Burkina : « Le travail est loin d’être terminé », selon le Front progressiste sankariste

396 2

Blaise Compaoré est parti. Mais le Front progressiste sankariste (FPS) estime que « le travail est loin d’être terminé ». « Il n’y aura ni repos, ni tranquillité au Burkina tant que les Burkinabè n’auront pas obtenu une véritable alternative », a déclaré son président, Me Bénéwendé Sankara, à l’occasion de la rentrée politique de la formation politique sankariste et marque aussi le 65e anniversaire de la naissance du Président Thomas Sankara.

Les Sankaristes n’ont pas été en marge de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Me Bénéwendé Sankara a en effet rappelé le « Blaise dégage » que lui-même a prononcé un certain 30 avril 2011 ou l’appel à prendre d’assaut l’Assemblée nationale, lancé la veille d’un 30 octobre 2014, entre autres.

Appel entendu. Aujourd’hui, devant les militants sankaristes, réunis ce 21 décembre 2014 à Ouagadougou pour la rentrée politique du FPS, en présence de responsables d’autres partis politiques et d’un membre du gouvernement (le ministre en charge de l’éducation, Samadou Coulibaly), Me Sankara estime que l’appel des Sankaristes a été entendu : « Blaise Compaoré (…) s’est réfugié chez ses beaux-parents ».

Cependant, ce n’est pas encore le bout du tunnel, croit le président du jeune FPS. Pour lui, il faut, non seulement détricoter le système que Compaoré a laissé, mais aussi répondre aux attentes exprimées lors de l’insurrection populaire.

« S’il est vrai qu’il faut détruire un système, fait de corruption et d’impunité, il faudrait en revanche bâtir un Burkina à la hauteur de nos rêves communs et qui correspond aux attentes de l’insurrection populaire », déclare-t-il.

Les idées de Thomas Sankara pour le Bukina nouveau. Dans cette phase de construction, les idées du président Thomas Sankara peuvent servir. C’est d’ailleurs l’occasion, est convaincu Me Sankara.

 « La transition en cours au Burkina  Faso, devrait être  une occasion pour (les Sankaristes) de réaliser ce rêve de faire de l’idéal du président Thomas Sankara la pierre angulaire de la construction d’un Burkina Faso désormais libéré de la mafia politique qu’incarnaient Blaise Compaoré et ses acolytes », a-t-il souhaité.

Le FPS préparera donc une feuille de route à ce propos, a promis Me Sankara. En attendant, ce 21 décembre, une conférence publique a été animée sur « le rôle du sankarisme dans l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la chute de Blaise Compaoré ».

Dans l’après-midi, les Sankaristes iront s’incliner avec le Balai Citoyen, sur la tombe du leader de la Révolution d’août 83, qui devrait célébrer ce 21 décembre 2014, ses 65 ans.

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 2 commentaires

  1. Il ne reste qu’un an avant les ?lections….!… Les SANKARISTES peuvent partir en campagne et laisser travailler le gouvernement pendant ce temps….ce dernier ne peut que g?rer les affaires courantes, il ne peut pas entreprendre de grandes r?formes dans un laps de temps si court…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre