Contrôle d’Etat : L’ASCE affûte ses armes à Bobo

312 0

L’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE), a initié un cadre de concertation des organes de contrôle de l’Etat de l’ordre administratif session 2014, pour outiller  les responsables des corps de contrôle à être plus efficaces dans leur travail d’investigation et d’audit des administrations publiques. C’était le lundi 5 janvier 2015, à Bobo-Dioulasso.

Plus d’une cinquantaine de responsables des corps de contrôles se sont retrouvés à Bobo-Dioulasso, à l’occasion de la session 2014 de leur cadre de concertation.

C’était le lundi 5 janvier 2014 dans la belle cité de Sya. La cérémonie a été présidée par le contrôleur général d’Etat, Dr Luc Marius Ibriga. Suite à son discours d’ouverture, il a affirmé que c’est une rencontre annuelle des corps de contrôle qui devait se tenir chaque année pour programmer les contrôles de l’année à venir.

Mais compte tenu des événements des 30 et 31 octobre dernier, la rencontre n’a pas pu être effectuée en mois de décembre. C’est pourquoi les dates du 5 au 7 janvier ont été choisies pour essayer d’accorder les violons et éviter des empiètements et des doubles emplois.

Durant les deux jours l’ASCE va essayer de planifier des interventions afin de permettre aux différents corps de contrôles d’être plus efficaces dans leur travail d’investigation et d’audit des administrations publiques.

Les inspecteurs techniques doivent être outillés pour faire des contrôles objectifs afin de respecter un certain nombre de règles qui sont prévues par les standards internationaux.

Selon le Dr Luc Marius Ibriga, les organes de contrôle sont au premier plan, parce que ce sont eux qui peuvent constater les dysfonctionnements de l’Etat, des administrations et déclencher la procédure disciplinaire et judicaire.

« Il y a une forte demande de justice sociale, et les gens attendent beaucoup une reddition des comptes de ceux qui gouvernaient », a déclaré Dr Ibriga.

Mais ce rôle est important dans la mesure où il y a d’autres forces qui sont chargées de cela, à savoir l’autorité hiérarchique s’il s’agit de la sanction disciplinaire, et l’appareil judiciaire s’il s’agit de poursuite en justice.

En plus, Dr Ibriga a affirmé que la rencontre permettra de remettre à niveau l’ensemble des inspections techniques sur les manuels de procédures  pour donner plus d’objectivité  au contrôle.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre