Crèches faites à la maison : Une espèce en voie de disparition ?

1262 7

Les crèches de Noël ont tendance désormais à pousser devant les bords de routes plutôt qu’à la porte des maisons. Les préfabriquées sont en train de prendre le pas sur les bonnes mottes de terre plus ou moins artistiquement empilées à la porte des concessions par de petites mains d’enfants habiles. Qu’est-ce qui a changé ? Réponse dans quelques rues de Ouagadougou.

Histoire. L’histoire de la crèche est liée à la Nativité, c’est-à-dire la naissance de Jésus de Nazareth. Elle est aussi liée à la légende du père Noël. Une légende qui dit que le  père Noël passerait devant chaque crèche et y laisserait le cadeau de rêve de l’enfant bâtisseur.

 Parfois, effectivement l’enfant se réveille le matin de Noël et trouve un miraculeux cadeau qui l’attendait devant sa crèche. Le papa Noel était passé ; même si c’était le vrai papa qui agissait en secret. Mais pour cela, il faut que l’enfant bâtisse sa crèche.

Constat. Cinq ans en arrière ou moins encore, il y avait visiblement plus de crèches devant les maisons qu’aujourd’hui. C’était une des activités favorites des enfants qui se livraient à cet art d’architecture avec tout leur génie naissant. Il était rare de trouver une cour chrétienne sans une crèche décorant la devanture, qui  annonçait aux visiteurs la présence d’enfants joyeux.

Aujourd’hui, le vent a tourné. Il a tourné si vite que ce qui est désormais rare dans nos quartiers c’est de trouver une cour avec une crèche devant la porte. Qu’est-ce qui a changé ? C’est ce que nous avons voulu savoir.

Grands enfants. Il y a d’abord un fait naturel. Les enfants de 2005 qui construisaient ont aujourd’hui grandi. Arthur (classe de troisième) et son frère(Première) ont construit l’année surpassée. Mais cette année c’est le désert devant la porte car « il n’y a plus le temps » et ils estiment qu’ils ne sont plus des enfants.

Pas de cadeau, pas de Père Noël.  Quant à David, il a cessé de construire parce qu’il n’a jamais trouvé de cadeau devant sa crèche. Il s’est donc convaincu qu’il n’y a pas de père Noel.

Pas de diplômes d’architecte. Ensuite, il n’en manque pas qui disent clairement qu’ils ne savent pas comment s’y prendre. Etienne(CM1) voulait bien mais « ignore par où commencer ». En plus,  il avoue que sa paresse l’a emporté devant un tel projet.

Enfin, un fait grandissant s’observe de nos jours : les crèches synthétiques ou  « prêt-à-porter ». C’est un commerce qui prend de l’ampleur.

Les crèches préfabriquées sont en train de ravir la vedette à leurs soeurs
Les crèches préfabriquées sont en train de ravir la vedette à leurs “soeurs”

Plutôt prêt-à-porter que couture à la maison. Et, à ce qui semble, il n’est pas prêt de reculer. Il n’est même pas passé par l’idée de Stanislas (16 ans) de construire une crèche parce que les parents ont pris l’habitude d’en acheter à chaque Noel.

Un temps est passé. A l’évidence, un temps est révolu. Celui où les enfants rivalisaient d’adresse dans la construction de crèche, mais aussi celui des dodos. Les dodos, c’était pendant le mois de Ramadan où « les enfants vont de maison en maison, chantent et dansent avec les masques » ( Livre de lecture,4e année, Karim et Aissa).

Et c’était le jour de la fête de Ramadan que le grand carnaval dodo était organisé : ici aussi, les enfants étaient acteurs. Hélas !

Un temps est passé et certaines activités manuelles à la fois ludiques et instructives pour les enfants sont désormais classées dans la catégorie des espèces en voie de disparition. Joyeux Noël, malgré tout !

Issouf  NASSA (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 7 commentaires

  1. Les pr?-fabriqu?s sont jolies mais les initiatives personnelles des enfants sont plus symboliques. Aux parents d’encourager les enfants ? le faire; aux paroisses de cr?er un cadre de comp?tition plut?t que d’attendre le p?re No?l.Bonne f?te.

  2. On ne conna?t l’utilit? des fesses que quand vient l’heure de s’asseoir. Aujourd’hui les cr?ches et les dodo; demain les cases et hangars.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *