Dossier Dabo Boukary : « Je n’ai rien à me reprocher » (Salif Diallo)

758 68

Salif Diallo, ancien ministre d’Etat de Blaise Compaoré et aujourd’hui premier vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), est revenu sur l’affaire Dabo Boukary. C’était lors d’un panel organisé par l’association Faso Action Renouveau (FAR), qui s’est déroulé ce 18 décembre 2014 sur les défis majeurs de la transition. Il dit être prêt à passer l’épreuve de la justice.

Le 19 mai 1990, un étudiant en 7e année de médecine de l’Université de Ouagadougou, est porté disparu dans les dédales du Conseil de l’Entente, pour son militantisme dans le mouvement estudiantin de l’ANEB, qui contestait le régime du Front populaire de Blaise Compaoré. Une instruction est ouverte.

Mais jusqu’à présent, les conditions de sa mort ne sont toujours pas élucidées ni les coupables démasqués. Cependant, en janvier 2014, paraît l’information selon laquelle « un ancien militaire » s’est épanché chez un juge d’instruction, affirmant que c’est Salif Diallo qui aurait  donné le nom des étudiants à arrêter (Cf Mutations).  Des « confidences » qui mettent directement en cause celui qui a été jusqu’en 2011, considéré comme l’un des bras droits de Blaise Compaoré.

Témoins. Interrogé lors du panel de ce jeudi, Salif Diallo confirme sa présence sur les lieux de la manifestation.  Il raconte : « Effectivement, j’étais sur le campus, comme d’autres y étaient et de passage.

Ce jour, j’ai quitté mon bureau pour me rendre au bureau des hôtes ici et j’ai été bloqué comme d’autres passagers, comme certains de vos professeurs, sur la voie. Je me suis mis sous un arbre comme certains de vos professeurs et je regardais un spectacle révoltant.

Quand je suis arrivé, il y avait des militaires et des étudiants qui s’affrontaient, à coups de cailloux et de ceinturons. Je suis venu trouver une scène comme ça ».

« Ils ont tous été libérés ». Ce jour-là, des étudiants ont été arrêtés. Mais Salif Diallo affirme qu’il est intervenu pour leur libération.  « L’après-midi, en compagnie de monsieur Ouédraogo Halidou, du recteur Nindaoua Sawadogo, je me suis rendu pour négocier la libération des étudiants.

Je suis allé voir le Colonel Diendéré (Gilbert, ndlr) à l’époque, en présence du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et du recteur. Tous les étudiants ont été libérés. Tous !  J’ai même demandé est-ce qu’il reste encore un étudiant. On m’a dit non. Le même soir, je prenais Air Afrique et je partais en voyage », a-t-il déclaré.

Ce n’est qu’à son retour de ce voyage qui a duré quatre jours, complètent les confrères de L’Evènement, que Salif Diallo a appris que d’autres étudiants ont été mis aux arrêts. Et c’est deux mois plus tard, toujours selon l’Evènement, que  Salif Diallo aurait appris la nouvelle du décès de Dabo Boukary  de la bouche-même de l’ancien président Blaise Compaoré.

D’où vient alors l’information qui le présente comme celui qui aurait donné les noms des étudiants à arrêter ? Salif Diallo parle d’instrumentalisation à l’époque. Aujourd’hui, il affirme ne pas avoir peur de « la terreur de groupuscules clandestins ».  Pas plus qu’il n’a peur d’ailleurs de la justice.

« Si  déballage il y a, il y aura déballage »« Moi Salif Diallo, je demande à ce que ce dossier  soit l’un des dossiers jugés en premier dans ce pays. Ce n’est pas la terreur des groupuscules clandestins qui me fera reculer. Si  déballage il y a, il y aura déballage. Et si la justice estime que je suis coupable, on doit me condamner», déclare le chargé des orientations politiques du MPP qui ajoute que, « sur le dossier Dabo Boukary, je n’ai rien à me reprocher ».

Le gouvernement de transition a déclaré que des états généraux de la justice seront bientôt  convoqués pour évacuer tous les dossiers de crimes de sang commis au Burkina, restés non élucidés jusqu’à présent.

A côté des dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo, Flavien Nébié, juge Salifou Nébié, celui de Dabo Baoukary figure en bonne place et les étudiants ont hâte de savoir ce qui a réellement mis fin à la vie de cet étudiant  qui aurait pu être aujourd’hui un médecin de 58 ans.

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 68 commentaires

  1. Tu a raison ils cris comme des Marawas de Cote d’Ivore, on est toujours la cach? avec eux les chiens aboient et notre caravane passe, notre Blaise President est a Yamoussokro vene le chercher si vous gar?on avec deux couilles

  2. dites nous tout simplement monsieur le pr?sident salfo :”nous avons vol?, tu?, dans ce pays a l’?poque. merci dieu nous a guid? juste avant qu’il f?t tard, peuple com compaore j’ai les mains sales.”nous te comprendrons en tant que ”homme sans calcul ?go?ste”alors que dites vous ? propos de DABO monsieur ?

  3. un vrai yadega reste toujours un vrai yadega un vrai yadega d?teste le mensonge donc Salif crache les 1000 v?rit?s n’ayez pas peur d’un individu sur cette terre m?me le Bon Dieu aime les hommes de v?rit?s et d?teste les menteurs ont n’aient pas fais pour rester sur cette terre ?ternellement nous le quitterons un jour et seul la v?rit? nos bienfais qui nous sauverons !!! Vomis leurs la v?rit? Mr Diallo pas peur de quelqu’un vive burkina et vive le yatenga !!!!

  4. blaise a dit plusieur fois qu’il ?tait en ta compagnie pendant qu’ on tuait les gens au conseil.Salif il faut parler de ?a aussi.

  5. Vous n’en saviez rien aussi dans cette affaire , a moins que vous apporteriez de preuves pour me convaicre.
    La justice se base toujours par des preuves comme talon d’achilles,mr ouattara et mr sere

  6. la justice coute que coute!tous ceux qui ont contribu? d’une maniere ou d’une aux meurtres faits pdt l’?re compaor? ns doivent tous des comptes devant la justice que je suis soit disant demissionaires ou partisant cdp on sen fout

  7. La patience du peuple Burkinab? s?est arr?t?e le 31 Octobre 2014.
    Maintenant les linges sales se trient pour ?tre lav?. Mesdames Messieurs, il n?y a pas de honte en famille, lavons nos linges sales dans la d?mocratie, dites tout et assumez vos actes.

  8. Je r?cuse les affirmations de Salif. Je peux affirmer qu’Il n’?tait pas de passage sur le campus, li jour de la manifestation. A l’?poque des faits j’?tais le D?l?gu? de la Corporation ANEB de l’ISN-IDR et S?ni Kouanda ?tait le Pr?sident de l’UGEB. M. Alfred Traor? (ex-d?put? CDP de la derni?re l?gislature ?tait le Directeur de l’ISN-IDR). C’est de ma corporation qu’est parti le mouvement. Il ne s’agissait pas d’une manifestation contre le r?gime en tant que tel, mais de la contestation du mode d’examen (couramment appel? partiels) que la Direction de l’ISN-IDR voulait imposer aux ?tudiants. En son temps, et cette expression me reste encore aux travers des oreilles, le Directeur Alfred Traor? nous a trait? de “farfelus”. j’ai personnellement pass? pr?s de 5 mois de clandestinit? ? Ouaga. Nous avons ?t? arbitrairement exclus de l’UO parce qu’ils avaient le pouvoir de le faire. Mais aujourd’hui, que personne ne se m?prenne, depuis de longues ann?es, nous nous battons pour que la lumi?re soit faite sur la mort de notre Camarade DABO ainsi que tous les morts sous le r?gime. Et ce n’est pas aujourd’hui que nous allons nous taire. Que ceux qui ont assum? des responsabilit?s par le pass? soient humbles et sachent qu’il y a de nombreux t?moins vivants de leurs faits et gestes au z?nith de leur pouvoir. De nombreux ?tudiants ont bel et bien per?u Salif sur le campus aux c?t?s des militaires du conseil, entrain de pers?cuter les ?tudiants. Et ces npmbreux ?tudiants de l’?poque, aujourd’hui travailleurs, sont encore vivants et pr?ts ? t?moigner. Pour ma part, je suis pr?t ? apporter ma contribution ? la manifestation de la v?rit? dans cette affaire. Je le dois ? DABO BOUCARY, ? sa famille, aux camarades et au nom de cette lutte que nous avons men?es ensemble depuis avec lesquels nous avons men? cette lutte depuis 1990.
    Si nous voulons sinc?rement construire un Burkina Nouveau, nous avons le devoir de dire la v?rit? au lieu de continuer ? prendre des libert?s ind?centes avec cette v?rit? et le Droit.
    Je reste convaincu que nous pouvons construire le Burkina Nouveau ensemble, mais dans la v?rit?, en arr?tant les louvoiements et autres petits jeux. Je ne sais pas de quels groupuscules clandestins parle Salif, mais je peux dire devant qui que ce soit que je n’en suis pas. Du reste, je ne suis militant d’aucune formation politique. j’ai seulement apport? ma petite pierre au combat du peuple pour l’alternance.
    S’agissant des d?ballages, il faut qu’il y en ait, pour permettre la r?conciliation entre les fils et les filles du Burkina.

  9. la soif du pouvoir les motive a vouloir crach? leur soi disant v?rit? . le pouvoir appartient maintenant au peuple et a la jeunesse allez-y vs reposer vous avez ?puiser vos cartouches laisser les autres essayer .

  10. Justice justice.
    Oui justice mais qu’elle justice?
    Apportez des preuves lors ce que vous en ?tes s?res.
    La peur va vous tuer dans ce pays.
    Chacun se cache derri?re Facebook et on vomis du n’importe quoi.
    Merde fallait le lui dire ?a dans la salle.
    Bande de voyous

  11. Laissez la justice de la transition differente de cellel du regime compaore, fait son job.un jour,il fera jour sur le dossier Dabo Boukary

  12. ” Salif Diallo aurait
    appris la nouvelle du d?c?s de
    Dabo Boukary de la bouche-m?me
    de l?ancien pr?sident Blaise
    Compaor?.” par cette version,salif diallo reconnai avoir echange avec blaise compaore sur se sujet a cet effet salif diallo est aujourd hui la perssone le mieux place au burkina pour savoir ce qui s est passe dans cette,vu qu il etai l homme de confiance a blaise compaore a l epoque

  13. Chers fr?re et soeur BURKINABE, travailler avec Blaise ou Fran?ois ne signifie avoir ?t? coupable de meurtre.
    Salif alias "GORBA" dit ?tre pr?t ? r?pondre ? la justice. Ceux dont vous d?fendez ne veulent pas r?pondre ? la justice et ?re ? l'ext?rieur sans domicile fixe. Il faut avoir le courage d'assumer ses actes et dire la v?rit? ? ses sup?rieurs quand la situation n'est pas bonne : cet homme est bien en premi?re place "GORBA".
    Je ne connais pas personnellement SALIF mais je pense qu'on doit le laisser se d?fendre devant la justice que lui m?me demande.
    Ne soyons pas dupe; c'est apr?s le d?part de SALIF que Blaise a envoy? quelqu'un pour l'intoxiquer ? la justice. Sans pour autant avoir la preuve de ce que j'avance, pour tout crime, renseignez vous avec Blaise-fran?ois-Diender? et autres sans associ? les leaders actuels du MPP que je trouve dynamique. Si pendant l'?re COMPAORE, tout le monde travaillait comme SALIF et SIMON, nous ne serions pas ? cette situation m?me s'ils ont commis des fautes. Ce n'est pas parce que BLAISE ne travaillait pas bien pour son peuple qu'il faut s'?carter pour critiquer, il faut ?tre ? c?t? pour travailler et comprendre comment g?rer le peuple de la mani?re cruelle du r?gime pass? ou de la bonne mani?re que le peuple r?clame actuellement sous l'?re THOM SANK.
    Parall?lement, des soci?t?s ont travaill?s avec le r?gime mais payaient leurs imp?ts mais d'autres payais jamais leurs imp?ts.
    D'autres m?me ne se sentaient pas en s?curit? et ont profit? conqu?rir le march? Africain ? l'image d'EBOMAF, qui se veut ?tre une r?f?rence africaine dans les routes au lieu de continuer de travailler avec les imp?rialistes que SANKARA a combattu et par fini se fait assassiner par son fr?re avec la complicit? des imp?rialistes et Houphou?t BOIGNY. S'il y a des erreurs, on corrige et on continue.
    " THOM SANK disait : nous devions trouver la technologie o? qu'elle soit pour d?velopper notre propre ?conomie".

    Laissons la justice faire l'?tat des crimes ?conomiques : tous les documents devront ?tre disponibles bient?t, c'est le devoir des dirigeants de la transition. Le peuple doit pouvoir connaitre en temps r?elle s'il le d?sir, l'?tat des march?s et des d?clarations des imp?ts de toutes soci?t?s au Burkina. Comme cela, on ?vitera certaines pol?miques.
    Oui, justice pour tous les martyrs, si non , nous reprenons la rue apr?s cette transition.
    Nan lara an sara.
    La mort est pr?f?rable quand on vit dans l'injustice et qu'on se tait (sans d?noncer) : voil? ce que je retiens de Thom sank et Norbert ZONGO.
    "Il faut aussi des r?voltants ou r?volutionnaires qui survivent pour redresser un pays.
    Merci camarades.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons.

  14. Qu'on ait le courage de dire haut et fort que Salif est un grand monsieur m?me si vous n'allez pas militer ds son parti. Il etait le seul a cracher la verit? a Blaise, a contester les mauvaises d?cision de Fran?ois COMPAORE et aujourd'hui le temps lui a donn? raison, donc nous devons le f?liciter et l'encourager dans l'alternance qu'il pr?ne pour 2015 avec le camarade Rock Marc Christian KABORE. Vive le MPP, Vive le Burkina

  15. Ayons l'honn?tet? intellectuelle de reconna?tre que Salif Diallo n'a pas attendu le d?part de Blaise pour sortir de l'ombre. M?me au sein du CDP ce monsieur avait d?j? ces positions tranch?es; c'est d'ailleurs ce qui lui a valu ces bisbilles avec le clan compaor

  16. Le Burkinab? actuel est tr?s exciter chacun veut ?tre juge ou magistrat ? la fois mais sans niveau. Toujours en train de vilipender d?autres derri?re leur clavier ou loin au t?l?phone. se cach? loin derri?re son clavier ou la ligne telephonique pour dire du N'importe quoi. M?me quand Blaise ?tait au pouvoir Salif avait toujours demand? justice pour ce jeune assassin? afin qu?on ait les vrai coupable et si Salif ?tait le vrai coupable comme vous le dites depuis 2009 Blaise s?en allait saisi pour le mettre au barro. Salif DIALLO lui au moins a d?mand? l'ouverture du dossier. Il est blanc comme ni?ge.

  17. Chers compatriotes. Ayez un esprit critique et ne laissez pas les politiques vous ?loigner de votre raison. Le Faso doit ?merger mais je pense que ?a ne sera pas avec les anciens ?l?ves traites du cdp. Quand on r?ve du pouvoir on ne peut que effacer … Pour les futurs gouvernants chercher parmi les vrais burkinab? car nous sommes l? pour chasser ceux qui confondent le patrimoine de l’Etat ? leur patrimoine. Vous ?tes avertis.

  18. Tu trouve normal qu.un fonctionnaire de l.etat burkinabe fete ses milliards? Salif Diallo entan que Ministre na pas feter ses milliards ici? Tu crois que c.est dossier propre ca? Parlez de ce que vs maitriser. Merci

  19. Je peux dire haut et fort qu’aucun membre des demissionnaires du CDP du 04 Janvier dernier a un dossier sale,sinon que l’ex parti au pouvoir allait les creer des ennuis apres leur demission

  20. Nul n’est au dessus de la loi,ce que notre aine nous repete.
    A la justice de faire son travail,ce qui est sur toi et moi nous ne sommes pas cites et si Salif DIALLO reclame que la lumiere soit faite dans cette affaire c’est pour vous dire qu’il n’a rien a se reprocher.
    We just need to wait for justice.

  21. salif a ete l un des pere fondateur du r?gime de blaise par la suite il sest rendu compte de ses erreurs et il sest retir? aujourd’hui sr l dossier dabo son ressort kon laisse la justice s en charger sil y a lieu il payera a la hauteur de ses charges k justice soit fait

  22. Pri?re ? nous facebookers! On a la libert? d,expression mais r?muons au minimum deux fois la langue avant de v?hiculer nos propos. On peut accuser quelqu,un dans mais seule la justice le condamne. Ainsi,respectons-nous les uns les autres pour faire avancer les choses au Burkina. Sinon au finish, nous serons dans un pays sans loi ni autorit? car tout le monde pr?tend ?tre juge. ?a serait du d?sordre et le Faso n,avancera pas…

  23. Blaise Compaore a permi a certaine personne comme Salif Diallo de sortir de l’ombre et de se comporter comme des Dieux sur Terre, mais la verite finira un jour par rattraper le mensonge. Salif doit aussi rendre compte des 27 ans de regne sans partage. C’est pas seulement Blaise et Francois Compaore qui doivent rentre compte mais Salif aussi.