Situation nationale : « Il faut laisser le gouvernement en paix »

259 45

Le 30 octobre 2014, le peuple burkinabè, dans un sursaut patriotique, s’est levé comme un seul homme, pour défendre la démocratie contre la forfaiture et l’instauration d’un pouvoir personnel de Blaise Compaoré. Depuis cette date historique, le monde entier a fait chapeau bas  aux  Burkinabè qui ont mis fin à 27 ans de règne en quelques jours.

Au départ, la lutte du peuple visait à imposer le respect de la Constitution en empêchant la modification de l’article 37 de la Loi fondamentale. Mais les événements se sont précipités et l’insurrection populaire a contraint le président Compaoré à la démission.

Alors que plus d’un s’inquiétait que le chaos allait s’installer au Burkina, les acteurs politiques,   la société civile et l’armée ont créé un cadre de dialogue sous l’égide de la CEDEAO qui a abouti à la signature d’une charte consensuelle et la mise en place des organes de la transition.

Mais dès la composition du gouvernement, des voix se sont élevées pour contester la présence du ministre Adama Sagnon de la Culture au regard de son passif dans le dossier Norbert Zongo. Au regard de la forte contestation, l’ex-procureur du Faso a rendu sa démission et le Premier ministre, pour préserver la cohésion sociale, l’acceptée. Dans le même souci de la paix sociale, l’Exécutif est resté attentif aux préoccupations du peuple et c’est dans ce sens que la commémoration de la journée des martyrs, initialement prévue le 13 décembre,  a été reportée sine die.

Cette reculade du gouvernement est perçue comme une faiblesse par certains qui voient là une opportunité d’installer la chienlit dans le pays en avançant des arguments du genre, l’armée a volé la victoire du peuple comme si l’armée était en dehors du peuple. Pour ma part, l’armée a fait la démonstration qu’il y a la cohésion et l’union en son sein en faisant bloc autour du lieutenant-colonel Yacouba Issac Zida qui a assuré les charges de chef de l’Etat avant de les transmettre au président Michel Kafando.

 C’est dire que pour avoir pris son courage a deux mains et assumé ses responsabilités, Zida et ses frères d’armes  peuvent être considérés comme des sauveurs qui ont permis que le sacrifice du peuple serve véritablement  à maintenir le pays dans la paix et la stabilité. Jusque-là en les choses marchent et il faudra laisser le gouvernement Zida travailler sereinement.

Malheureusement, cela ne semble pas plaire à certains individus qui cherchent des poux sur un crâne rasé. C’est le cas par exemple   des accusations faites à l’endroit du ministre des Infrastructures et des Transports Moumouni Diéguimdé.

 Au lieu de le juger sur la base du travail qu’il fait, on passe le clair du temps à le fustiger et à contester sa présence à la tête du département. Pourtant le ministre Dieguimdé avait rencontré le personnel et tout était rentré dans l’ordre.

Qu’est-ce qui justifie de nouveau ces mouvements d’humeur contre le ministre ? De sources dignes de foi, certaines personnes se reprocheraient quelque chose pour avoir dîné dans certaines affaires. Comme la chute de Blaise a surpris tout le monde, elles n’ont pas eu le temps de se préparer pour camoufler des malversations.

 Craignant d’être rattrapés par leur passé et de se présenter devant le tribunal du peuple, leur sommeil est troublé et, loin du ministère, des individus tirent des ficelles et manipulent des travailleurs. Ils ont peur que Diéguimdé, connu pour sa rigueur et avec qui ils n’ont aucune relation privilégiée, ne sorte certains dossiers pour les  soumettre au Premier ministre Zida qui a promis de faire rendre gorge à ceux qui se sont sucrés sur le dos du peuple si la preuve de leur culpabilité est établie. En somme, laisser le ministre Moumouni Diéguimdé en paix, c’est faire planer l’épée de Damoclès sur leur tête.

C’est le lieu d’appeler les uns et les autres à la vigilance. Les anciens dignitaires du régime ne dorment pas, ils ont la rancune tenace et veulent déstabiliser le processus de transition pour montrer que sans Blaise le pays ne peut être gouverné.

Nous devons respecter la mémoire des martyrs en faisant en sorte que leurs sacrifices et le sacrifice du peuple ne soient pas vains. Arrêtons ces mouvements de protestations, faisons confiance à Zida et à tout son gouvernement et mettons-nous au travail pour montrer au monde que Blaise et son clan ne sont pas indispensables et que notre pays se porte et se portera désormais bien.

Jean Gabriel Somda


NDLR : Le titre est de l’auteur

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Il y a 45 commentaires

  1. Ablasse Ouedraogo calme toi!!! Chaque chose ? son temps. Vous et votre Blaise,votre temps est pass?. Maintenant c’est le temps du peuple burkinab? tout entier. Pourquoi s’agiter inutilement si tu sais que c’est le peuple qui a d?cid? de prendre son destin en main? Tu peux rejoindre Blaise l? o? il est pr?sentement

  2. Si on ne devrait plus emettre la moindre reserve par rapportaux actions du gouvernement c’est vraiment ? se demandr dans genre d’?tat nous sommes ? pr?sent; pas d?mocratique en tout cas..
    Si le gouvernement veut avoir la paix , qu’il s’occupe uniquement d’organiser les ?lections de 2015, restaurer l’autorit? de l’?tat et assurer la s?curit? des biens et des personnes et ?viter les actions d’?clats et autres annonces populistes.
    Avoir constamment ? l’esprit que comme l’a dit le Pr Bado qu’en fait l?insurrection du 30 31 octobre n’est rien d’autre que l’expression du d?soeuvrement et de la pauvret? des jeunes; je pense qu’en faire autre lecture c’est se tromper .

  3. il ya pas de gourvernement ce sont les millitaires qui sont aux pouvoir zida vous fait dormire et r?v? debout des reformes qu’il est entrais de faire ce ne pas sont role mais comme le pouvoire lui tourne la tete il a oublier sont travaille

  4. L'article aurait d? ?tre intitul?, ? mon avis, "Laisser le ministre Moumouni Di?guimd? en paix". M. Dieguimd? n'est pas le Gouvernement et il ne faut tout mettre dans le m?me sac. Il s'agit d'un gouvernement de mission nationale relativement composite ? plusieurs points de vue. Il faut effectivement le reconna?tre: peu de gens sont blancs apr?s les 27 ans de r?gne de BC mais je n'irai jusqu'? dire que "nul n'est blanc" ce serait trop d?sesp?rant.
    Cela ?tant, le probl?me est simple: si les informations r?v?l?es par la presse sont fond?es, M. Di?guimd? ne m?riterait pas d'?tre dans ce gouvernement. Si les faits sont faux, et vu la gravit? des accusations, il faut qu'il prenne la peine d'ester en justice pour diffamation contre le journal et tous ceux qui ont relay? des infos erron?es et diffamatoires. C'est pour ce type d'Etat de droit que le peuple s'est sacrifi?: plus de 20 morts et beaucoup de d?g?ts mat?riels.
    Si l'on devait suivre votre raisonnement, M. Somda, le clan Blaise Compaor? n'allait pas ?tre "chass?" du pouvoir et M. Sagnon serait toujours au gouvernement. Doit-on prendre le risque de laisser un ancien coupeur de route, par exemple, devenir gendarme et attendre de "le juger sur la base du travail qu?il fait" comme vous le proposer ? Je pense que non !
    Les ?v?nements de la fin octobre et la transition, dans leurs intentions, ne doivent pas r?compenser quelqu'un qui est publiquement compromis par le type de faits all?gu?s par la presse. Et je reste personnellement convaincu que ce n'est qu'un d?but; connaissant la tactique des journaux, ces "r?v?lations" vont se poursuivre au fil des "d?mentis" ?ventuels. Plus t?t ce probl?me sera pris en charge frontalement par le gouvernement, mieux cela vaudra pour sa coh?sion interne et pour le succ?s de notre transition.

  5. La parole est libre, surtout lorsqu’il s’agit de defendre son honneur. Les accusations portees sont tres graves pour etre passees sous silence. S’il ne se reproche de rien, qu’il s’explique publiquement afin qu’on tourne vite la page. Si les gens se disent a? courant de certaines choses et se taisent, ce serait tirer une deuxieme fois sur nos braves martyres. Nous devons etre tous egaux devant l? loi, grands ou petits!

  6. Confiance de mani?re aveugle sans syst?me de contr?le? La mon fr?re jamais, si jamais Zida et sa clique se joue de nous on les mettra dehors comme l’ex majorit?. On va les surveiller et les critiquer pian……….

  7. quel pleuple le pleuple burkinabe fait 17milions de personnes ils sont conbien ses vendale qui se vont appelle revolitionares c’est une poign? d’estr?mice qui etait en complisit? avec l’opposition et une parti de l’arm? pour faire un coup d’etat mais dieux merci blaise a tout comprit il a partir traquillement c’est un gouverment ca c’est l’arm? qui est aux pouvoire avec un marihonete appele kafando

  8. personne ne les a oblig? a ocup? les postes et puis nous voulons d? resultats ? rien dotr donc on n p pas l?x? passer certaines choses.ce peuple int?gre est debout et veillera pour q tout se passe bien desormais par ce que:”la confiance nexclut pas le controle.aussi l’homme libre est un danger pour toute la soci?t

  9. Hee apres 27ans on est plus vigilant que jamais.On na vu la ou la confiance nous a amen?.Tous ce qui se trouver au pouvoir aujourd’hui et m?me dans le gouvernement on ?t? mm surpri de se retrouver la ou ils trouvent actuelment.La confiance et le respect se m?rite.Leurs travaux nous imposerait leurs confiance.

  10. quel bon gouvernement de haine de division qui passe tout sont temp a faire la chasse aux sorciere nous les 17 millions de burkinab? ne reconnetra jamais cette sale equitte de merde c’est gouvernement d’une poign? d’estremice qui vont appelle revolitionaires de merde la haine que vous sem? aux faso la vous aller la recolt? sa va tomb? sur votre tete

  11. Bien dit. Collez-nous la paix. Si des gens ont tripatouillez, M. Dieguimd?, ne les laissez pas. Ils doivent repondre. Que ceux qu on manipule le laisse travailler. Jugez le aux r?sultats et non sur la base des pr?jug?s. Merde ? la fin. Yaan ya boin?

  12. Freres et soeurs je vous en prie, donner leur le temps de faire leur preuve (patience et longueur de temp font plus de BIEN ke de MAL ). Et surtout gardon notre integrite (burkindi) et notre union d’entente aux yeux du monde (nous somme un bon exemple pour l’afrique entiere. Ke dieu benisse le Faso

  13. Je partage votre point de vue, M. SOMDA. Continuer ? manifester contre les membres du gouvernement de ZIDA, c'est donner raison ? ceux qui pensent que sans Blaise, le Burkina se porterait mal. On ne peut pas trouver un ange sur cette terre pour le placer ? la t?te de nos d?partements. Jugez les gens sur le travail qu'ils sont en train d'abattre au lieu de se pencher sur des pass?s souvent mont?s de toute pi?ce. Si on a quelque chose ? quelqu'un, qu'on saisisse l'ASCE ou le Ren-Lac. Nul n'est blanc.

  14. en tout ?a se bien dit devon donn? lieux confiance qui les permet de travaille en tout s?curit? et confiance se vrai que les gan on perdu la confiance au gouvernement ya longtemps mai rappelons-nous que les gan on travaille avec le r?gime dissous mai certains Navez pas le choix, pencho

  15. Que le gouvernement se mette au travail. Vous ne trouverez jamais ce pays l? o? il n’y a pas d’opposition au gouvernement en place m?me si c’est un gouvernement de transition. Alors au gouvernement de travailler en toute transparence et dans la l?galit?. C’est en cela que ce gouvernement aura le respect et l’adh?sion du peuple. Pour ma part je pense que le gouvernement doit plut?t se mettre au travail au lieu de pleurnicher car novembre 2015 c’est demain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre