économiques, abus de pouvoir, etc…

C’est après ce pardon populaire, avant toutes tentatives de réinsertion dans le système politique …qu’on confrontera à la justice les coupables, tous les présumés coupables. Sinon aucune leçon ne sera retenue par l’histoire de cette Révolution.

Ceux qui auront montrés pattes blanches ou purger les peines pourront revenir avec le Peuple pour la Gestion collégiale de la Cité.

Tenant compte [de] critères du choix du Président de la Transition, ces conditions doivent être valables à chaque niveau de responsabilités. C’est à ce prix que la Mission de transition pourra assurer un avenir pacifique à notre Nation : soigner la Plaie et non la couvrir, pour cacher à quel point elle est pourrie !

Pour paraphraser Milan Kundera :

« […] Là où tout est d’AVANCE pardonné, tout est cyniquement permis »

3 – L’Afrique traverse aujourd’hui une dérive présidentialiste exacerbée.

Pour le Faso, je pense qu’il est temps que l’on passe avec cette cinquième République du dualisme à un régime parlementaire de type moniste, car cette « pseudo dyarchie » au sommet de l’Etat n’a mon avis aucun sens, vu que c’est le président qui monopolise le pouvoir.

Le chef de gouvernement ne sert que de « planton»  entre 2 légitimités (dont une prétendue) le Parlement et le Président. C’est ce plein pouvoir du Président qui donne une attitude monarchique ou dictatoriale à nos présidents, en somme : l’exacerbation de ce type de régime présidentialiste.

La séparation des pouvoirs n’est que formelle et plutôt hiérarchisée : Concentration du pouvoir aux mains d’un individu (et son système).

Bien que fonctionnant aux USA ce type de régime a été déformé en Afrique (et bien avant en Amérique Latine) où les autres pouvoirs ne sont (ou n’étaient) que l’ombre d’un individu, un Président qui personnalise l’Etat. Ensuite vient le Populisme conçu par les courtisans pour légitimer cette dictature : puisque dit-on, Populisme et Dictature ont toujours fait bon ménage.

Les Elites deviennent des Pantins et Marionnettes !

Ce modèle, importé depuis les indépendances par les africains, qui ne nous réussit pas et qui grippe le fonctionnement de nos institutions doit être revu.

Le degré ultime de ce type de régime et son système est ce que vient de vivre le Burkina Faso : une dictature totalitaire où  L’Etat, l’ensemble de la société dans tous ses aspects y compris les activités privées, est régi par le pouvoir absolu, d’un groupe ou d’un parti.

Les enseignements, pour ceux sceptiques, peuvent être tirés des régimes napoléoniennes (les 2 empires)

Comme le disait le doyen Vedel : « Napoléon Bonaparte dirigeait L’Etat, Hitler la société »

Le type de régime (moniste) est dominant en Europe et fonctionne bien. Seuls la France, la Finlande et le Portugal ne l’appliquent pas. La France, par exemple, est représentée aux différents sommets européens par le Président et Premier ministre, ce qui frise un anachronisme avec les autres chefs de gouvernements.

Aussi, si l’on tient compte de la montée de certaines pensées politiques françaises, la  sixième République française se dirige vers un régime parlementaire de  type moniste. La politique menée dépendra alors de l’Assemblée ou des Assemblées (Chambre basse et Chambre haute), sans l’influence directe d’un Président qui a son rôle représentatif défini par la Constitution

Comme l’exprime l’axiome anglais « le Roi (ou Président) ne pourra plus mal faire, puisqu’ il ne peut plus rien faire »

Pour corroborer cette réflexion relative au régime moniste, je vous propose une intervention de Hervé Morin (ancien ministre, français, de la défense) :«Nous devons revoir nos institutions»

Sur RFI le 20.03.2014 : « On est au bout d’un système …, elle est patente, on la sent elle est palpable … Le pouvoir est impuissant, nous avons besoin de revoir nos institutions… qui reposent sur une élection   l’élection présidentielle  qui corrode la vie politique française, qui empêche l’expression d’un projet politique, et surtout qui ne tient pas compte du nouveau monde qui est en train d’émerger. »

La Révolution du 30 Octobre 2014 devra aussi être inscrite avec ses causes (en plus, le but des institutions et des fonctions politiques) dans le préambule de la nouvelle constitution. Tout en magnifiant la Victoire sur le régime qui a voulu asservir le digne Peuple burkinabè et en rendant hommage aux Martyrs de l’Insurrection. La  lecture de ce « Gravage » pourra dissuader les velléités de tripatouillages avenirs. Ce jour devra être chômé et payé !

Pour finir, je pense que toute la classe politique et les organisations de la société civile ne sont pas dupes pour sacrifier par conscience ou inconscience une victoire acquise au prix du sang de Fils du Burkina.

Aucun individu, ni aucun groupe n’est plus fort que le Peuple Burkinabè !

Je connais personnellement Zida, pas que je veux répondre de lui, vous dire simplement que je sais sous quelle Idéologie il a fait ses premiers pas : On est passés ensemble par le PMK (sous Sankara) !  Consciemment ou inconsciemment, on ne peut se défaire de cette Idéologie !

Ne pas haïr ceux qu’il a pu servir de par sa fonction est noble, je reste convaincu que (par Idéologie) servir son Peuple l’emportera !

L’Amour du Peuple ne pourra jamais le quitter : PAROLE !

Ayons confiance, pas seulement en ceux à qui nous avons confié notre Victoire, mais en Dieu et notre propre Capacité à écrire notre avenir ; Car plus rien ne sera comme avant au Burkina Faso.

Une Procuration donnée aux acteurs de la Transition est différente de l’octroi d’un  titre de Propriété de notre Révolution!

Pour une dernière paraphrase, selon Jellinek : « Le Peuple (l’Etat) dispose de la compétence de sa compétence en matière de souveraineté »

De meilleurs jours nous attendent.

La Patrie ou La Mort, Nous Vaincrons !

WRoch Sanon

[email protected]

Berlin Allemagne

“Patere legem quam ipse fecisti”


NDLR : Le titre est de la Rédaction



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 11 commentaires

  1. regm compaor? est mort.on ne veut plus CDP au burkina.?couter le nouvaux pr?siden oubie zida pour le moment si vous pouver arert? lafair d thoma trankilement pour le nouvaux pr?siden ki va venir apr? 2015.se ke nous burkinab? veul ?est de voir les prix des aliment cmme le riz le ma?s la farin etc.et r?tir? se ki on plus de 2 parcell et ferm? les chanbr noir

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *