Elections de 2015 : Le fichier électoral pourrait être rouvert en février 2015

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Barthélémy Kéré, a été reçu en audience, ce samedi 20 décembre 2014, par le président de la transition, Michel Kafando.

Me Barthélémy Kéré a rassuré la presse, à sa sortie d’audience, qu’il a été question d’une seule chose : les élections.

Il a donc été question des élections, celles de 2015 à venir à savoir les élections triplées (municipales, législatives et présidentielles), qui doivent clore la transition au Burkina.

Grosso modo, selon Barthélémy Kéré, les partis politiques et le gouvernement que la CENI a rencontrés, sont d’accord qu’il faut, déjà dans un premier temps, procéder à une réouverture du fichier électoral pour permettre que les personnes qui n’ont pas pu s’inscrire pour diverses raisons dans le fichier puissent le faire.

Cependant, « pour rouvrir le fichier électoral, il faut repartir dans les localités avec nos machines. Et il faut un certain nombre de moyens mis à notre disposition par le gouvernement, le principal bailleur de fonds. Si donc, les dispositions sont prises, dès le mois de février, je pense que nous pouvons commencer à reprendre au plan intérieur les électeurs qui n’ont pas pu s’enrôler », a-t-il soutenu.

Quand peut-on décider d’une annulation ?

Il a également ajouté que lors des élections couplées (législatives et municipales) de 2012 dont des enseignements ont été tirés, plusieurs personnes étaient surprises que pour la même opération dans un bureau de votes, il y ait l’annulation par le Conseil d’Etat et que le Conseil constitutionnel n’ait pas annulé.

En fait, explique-t-il, en matière électorale, la décision d’annulation peut avoir un certain impact lorsque cela a une conséquence globalement sur les résultats. Et de poursuivre qu’une circonscription comme le village où il y a une élection locale dont un nombre limité, c’est le Conseil d’Etat qui examine cette situation.

Elle peut donner lieu à une annulation. Mais quand les mêmes informations sont reportées au niveau de la province qui est le lieu d’élections législatives examinées par le Conseil constitutionnel, ce dernier peut ne pas l’annuler.

La CENI pour le décalage des élections municipales…

A entendre Me Kéré, la CENI est favorable à ce qu’il y ait un couplage de l’élection législative avec la présidentielle, mais que la municipale qui est de nature locale puisse faire l’objet d’un décalage pour être organisée autrement.

Quant à la question du vote des Burkinabè de l’étranger, elle est toujours en discussions. « Les démembrements ont été mis en place. Nous sommes dans une situation particulière où il s’agit de reprendre la mise en place des institutions après l’insurrection populaire.

Le gouvernement discutera certainement avec les acteurs politiques sur la question de savoir s’il faut procéder à l’organisation de ce scrutin avec les Burkinabè de l’extérieur ou est-ce qu’il est lieu de sursoir en fonction d’un certain nombre de difficultés », a affirmé Me Kéré.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page