Incendie des archives de l’Assemblée nationale : La nécessaire numérisation

935 0

Au Centre  des archives nationales  s’est tenue une conférence organisée par l’Association Burkinabè des Gestionnaires de l’Information Documentaire(ABGID). Deux communications ont été livrées ce samedi 29 novembre 2014 : la première sur les bibliothèques de ressource électronique, la seconde sur un logiciel de gestion des archives. Une occasion de déplorer l’incendie des archives de l’Assemblée nationale.

Le 30 octobre 2014, l’Assemblée nationale est prise d’assaut par des milliers de manifestants qui protestent contre le vote d’un projet de loi sur la Constitution. Les occupants de l’hémicycle chassés, les manifestants mettent le feu. Tout part en fumée. Y compris la mémoire de l’Assemblée.

André Bationo, documentariste de l’ancienne Assemblée Nationale, a partagé la triste information de la perte des archives de cette institution créée depuis 1958.

Il est par conséquent  compréhensible quand il recommande à tous ses collègues un minimum de numérisation des archives et documents.

Il s’exprimait ainsi à l’occasion de deux conférences organisées par l’ABGID sur justement la gestion des bibliothèques et des archives à l’ère du numérique.

Abdoul Wahab ZUONGO, responsable informaticien de BECOTAD (Bureau d’Etudes, de Conseils, d’Organisation, de Traitement en Archives et en Documentation) a présenté un logiciel « made in Burkina » : le SIGAD (Système Intégré de Gestion des archives et documents).  C’est un logiciel élaboré par ledit cabinet et qui facilite le traitement et la gestion des archives.

Concilier livre et numérique. La deuxième  conférencière, Mme Kambou, a exposé autour du thème « les bibliothèques de ressources électroniques». L’objectif est de sensibiliser les professionnels  de l’information et de la documentation sur les nombreuses et utiles sources d’information.

ABGIDSelon elle, il existe des « milliers de revues électroniques » qui traitent de santé, d’environnement, de science qui sont pourtant  négligées. Il est alors du rôle du bibliothécaire de connaitre ces revues afin de pouvoir orienter les chercheurs qui ne trouveraient pas les documents voulus dans leur bibliothèque.

Dans son mot de bienvenue, le président de l’ABGID, Pascal Soubeiga, a affirmé que l’ABGID est aujourd’hui assez connue du fait de son dynamisme, essentiellement dans la formation de ses militants.

Créée le 17 juillet 2004, l’ABGID vise, entre autres, la défense des intérêts matériels, moraux et professionnels des gestionnaires de l’information documentaire (archivistes, bibliothécaires, documentalistes, informatistes et tout autre corps assimilé), la promotion et la reconnaissance de la profession.

Issouf NASSA (Stagiaire)
Burkina24


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *