La rue gronde à nouveau au Burkina contre l’impunité

278 10

Par un rang de sept personnes par ligne les manifestants ont entamé la marche meeting pour dire non à l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques, à l’occasion du 16e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Partis de la place de Révolution, ils ont sillonné les avenues de la nation, Kwamé N’Krumah et Houari Boumedienne en scandant des slogans repris en chœur , pour réclamer vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons, Thomas Sankara, Dabo Boukary, les martyrs de l’insurrection populaire et toutes les personnes tuées impunément, avant de revenir à la Place de la Révolution. 

Ce meeting, entamé par le chant «Crime à Sapouy» de la chorale du collectif, a été marqué par la présence des organisations de luttes pour les droits de l’homme, de la veuve de Norbert Zongo, et des membres du gouvernement et du conseil national de transition, a été l’occasion de faire des revendications.

Les premiers responsables du Collectif
Les premiers responsables du Collectif

Lesquelles revendications portaient sur la vérité et la justice pour les martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, l’accord du statut de pupilles de la nation aux enfants de martyrs ainsi qu’à ceux des blessés handicapés à vie, l’introduction dans la loi fondamentale de la reconnaissance de l’insurrection populaire comme mode de contestation et de lutte du peuple.

Le Collectif réclame également la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle, l’instauration de candidatures indépendantes aux élections municipales et législatives, le démantèlement des bases militaires étrangères installées au Burkina, selon la déclaration de Chrysogome Zougmoré, au nom du collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques(CODMPP) et de la coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés(CCVC).

Chrysogome Zougmoré
Chrysogome Zougmoré

Ils réclament également la réouverture et l’instruction sérieuse du dossier Norbert Zongo et ses compagnons, l’instruction, le jugement et la sanction des commanditaires et des exécuteurs des crimes de sang, la saisie des biens et fonds détournés par les dignitaires du régime Compaoré, le rapatriement des fonds expatriés, l’audit sur l’accaparement abusif des terres rurales au détriment des paysans et l’expropriation des coupables, au bénéfice des populations.

Contrairement à ce qui était prévu, le premier ministre Zida, sur réclamation de la foule, a été contraint de prendre la parole, (lire “Justice sera rendue au camarade Norbert Zongo” ) pour répondre aux revendications.

Gouvernement
Les membres du gouvernement à la Place de la Révolution

«Avec cette plateforme(…) notre peuple, mobilisé et organisé engagera des luttes dans le sens d’influer positivement sur les évènements et voir jaillir la vérité et la justice sur les crimes restés jusque-là impunis», selon Chrysogome Zougmoré. C’est pourquoi, il a invité la population à la vigilance et à rester à l’écoute de tout mot d’ordre que commanderait l’évolution de la situation.

Mouniratou LOUGUE et Issouf Nassa( Stagiaire)
Burkina24

Lire aussi :

Il y a 10 commentaires

  1. Apr?s tant d’ann?es de maux,ns som tous conscients d c ke ns endurons m1,il faudra ke ns accordons 1p plus d tps pr corriger les erreurs.En meme tps ns lan?ons 1 appel o m?dia de souvent m?surer la port?e de certaines informations quand meme bi1 vraies peuvent causer un malaise ds la soci?t

  2. Le 13 December n’est nouveau au BF C’est comme sa chaque annee depuis 1998. Sa fait 16 ans que le peuple reclame justice pour Zongo. Avant les couplables etaient a l’abri du regime dechu, donc intouchable. Maintena qu’ils sont vulnerable vous pouvez comprendre cette mobilisation. Ne confondons pas les choses.

  3. A cette allure je doute fort que l on prenne le temps de s asseoir pour mieux reflechir sur les problemes essentiels du peuple .sachons raison garder et attaquons les problemes reels du moments.soyons en sur la rue NE regle pas les problemes juste tire l attention sur eux (les problemes).Dans le silence on reflechi mieux.juste mon avis.Ce qui est fait est fait .et on peut les corriger Avec le temps.Vouloir tout et tout de suite peut NE rien donner.bonne chance au faso!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre