Expertise de la tombe de Thomas Sankara : La balle dans le camp de la famille

441 6

Une nouvelle qui sera certainement accueillie avec beaucoup d’émotion dans la famille du président Thomas Sankara.

Dans son message à la Nation, le Président du Faso a indiqué que les autorités de la transition n’attendaient plus que la réaction de celle-ci pour procéder à l’expertise réclamée depuis tant de temps de la tombe du père de la Révolution d’Août 1983.

Dans l’ordre des mesures annoncées, l’Etat a décidé de donner des moyens à la famille du Président Thomas Sankara, pour procéder aux travaux de prospection de sa tombe. Nous n’attendons donc plus que la réaction de la famille du défunt“,  a indiqué Michel Kafando.

Sur un autre dossier sur lequel le gouvernement de transition a fait des promesses, en l’occurrence l’affaire Norbert Zongo, le président a annoncé que des mesures ont été prises pour sa réouverture effective. “Le dossier est réouvert avec de nouveaux hommes, en l’occurrence un nouveau Procureur, nommé seulement hier (30 décembre, NDLR)”, précise le Chef de l’Etat.

Le procureur général en question se nomme Laurent PodaMagistrat, grade exceptionnel. Il remplace le Procureur Wenceslas Ilboudo, lequel avait déclaré le non-lieu sur le dossier Norbert Zongo. Il était alors juge d’instruction.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. JUSTICE POUR Les victimes sous la R?volution de SANKARA -Qui se souvient de Badembi? Pierre Claver N?zien ? R?fugi? ? la r?sidence de l?ambassadeur de France la nuit du coup d?Etat du 7 novembre 1982 qui amena le Conseil de salut du peuple (CSP) au pouvoir, il en ressortit la nuit du 9 avec la promesse des nouvelles autorit?s qu?il ne lui serait rien fait. Or, la m?me nuit il fut massacr?. Dans quelles circonstances, on ne le sait pas ? ce jour. M?mes myst?re et boule de gomme concernant le colonel Yorian Gabriel Som? et le commandant Fid?le Gu?br?. Retranch?s pour le premier ? la garnison de Ouahigouya, ? celle de D?dougou pour le second ? l??clatement de la R?volution le 4 ao?t 1983, ils consentirent ? revenir ? Ouagadougou apr?s que les nouveaux hommes forts avaient donn? leur parole d?officiers quant ? leur s?curit?. La nuit m?me de leur retour, soit le 9 ao?t, ils ?taient eux aussi zigouill?s dans les ge?les du Conseil de l?Entente. Et le commandant Amadou Savadogo, victime le 18 juillet 1984 d?un attentat sur le pont du barrage n?3 de Ouagadougou ? L?homme d?affaires et grand h?telier Valentin Kinda qu?on envoya assassiner ? Abidjan parce qu?il portait secours et assistance aux nombreux exil?s ayant fui la R?volution et trouv? refuge dans la capitale ivoirienne ? On se garde d?oublier le colonel Nobila Didier Tiendr?b?ogo et ses 6 compagnons d?infortune, accus?s de complot et sommairement ex?cut?s sous un baobab la nuit du 11 au 12 juin 1984, verdict d?une cour martiale exp?ditivement r?unie la m?me nuit. Et nous en oublions, tant la liste des crimes non encore ?lucid?s(2) est longue.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *