Voilà mes gars de l’année 2014 !

593 4

Une fois n’est pas coutume, pour clore mes sermons de 2014, j’ai décidé de saluer à ma manière les gars de l’année 2014.

L’étalon d’or revient sans nul doute au vaillant peuple burkinabè, mais s’il faut désigner des noms, je retiendrai sans cligner des yeux, les gars du Balai citoyen. Et encore s’il faut retenir parmi eux je choisirai, le rappeur et le reggae man du groupe.

Ils ont crée un mouvement en juin 2013, on croyait qu’ils slammaient ou qu’ils fumaient du « joint ». Beaucoup ont cru que c’était un non événement et que le Sénégal n’est pas le Burkina, chaque pays ayant son histoire. Mais leur symbolique balai était très têtue. Quoi un simple balai pour déloger un homme fort, il faut être artiste chanteur pour faire un tel rêve ! Mais ils ont tenu bon.

L’information nuit gravement à l’ignorance

De nombreux mouvements ont contribué à sensibiliser les consciences, mais le mouvement Balai citoyen, très présent sur Internet et sur le terrain, a mené un travail de fourmis dans les quartiers de Ouaga et de Bobo.

Grâce à son action de « cibalisation » des jeunes, il a informé et formé beaucoup de jeunes à travers l’image de Thom Sank.

Leurs militants n’avaient pas d’armes, mais leur force était leur nombre. Et ce nombre on l’a vu les derniers jours du mois d’octobre. Dès lors que l’ignorance a été ôtée des têtes de beaucoup de jeunes, leur peur de l’avenir sans Blaise s’est estompée et la peur a changé vite de camp.

Un mouvement au devant de la lutte, mais qui a tourné dos à la mangeoire de la transition

Je persiste et signe, l’espoir qu’on avait de voir la vie publique se moraliser est un leurre. Les personnes ont changé, mais la pratique des avantages demeurent. Peut-être que certains comprennent, mais moi je ne comprends pas pourquoi doit-on mettre du goudron sur les routes menant au domicile privé du Chef de l’Etat ou à sa ferme, des ralentisseurs aux alentours de l’église fréquentée par le Chef du Gouvernement.

 Si c’était au temps de Blaise, toute la société civile allait crier « karissa » ! Mais voilà ceux là qui siègent au CNT ont la bouche pleine, alors qu’une sagesse africaine dit qu’on ne parle pas quand on mange.

Les membres du CNT, heu, les conseillers du CNT oh zut les députés de la transition ont reçu la noble et difficile mission de poursuivre le travail abandonné par les députés du régime de l’homme fort. Alors, même salaire, mêmes indemnités et même confort. Que voulez vous ? De toute façon, leur mandat courrait jusqu’en 2017, donc il y a l’argent. Ensuite, les députés de Blaise étaient 127 alors que ceux de KAF de transition sont 90, donc mathématiquement, il restera encore de l’argent après la transition.

Et le balai refuse tout ça

Je tire mon chapeau à Sams’K et à Smockey, d’avoir refusé de souper et de rester dans la faim pour guetter et suivre la transition alors même que les postes leur tendaient la main. L’objectif de leur lutte n’était pas de se servir du peuple, mais de servir le peuple.

 Voilà ils ont servi sur un plateau d’or à manger pour d’autres, espérons que les autres sauront mettre de la mesure pour qu’on n’en vienne pas à regretter le départ de Blaise et de François.

Ont-ils voulu vendre la lutte ?

On les a vu avec les militaires, on les a accusé sde vendre la lutte, mais entre nous, qui dans la lutte n’avait pas demandé à l’armée de prendre le pouvoir ? Aujourd’hui, on a un tandem militaro-civil, tant mieux. Mais si ça n’avait pas été Zida, ça aurait été Traoré, tous militaires.

Mon cher Sams et mon cher Smockey, vous êtes de dignes fils du Faso, vous méritez avec beaucoup d’autres Burkinabè de rentrer dans le cercle fermé des combattants de la patrie.

L’histoire doit retenir votre combat. Vous aviez été droits comme un teck de Pabré, pour ceux qui ne comprennent pas c’est Laurent Bado qui aimait le dire pour parler des hommes incorruptibles. Vous êtes de grands hommes. Comme quoi,  il faut toujours se fier aux grands hommes plutôt qu’aux hommes forts.

Yelmighan



Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. D’accord pour la position prise par le Balai Citoyen dans l’affaire du ministre Moumouni D. Le Balai Citoyen restera toujours la sentinnelle du peuple pendant et apr?s la transition.
    La lutte continue.

  2. C’est propre,? la cr?ation du balai nous avons tout vu,on nous traitait de voyoux et nous disait qu’on perdait notre temps,mais,les r?sultats sont l? et les in contients continuent de nier que la lutte ? ?t

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *