Ouaga : Les chauffeurs et transporteurs exigent et obtiennent le départ du président de l’OTRAF

1105 28

De nombreux chauffeurs et transporteurs ont marché ce lundi matin de la Gare routière de Ouagadougou à la Patte d’Oie  jusqu’au siège l’Organisation des Transporteurs routiers du Faso (OTRAF). Ils réclament le départ du président El Hadj Boukaré Sankara, qui  a fini par plier. 

Les manifestants  ont pris d’assaut les bureaux de l’organisation qu’ils ont presque mis à  sac. Ils reprochent au président Sankara d’occuper son poste depuis 19 ans et d’avoir placé des membres de sa famille et connaissances aux postes influents.  Les chauffeurs se plaignent aussi des tarifs appliqués sur les voyages.

Boukaré Sankara et ses proches, selon toujours les manifestants, se partageraient les bons de transport, occasionnant un manque de travail et de revenus réguliers pour le reste des transporteurs.

El Hadj Boukaré, ex-président de l'OTRAF ©Burkina24
El Hadj Boukaré, ex-président de l’OTRAF ©Burkina24

Les manifestants assurent que cela faisait quatre jours qu’ils ont demandé au président de l’OTRAF de céder sa place. Celui-ci ne l’entendait pourtant pas de cette oreille, soutenant que les chauffeurs ne pouvaient pas le faire démissionner étant donné que ce n’est pas eux qui l’ont élu à ce poste.

Toujours est-il que les manifestants l’indexent comme étant à l’origine de plusieurs de leurs malheurs. En exemple, ils ont évoqué le fait qu’à l’extérieur, où l’OTRAF serait la seule organisation de transporteurs burkinabè à avoir des représentations, les transporteurs étrangers sont privilégiés par rapport à eux pour avoir des marchandises à transporter.

Le papier démontrant de la démission de El Hadj Boukaré Sankara ©Burkina24
Le papier démontrant de la démission de El Hadj Boukaré Sankara ©Burkina24

Les tractations ont duré près de quatre heures d’horloge et El Hadj  Boukaré Sankara a fini par accepter de démissionner. Il a d’abord signé un document assurant qu’il remettait les charges de la présidence à son vice-président, ce qui n’a pas été du goût des manifestants. Ces derniers, qui avaient déjà commencé la mise à sac des locaux, ont tenté de forcer les ouvertures pour ”mettre El Hadj à la porte”.

C’est vers 12H30, après l’arrivée de Boureima Ouédraogo, PDG de la société de transport OBOUF, venu apporter sa médiation, qu’El Hadj Boukaré Sankara a accepté de présenter sa démission pure et simple. Ce geste a été applaudi par les manifestants, qui l’attendaient avant de libérer les lieux.



Article similaire

There are 28 comments

  1. Bonjour mon soi-disant parent, avant de se lancer sur des rubriques renseignez-vous sur les personnes avant de parler, tout le monde connait l'histoire de l'ex pr?sident Blaise mais tout le monde ne connait pas qui est qui avant de juger. donc l'histoire OTRAF renseignez-vous qui est je peux dire l'ex President avant de qualifier des gens comme les voleurs du pays. renseignez vous comment ce Mr a eu sa richesse et comment l'OTRAF a vu le jour. ce Mr a eu son argent en toute honn?tet? et cette richesse dans de longtemps comme dans les ann?es 80 avant le r?gime de Blaise Compaore pourquoi voler alors qu'il a deja au contraire il a voulu aider ce syndicat et meme les gens qui ont revendique sont ses amis qui voulaient sa place et comme ils n'ont pas suffisamment les fonds ?taient disqualifie. je ne vais pas te relater toute l'histoire mais renseignez avant de parler ou de juger. si vous ne connaissez pas l'histoire car ce n'est pas dans votre domaine, c'est mieux de vous taire. merci.

  2. vous etes un aigri et vous ne connaissez meme pas l'histoire avant de sauter…. un hors sujet, ce Mr ?tait dans son poste pour aider des gens et il s'est meme sacrificie sans salaire pour aider cet syndicat qui souffrait. le Mr SANKARA a eu sa richesse depuis 1975 et ce fameux syndicat n'?tait meme pas ne peut ?tre vous meme vous ?tiez meme pas ne. donc il faut vous renseigner avant de dire quoi ce que soit. est-ce vous savez qu'il a mis ses propres moyens financiers comme 22millions pour aider ce syndicat. frais de 10000fcfa fais quoi a Mr SANKARA depuis 1983 il avait deja ses immeubles et ses biens. donc mr Bleck vous ne savez pas ce que vous raconter, il suffit seulement un voisin crie au voleur et vous suivez, avant de juger quelqu'un renseigne vous. au lieu de poursuivre vos vrais voleurs laisse les gens en paix. meme si il a dure plus de 19ans au pouvoir est ce que c'est de sa faute s'il a les moyens pour g?rer . les gars comme les STMB demander pourquoi sa compagnie est tomb?e en faillite??? donc le conseil que j'ai a vous donner m?lez vous ce qui vous regarde. voleur vous connaissez ce qui signifie ce mot. A titre d'info Mr SANKARA ne se nourrie pas de maigre cotisation au contraire il a laisse sa propre compagnie pour sauver ce syndicat. venez l'emprisonner comme pour vous tous les riches de ce pays sont des voleurs. allez y chercher un boulot au lieu d'apprendre au gens. tchrrrr

  3. C es vraiment pitoyable de voir des commentaire de gens se disant eduques. Avant de judger kelkun faut avoir toutes les versions celui du peuple et de la personne accusee. Vous dites que Mr Sankara a mis des membres de sa famille a l Otraf ( selon l article il parait) Donc vous n etes meme pas sur. Allez y verifier ses enfants ne travaille pas pour l’Otraf mais au compte de leur pere dans sa societe qu il a cree sans l argent ou l aide de L Otraf. Ce n es pas L otraf qui lui a enriche. Mr Sankara es un operateur economique depuis plus de quatre decennies surement certains d entre vous n etais meme pas nes. Kand on dit que le pauvre es aigri et l homme noir es maudit et ingrate c es vraiment vrai. Ce monsieur ne fai pas les lois exterieur concenant les merchandise lui meme en ai victim de ses loi car il a une societe de transport. Au lieu de passer vos temps a dire des sotises ayez la vrai version. Kand vous ne faite pas face a ne situation faut pas judger les autre. Les chauffeurs y en a ki sont honnetes mais ils y a les malhonete aussi ki passent leur temps a couler les produits de leur patron et les revendre.

  4. le tour ? ceux qui ont pris ce qui ne les appartient pas ou qui sont assis o? ils ne devaient pas ?tre.eh!Dieu merci car plus rien ne sera comme avant et t’en mieux pour le Burkina Faso

  5. JUSTICE POUR Les victimes sous la R?volution de SANKARA -Qui se souvient de Badembi? Pierre Claver N?zien ? R?fugi? ? la r?sidence de l?ambassadeur de France la nuit du coup d?Etat du 7 novembre 1982 qui amena le Conseil de salut du peuple (CSP) au pouvoir, il en ressortit la nuit du 9 avec la promesse des nouvelles autorit?s qu?il ne lui serait rien fait. Or, la m?me nuit il fut massacr?. Dans quelles circonstances, on ne le sait pas ? ce jour. M?mes myst?re et boule de gomme concernant le colonel Yorian Gabriel Som? et le commandant Fid?le Gu?br?. Retranch?s pour le premier ? la garnison de Ouahigouya, ? celle de D?dougou pour le second ? l??clatement de la R?volution le 4 ao?t 1983, ils consentirent ? revenir ? Ouagadougou apr?s que les nouveaux hommes forts avaient donn? leur parole d?officiers quant ? leur s?curit?. La nuit m?me de leur retour, soit le 9 ao?t, ils ?taient eux aussi zigouill?s dans les ge?les du Conseil de l?Entente. Et le commandant Amadou Savadogo, victime le 18 juillet 1984 d?un attentat sur le pont du barrage n?3 de Ouagadougou ? L?homme d?affaires et grand h?telier Valentin Kinda qu?on envoya assassiner ? Abidjan parce qu?il portait secours et assistance aux nombreux exil?s ayant fui la R?volution et trouv? refuge dans la capitale ivoirienne ? On se garde d?oublier le colonel Nobila Didier Tiendr?b?ogo et ses 6 compagnons d?infortune, accus?s de complot et sommairement ex?cut?s sous un baobab la nuit du 11 au 12 juin 1984, verdict d?une cour martiale exp?ditivement r?unie la m?me nuit. Et nous en oublions, tant la liste des crimes non encore ?lucid?s(2) est longue. Mais comme charit? bien ordonn?e peut aussi finir par soi-m?me, nous ne saurions, nous de L?Observateur Paalga, oublier ce crime contre la libert? de la presse et les libert?s fondamentales tout court que fut l?incendie de notre imprimerie et de tout notre fonds documentaire la nuit du 10 juin 1984, qui a r?duit le journal ? sept longues ann?es de travers?e du d?sert.Et tout ?a parce que la libert? de ton et les espaces d?expression libre que L?Observateur offrait aux citoyens ?taient jug?s incompatibles avec le r?le d?agit-prop que les r?volutionnaires entendaient assigner ? la presse. Ce ne fut pas la mort du seul journal mais celle de toutes ces libert?s d?mocratiques dont nous jouissons aujourd?hui. La preuve, personne, ? titre individuel ou collectif, n?osa ?lever la moindre protestation, encore moins organiser marche et meeting, pour exiger que la lumi?re f?t faite sur une telle forfaiture. Car qui ?tait fou ! Nous aussi aimerions savoir qui a commandit? cet incendie et quels en furent les ex?cutants, quand bien m?me ils ne seraient plus de ce monde. Une telle v?rit? serait pour nous le plus grand pretium doloris, c?est-?-dire la plus grande r?paration morale. Comme on le voit, la Commission v?rit?, justice et r?conciliation qui sera incessamment mise en place aura du pain sur la planche si, comme on le souhaite, elle ne s?en tient pas aux cas m?diatiquement croustillants et politiquement corrects ? d?fendre. Chaque fois que nous osons ?voquer le sort de toutes ces victimes oubli?es, on en conna?t qui font une pouss?e d?urticaire parce que pour eux, ne sont dignes de rester dans la m?moire collective que les supplici?s qu?ils ont dans leurs ?ill?res politiques ou id?ologiques.http://www.lobservateur.bf/index.php/component/k2/item/3107-blaise-devant-les-tribunaux-plus-facile-a-dire-qu-a-faire

  6. enfin les autres responsables n attendront pas des casses pour prendre la cl? des champs comme ils aimaient l imposer aux autres.pourquoi les nomin?es de la fonction publique de l ?re compaor? attendent que les ?difices publique soit saccag?s pour foutre le camp

  7. cheicklamenace |

    il faut vraiment que les choses chance sur le domaine du transport de marchandise au Faso. la tonne de chargement au depart ouaga livr?e Tema est de 12500fcfa, on est plafonn? ? 35tonnes, quand vous ?tez les frais de route du chauffeur il faut trouver encore 75000f de la poche du transporteur pour faire partir le camion. le chargement au ghana la tonne fait 40000fcfa, allez chercher l?erreur!!!!

  8. Le Nepotisme etait la sentinelle de la corruption depuis 27ans de regne sans partage. D autres avaient cru que le Faso etaient leur fief paternel en excluant tous les sans-voix de ce pays. En un seul les mensonges ont ete terrasses par la verite cosmique.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *