Hommage d’Etienne Traoré aux martyrs de la Révolution

Etienne Traoré, homme politique et enseignant d’Université, rend hommages par ces lignes aux martyrs de la Révolution.

Tous jeunes, et même très jeunes, vous avez sacrifié vos vies pour que vos compatriotes et les Africains vivent désormais une démocratie vraie en rupture définitive avec sa corruption monarchique et patrimoniale. Au carrefour de votre audace à manifester et des fusils, des lâches ont fauché vos très jeunes vies, endeuillant vos parents, vos amis et tous les assoiffés de changement démocratique dans la paix et la justice.

Hélas, bien que porteurs de justice et de paix, vos jeunes vies ont été fauchées par des bâillonnâtes, elles mêmes actionnées par des mains diaboliques. Et ces mains, nous pour qui vous avez consenti le sacrifice suprême, nous avons le devoir historique de les identifier et de les punir sans faiblesse, conformément à nos lois communes.

Dès lors, aucun hommage ne sera véritablement conséquent et méritoire que du jour où vos bourreaux seront mis hors d’état de nuire.

Nos chers martyrs, nous ne faisons pas ainsi des « règlements de comptes » comme le disent déjà certains compatriotes parlant de réconciliation. Nous n’appliquons que la loi qui est le ciment de notre vivre ensemble et hors de laquelle, nous retournons dans l’infernalité de la jungle où c’est tout mortellement la loi du plus fort.

N’oublions jamais que le vivre ensemble et la paix sociale résultent toujours d’un minimum d’accomplissement de la justice pour tous et que l’impunité cultivée est toujours source de colère, de révolte et finalement de guerre.

A tous nos martyrs, je prie Dieu le grand miséricordieux, comme nos concitoyens Burkinabé et africains, afin qu’il vous pardonne vos péchés d’hommes et vous accueille en sa demeure.

A tous nos compatriotes enfin, je souhaite que nous n’oublions jamais le sacrifice de ces jeunes; que nous intériorisions ainsi les leçons héroïques de notre jeunesse : courage et abnégation dans toute lutte pour défendre les valeurs ( le juste, le vrai, le bien…); fidélité jusqu’au bout à la défense des intérêts de notre Patrie; attachement résolu à notre burkimdité ( caractère du burkimdi ou homme intègre pour traduire en français ce concept moaga) dont Dieu nous a gratifiée pour pouvoir faire face à toute adversité naturelle ou sociopolitique.

En parcourant notre histoire, honorables martyrs et chers compatriotes, vous vous rendrez compte que nous avons toujours pu surmonter les crises, même les plus grandes, quand nous sommes restés naturellement intègres, refusant ainsi le parjure, la soumission à l’injustice imposée par des puissants du moment.

Encore à nos héros et martyrs du soulèvement populaire des 30 et 31 Octobre 2014, grand merci. Ce soulèvement a été lui-même l’aboutissement d’une longue lutte de résistance débutée dès 1987 et ayant eu comme moments importants : la toute première résistance des partis sankaristes; celle de la Coordination des Forces Démocratiques(CFD) dans les années 90; celle du Collectif dirigée par Halidou Ouedraogo bien soutenu par le regretté Professeur Joseph Ki Zerbo dans les années 2000; celle du début du CFOP dirigée par Maître Sankara Benewendé et bien sûr celle déterminante dirigée par le coordinateur Zéphirin Diabré, lui-même renforcé par l’arrivée du MPP de Roch Marc Christian Kaboré et bien soutenu par la Société Civile dont le très efficace « Balai Citoyen ».

Aux noms de toutes ces générations de lutte pour une justice et une démocratie vraies pour lesquelles vous vous êtes sacrifiés, dormez en paix nos vaillants martyrs! Vous êtes les plus méritants. Vous êtes les plus exemplaires. Que la terre libre du Burkina Faso vous soit légère.

Étienne Traoré, Université de Ouagadougou, 03 Décembre 2014



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Venant d’un illustre professeur du d?partement de la philospophie,? la personne d’Etienne Traor?,c’est reconfortant. Aussi esp?rons-nous trouver en cet homme politique un guetteur pour le succ?s d?mocratique dans notre cher pays,le BURKINA FASO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page