ARCEP : Les dénumérotations prévues pour le 30 novembre ont été reportées au 15 décembre prochain

205 0

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a annoncé ce mercredi 27 août 2014, à Ouagadougou, un changement de numérotations d’une partie des abonnés du réseau fixe de l’Office national des télécommunications (ONATEL) à partir du 30 novembre prochain (Mis à jour : Dénumérotation reportée au 15 décembre 2014).

(Article mis à jour le 29 novembre 2014) « A compter du 30 novembre 2014 (date reportée au 15 décembre 2014), tous les numéros des lignes fixes de l’ONATEL commenceront par le chiffre deux (2) », a indiqué le Président de l’ARCEP, Mathurin Bako, lors d’une conférence de presse, ce mercredi 27 août à Ouagadougou.

En d’autres termes, au Burkina, dès le 15 décembre 2014, les numéros de fixes commençant par 20 ne changent pas, mais ceux commençant par 50 et 40 seront remplacés respectivement par 25 et 24.

En fait, l’article 97 de la loi 061-2008/AN du 27 novembre 2008 portant réglementation générale des réseaux et services de communications électroniques dispose que l’attribution des premiers chiffres les moins élevés soit au service fixe et les plus élevés au service mobile.

Compte tenu de cela, l’ARCEP a décidé d’opter pour une « numérotation fermée », adoptée généralement par les pays francophones contrairement celle dite ouverte adoptée dans les pays anglophones.

D’après le Président de l’ARCEP, « la dénumérotation ou le changement de numéros concernera environ 120.000 abonnés fixes ».

Des journalistes lors de la conférence de presse de l'ARCEP (©Burkina24)
Plusieurs journalistes lors de la conférence de presse de l’ARCEP (©Burkina24)

Les zones du Centre, du Nord et de l’Est concernées

Selon cette numérotation, à écouter le Président de l’ARCEP, il n’y aura aucun changement de numérotation dans la zone Ouest du Burkina (les provinces du Houet, Bougouriba, Ioba, Léraba, Noumbiel, Poni, Balé, Tuy, Kossi, Kénédougou, Banwa, Comoé, Sourou, Nayala et du Mouhoun).

Par contre, dans la zone du Centre, tous les numéros des lignes téléphoniques fixes commenceront par le préfixe 25 au lieu de 50.

Cette zone comprend les provinces du Kadiogo, Oubritenga, Bazèga, Boulkiemdé, Sanguié, Kourwéogo, Nahouri, Sissili, Ziro et du Zoundwéogo.

Egalement, dans les zones du Nord et de l’Est où la numérotation commence par 40, tous les numéros fixes commenceront, dès le 30 novembre prochain, par l’indicatif 24.

Cette zone comprend les provinces du Yatenga, Zondoma, Passoré, Bam, Loroum, Sanmatenga, Namentenga, Ganzourgou, Koulpéogo, Koumpienga, Tapoa, Komondjari, Yagha, Séno, Oudalan, Kouritenga, Gourma, Gnagna et du Soum.

« Ce réaménagement du plan de numérotation s’impose pour permettre à l’ARCEP de créer de nouveaux espaces pour les opérateurs mobiles qui sont de grands consommateurs de numéros téléphoniques », a fait savoir Mathurin Bako.

Tout en soulignant qu’il n’y a pas de saturation au niveau des numérotations au Burkina Faso, il a informé qu’ « il se peut que l’ARCEP pense à une numérotation à 9 chiffres dans le futur ».

Noufou KINDO
Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 1 commentaire

  1. Faudrait d?j? que le t?l?phone fixe fonctionne et pour cela, il faudrait que l’Onatel daigne maintenir en ?tat de fonctionnement son r?seau fixe malgr? que ce dernier soit d?ficitaire ?conomiquement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre