Côte d’Ivoire : Les ennuis de Charles Konan Banny

746 2

Des dizaines de jeunes gens ont manifesté, ce lundi 22 décembre, devant la résidence du Président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), Charles Konan Banny et candidat déclaré aux prochaines élections présidentielles d’octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Les raisons évoquées par les manifestants est de « réclamer des comptes » sur la gestion des 16 milliards FCFA alloués à cette institution par l’Etat ivoirien pour son fonctionnement depuis sa création en 2011 afin réparer la fracture sociale consécutive à plus d’une décennie de crise avec comme paroxysme la crise post-électorale  de l’année 2010.

Dirigés par Awassa Abdoul Racid, président de la conférence des présidents des mouvements et associations pour la défense des institutions de Côte d’Ivoire, ces jeunes manifestants réunis devant la résidence de l’ex-Premier ministre, sise à la Riviera Golf 4 scandaient « Banny voleur , Banny voleur! (…) ».

Approché, un d’entre eux dit être venu « demander des comptes et dénoncer les malversations financières dans la gestion du montant de 16 milliards FCFA donné par le président Alassane Ouattara pour la réconciliationLa CDVR a toujours clamé haut et fort qu’elle n’avait pas les moyens pour travailler. Où son allés ces milliards alors? ». Pour lui, il y a eu « une gestion opaque de ces fonds ».

D’autres criaient à tue-tête : « Le peuple veut des comptes ; honte à toi Banny ; CDVR, bilan négatif ; je veux un audit ; où sont passés les 16 milliards ? Réconciliation, tu as échoué».

Après un peu plus d’une heure de manifestation, ils ont été dispersés par la police.

Les manifestants demandent des comptes à Banny
Les manifestants demandent des comptes à Banny

Au cours d’une cérémonie solennelle en présence du Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, Banny a rendu les conclusions du rapport final de son institution après trois ans d’activité. Le président Alassane Ouattara, quant à lui a pris à témoin la communauté nationale et internationale en révélant que l’Etat a consenti,  16 milliards de FCFA au profit de cette commission pour l’atteinte de ses objectifs.

Rappelons que Charles Konan Banny, à quelques jours de cette cérémonie, avait annoncé sa candidature aux élections présidentielles d’Octobre prochain pour le compte du PDCI-RDA dirigé par Henry Konan Bédié, parti allié du RDR d’Alassane Ouattara. Par cet acte, il venait de fouler  au pied les consignes d’alignement à la candidature unique du président sortant.

Banny et Bédié

Le Président du PDCI, Henri Konan Bédié, dans son célèbre « appel de Daoukro » a demandé à ses partisans de soutenir le président-candidat Alassane Ouattara.

Cette volonté, il l’a réaffirmée en présence de Charles Konan Banny et d’un parterre de personnalités, le 16 Décembre dernier pendant l’inauguration du pont portant son nom.

«Celui qui veut être candidat le sera en son propre nom et non celui du PDCI…En post-scriptum, comme dans une lettre jetée à la poste et à la postérité, et pour les mots de la fin de cette allocution, je propose ceci que j’ai écrit : cet ouvrage revolutionnaire (le pont Henri Konan BEDIE, ndlr) vaut, à lui seul, deux mandatsprésidentiels pour son grand réalisateur, le président Alassane OUATTARA. A bon entendeur salut », a-t-il prévenu.

Deux de ses proches poursuivis pour « enrichissement illicites »

Sylvain Oka et Arthur Alloco, tous deux proches de Charles Konan Banny, sont depuis trois jours poursuivis par la justice ivoirienne pour déterminer l’origine de ‘’5 milliards FCFA’’ découverts sur le compte du premier et un virement de ‘’500 millions’’ sur le compte du deuxième, selon une source policière proche du dossier.

La justice a découvert sur le compte de Sylvain Oka un montant de ‘’ 5 milliards FCFA’’ que l’ex-cadre de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à la retraite, par ailleurs, ‘’trésorier de la campagne de M. Banny’’, selon d’autres sources, est appelé à ‘’ justifier l’origine de ce fonds’’, poursuit la source policière.

Pour cet officier proche du dossier, il est question de savoir si les 16 milliards FCFA alloués à la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) par l’Etat ivoirien ne sont pas ‘’ passés’’ par ce compte.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

There are 2 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *