Elections de 2015 : Des OSC soumettent leurs recommandations à la CENI

735 0

Des élections doivent clore la transition politique ouverte au Burkina. Une délégation représentant une vingtaine d’organisations de la société civile (OSC) burkinabè a transmis ce 23 décembre 2014, ses recommandations pour l’organisation desdites élections à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). 

C’est une délégation de six personnes représentant une vingtaine d’OSC qui a rencontré le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré et son équipe, au siège de l’institution électorale, ce mardi matin.

Selon son porte-parole, Abdoul Karim Saïdou,  ces OSC, appuyées par l’ONG Diakonia, ont organisé un atelier pour réfléchir aux conditions d’organisation des prochaines élections électorales. Ces réflexions  devront accoucher d’un rapport. En attendant, les OSC ont tenu à faire part au président de la CENI, des conclusions les plus saillantes.

Actualiser le fichier électoral. Elles se résument en sept points. D’abord, la réouverture du fichier électoral, car, explique Saïdou, la dernière révision n’avait pas pris en compte l’ensemble des Burkinabè, qui étaient alors désabusés par le système de l’ancien président Blaise Compaoré.

Interdire gadgets et autres dons électoraux. Ensuite, les OSC recommandent d’interdire les gadgets électoraux et les dons lors des campagnes électorales, ainsi que le plafonnement des dépenses électorales. La troisième recommandation est d’autoriser les candidatures indépendantes aux élections municipales, présidentielles et législatives.

Coupler les élections. Le couplage des trois élections en 2015 est également un souhait des OSC. Elles proposent en outre de maintenir l’équipe actuelle de la CENI pour l’organisation des scrutins, tout en réaménageant néanmoins certains démembrements de l’institution électorale. Enfin, les organisations de la société civile ont trouvé opportun la mise en place d’un dispositif d’évaluation du processus électoral après la tenue des élections de 2015.

Le gouvernement, vrai  interlocuteur. Me Barthélémy Kéré a apprécié l’initiative de ses visiteurs du jour. Malheureusement, a-t-il dit, la CENI n’est pas le destinataire idéal de ces recommandations. “La CENI n’est qu’un organe d’exécution.  Les décideurs, ce sont les organes de la transition. Le calendrier électoral appartient au gouvernement“, a expliqué Me Kéré, qui ajoute que l’institution qu’il préside ne donne que des avis.

Toutefois, il a donné son appréciation sur les différentes recommandations. Celle de la réouverture du fichier électoral trouve grâce à ses yeux. Toutefois, il a souhaité que lorsque ce processus sera lancé, que les OSC mettent la main à pâte pour motiver les Burkinabè. Il a cependant exprimé des réserves quant au couplage des trois scrutins, estimant que ce procédé aura des limites techniques.

Saisir qui de droit. Pour le reste, le président de la CENI dit rester disponible pour accompagner toute proposition qui sera jugée utile pour la bonne marche des scrutins et surtout pour le démarrage rapide du processus.

La délégation a trouvé pertinents les avis de leur hôte et ont indiqué que dans les prochains jours, le gouvernement et les partis politiques seront mis au parfum de leurs recommandations.

Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *