Politique publique et développement : Le SPONG mobilise ses partenaires autour de son plan stratégique 2014-2018

492 0

Afin d’influencer les politiques publiques de développement en vue d’une société juste, équitable et démocratique, le  Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG), travaille à mobiliser des partenaires techniques et financiers autour de son plan stratégique 2014-2018. Ce 5 décembre 2014 donc, ce plan leur a été présenté, en vue d’identifier les défis à relever dans les prochaines années et envisager un cheminement pour sa mise en œuvre.

D’un coût global de plus de 1,2 milliard de F CFA, le plan stratégique 2014-2018 du SPONG se décline en quatre axes prioritaires. Il s’agit du suivi et de l’influence des politiques publiques, du réseautage de la concertation et du plaidoyer, du renforcement des capacités des membres et de l’appui au développement local et à la décentralisation.

 Selon Roukiatou Ouedraogo, chargée de communication et de plaidoyer du SPONG, ces axes découlent de plusieurs constats.

Roukiatou Ouedraogo, chargée de communication et de plaidoyer du SPONG
Roukiatou Ouedraogo, chargée de communication et de plaidoyer du SPONG

« Notre société civile souffre d’une faible conscience citoyenne qui se traduit par une méconnaissance du rôle, des droits et des devoirs de ces acteurs dans les dialogues sur les politiques publiques », a-t-elle affirmé.

De plus, la faiblesse du réseautage, de la concertation et du plaidoyer, l’insuffisance des connaissances des ONG et associations de développements tant au niveau structurel qu’organisationnel et technique, et le faible alignement des ONG et associations sur les priorités et orientations régionaux sont des situations malheureuses à corriger.

C’est ainsi que ce plan visera principalement à promouvoir la participation et l’implication de la société civile dans l’analyse, le suivi, et l’influence des politiques publiques, promouvoir le réseautage, la concertation et le plaidoyer entre et par les membres, afin de contribuer de façon efficace au développement, promouvoir les compétences organisationnelles, structurelles et techniques des ONG et associations de développement et coordonner et capitaliser l’action des ONG et associations de développement au niveau local.

Et Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG, a proposé de trouver des modèles innovants qui pourraient d’avantage aider les acteurs à atteindre les objectifs fixés.

« Il est nécessaire que les entreprises qui sont parfois considérées comme le moteur de notre développement redoublent d’effort dans la responsabilité sociétale afin d’impulser leur contribution pour le développement », a-t-il signalé.

Sylvestre-Tiemtoré-coordonnateur-du-SPONG.jpg
Sylvestre Tiemtoré coordonnateur du SPONG

De son entendement, le financement de notre développement repose la plupart du temps, sur l’aide extérieure, alors que parfois les entreprises nationales ou étrangères implantées dans notre pays, font aussi des profits.

Lesquels profits auraient pu être partagés en termes de redistribution des fruits de la croissance de façon à réduire la fracture sociale, étant donné que c’est l’environnement politique et social favorable qui leur a permis d’engranger ces ressources.

Toujours est-il que le SPONG compte sur ces partenaires techniques et financiers habituels et nouveaux, pour combler le besoin de financement et mettre en œuvre ce plan stratégique.

Mouniratou LOUGUE
Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *