9e Journées nationales de refus de la corruption : Il est temps de sanctionner les délinquants

240 0

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) organisera, comme chaque année depuis 2004, les 9e Journées nationales de refus de la corruption (JNRC). Du 1er au 9 décembre 2014, les réflexions seront articulées sur le thème : « En finir avec l’impunité et la mal gouvernance pour une véritable stabilité ».

Diverses activités sont prévues pour cette 9e édition des Journées nationales de refus de la corruption (JNRC) réalisées aussi bien par le siège du REN-LAC que par les Comités régionaux anti-corruption (CRAC) dans plusieurs villes du Burkina.

14 conférences publiques dont 7  à Ouagadougou, des débats radiodiffusés et télévisés, des pièces théâtrales ainsi qu’un panel pour clore et qui portera sur le thème « le gel et le recouvrement des avoirs et biens mal acquis des dignitaires du régime déchu de Blaise Compaoré ».

Les JNRC rentrent dans le cadre de la Journée internationale de la lutte contre la corruption, célébrée également chaque année sous l’égide de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Ainsi, le REN-LAC ne compte pas mener tout seul la lutte, mais plutôt avec ses partenaires nationaux et internationaux. Plusieurs experts animeront d’ailleurs les activités notamment Maître William Bourdon de l’association française SHERPA qui partagera les expériences des biens mal acquis non seulement en France, mais aussi celles égyptiennes et tunisiennes en matière de recouvrement des avoirs des dirigeants déchus.

Claude Wetta : « C’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon »
Claude Wetta : « C’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon »

Pour le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Claude Wetta, à travers ces Journées nationales, « le réseau entend apporter sa pierre à une lutte contre la corruption que nous espérons gagner ».

Au fait l’objectif, selon lui, c’est de mettre au cœur du débat public, les préoccupations fondamentales en matière de lutte contre la corruption.

« C’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon »

A entendre Claude Wetta, le contexte des JNRC 2014 « semble évidemment plutôt favorable ».

En effet, depuis l’insurrection populaire, d’après lui, toutes les déclarations tendent à montrer l’engagement des autorités de transition en faveur de la lutte anti-corruption.

Et qu’il faut donc noter déjà les déclarations qui relèvent des bonnes intentions du gouvernement de la transition, en occurrence la nécessité de juger l’ex-DG des Douanes et celle de juger tous les crimes de sang et économiques.

Par ailleurs, le REN-LAC serait prêt à mettre à la disposition de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE) toute sa documentation sur les faits de corruption avérés et restés jusque-là impunis.

Même si « c’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon », le REN-LAC par la voix de son Secrétaire exécutif espère qu’un traitement diligent sera réservé de la part des autorités de la transition à tous les crimes.

Interpellé sur l’adoption de la loi anti-corruption par les autorités du Burkina, le Secrétaire exécutif du REN-LAC a fait savoir que « le ministère de la Justice avait réécrit la loi ; mais nous voudrions que l’aspect anti-corruption au niveau électoral soit fondamentalement pris en compte ».

Et à Kéré Goudouma Bruno, le Chargé de plaidoyer du REN-LAC d’ajouter que « ce projet de loi a été adopté par l’ex-gouvernement le 15 octobre passé et que le nouveau gouvernement sera approché afin de réserver une issue favorable à cette loi ».

Noufou KINDO
Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre